Nos actus
 

007 Spectre

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 11 novembre 2015
 
Réalisateur: Sam Mendes
 
Acteur: Daniel Craig, Christoph Waltz, Léa Seydoux, Ben Whishaw...
 
Nationalité: Britannique, américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


De l'action et du rythme, de vrais méchants, de vraies femmes, et un James Bond qui assure. Un 007 solide.

C'est un peu faible...


A vouloir conclure un cycle, Spectre y perd en surprise. ses réjouissants méchants méritaient plus d'espace encore...


0
Posté le 12 novembre 2015 par

 
Chronique
 
 

007afficheSkyfall a décidément été un épisode remarquable de la saga James Bond. On en prend conscience en découvrant Spectre. Non pas que le 24éme James Bond démérite. Pour son retour derrière la caméra, Sam Mendes signe ses adieux au personnage avec une belle efficacité, et son 007 renoue les fils de la mythologie avec soin. Un peu trop peut-être. Dopé par des scènes d’actions très réussies – la poursuite en avion et l’affrontement dans le train en particulier -, et en dépit de ses 2 h 30, on pourrait presque dire que Spectre est trop… empressé à recomposer le puzzle. On aurait aimé profiter plus encore des belles idées de l’action. On aurait aimé voir le méchant d’élite qu’est Christoph Waltz s’épanouir plus encore dans le mal. Et on regrette que Dave Bautista ne reprenne la relève de Jaw dans le rôle de l’immortel adversaire. Un rythme soutenu loin d’être déplaisant, mais qui ne permet par à Spectre de s’octroyer avec autant d’ampleur le luxe d’une esthétique marquante. La poursuite nocturne dans la lande fantomatique de Skyfall restera longtemps dans les mémoires… La faute en revient au fatal changement de directeur de photo. Mais pour Mendes, l’essentiel est ailleurs : après le renouveau de Skyfall, Spectre devait préparer l’avenir du personnage. Si Skyfall incarne l’abîme du personnage en retraçant son passé, en revisitant son mythe, Spectre doit trouver le point d’équilibre entre cette échappée et son héritage. D’où ce retour aux sources. Retour du méchant du Dr No, retour des aventures internationales, retour aux effets et cascades live – au prix d’un budget effarant… -, retour au tournage en 35mm… L’hommage est assumé et orchestré avec élégance. Face à des concurrents de plus en plus performants comme la saga Mission Impossible, Bond tient la note et assume son envergure dramatique, abandonnant à peine quelques sourires à ses rares alliés. Les belles qui tombent dans ses bras ne sont pas seulement belles, et si la technologie écope du mauvais rôle, c’est bien pour balayer nos dernières certitudes sur le simpliste manichéisme du bien et du mal. Daniel Craig, qui a signé pour 5 films, se trouve plus à sa place que jamais. Dans quelle mesure le scénario volé a changé le scénario ? Il semblerait que la fin de Spectre ait été considérablement revisitée après le piratage des fichiers Sony. C’est peut-être à ce faits divers que l‘on doit un final plutôt surprenant, tranchant dans la tradition. Mais qui à sa façon propose un point d’équilibre intrigant, laissant le héros inventé par Fleming face à un horizon totalement dégagé, où toutes les audaces sont imaginables. Puisqu’il reviendra, c’est écrit à la fin du générique…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)