Nos actus
 

3 days to kill

 
3-days-to-kill
3-days-to-kill
3-days-to-kill

 
Fiche Technique
 

Millésime: 19 Mars 2014
 
Réalisateur: McG
 
Acteur: Kevin Costner, Amber Heard, Hailee Steinfeld, Connie Nielsen…
 
Nationalité: Française, Américaine
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.5
6.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Costner a la classe tranquille, et ça bouge bien.

C'est un peu faible...


Le thriller est transparent. Faire carrément le choix de la comédie aurait été plus avisé !


Posté le 19 mars 2014 par

 
Chronique
 
 

Après Statham, Neeson et Travolta, Kevin Costner fait son entrée dans l’écurie Besson. Si le scénario souffre de clichés encombrants ainsi que de la concurrence entre une comédie séduisante et une action sympathique, Costner trouve très vite sa place.

Les jours sont comptés pour un flingueur des services secrets. Avant que la maladie ne l’emporte, il se rend à Paris pour renouer le contact avec sa femme et sa fille. C’est alors qu’il se voit imposer une dernière mission difficile à refuser… La machine Besson a mis au point une formule cinématographiquement exotique d’une belle efficacité pour le marché international. Prenez une star anglo-saxonne, déracinez là en la plongeant dans un décor typiquement français, si possible parisien, et donner lui la vedette dans une intrigue privilégiant une action à l’américaine et souvent une solide dose d’humour. La réussite de l’exercice repose sur l’équilibre entre ces deux ingrédients, ainsi que l’usage ou l’abus des clichés et des raccourcis… Jason Statham et sa saga Transporteur ont déposé le modèle, repris avec une certaine réussite par Travolta dans From Paris with Love, le diptyque Taken dérogeant avec réussite à la règle en évacuant tout fioriture comique. Une formule à laquelle recolle ce 3 days to kill, qui invite dans les rues de Paris un duo made in USA : le réalisateur McG et le cowboy Kevin Costner. L’un comme l’autre trouvent visiblement leurs repères, le premier avec une réalisation plus calme, mais pas moins efficace dans l’action, et l’acteur en se glissant avec beaucoup de charme dans un personnage sur mesure. Le voir engloutir des sushis au pied de la Tour Eiffel et se balader en vélo est un plaisir qui devrait enchanter ses fans américains autant que français. C’est dans l’équilibre des genres que le film montre ses limites.

Il est étonnant de voir à quel point l’intrigue peine à revenir au suspens après une phase comique tant l’humour convient à cette intrigue pourtant dramatique. La décontraction de Kevin Costner, très à son aise dans les deux registres, est capitale dans cet équilibre incertain. Ajouté au running gag de la sonnerie de téléphone, les personnages incarnés par Marc Andreoni et Bruno Ricci fonctionnent parfaitement. Même l’intervention de la famille de squatteur, prometteuse du pire, trouve sa place sans trop de dégâts. Ce sont les méchants très méchants qui en font trop. On peut passer sur l’obsession pour la décapitation du sympathique Albinos, mais moins sur le caricature de femme fatale que devient Vivi, incarnée non sans plaisir par Amber Heard. Méga-canon, accumulant les poses pour comics, elle dénote totalement d’une intrigue qui repose tout entière sur la personnalité de Kevin Costner, flingueur désabusé qui n’a même pas un costard à se mettre. On pourra aussi saluer la performance de Hailee Steinfield. Dans le rôle traditionnellement agaçant de la fille du héros, elle nous épargne les éclats horripilants de la crise d’adolescence pour se montrer attachante. Un exploit en somme. On regrettera que la plupart des idées ne soient pas mieux exploitées, comme la drogue expérimentale et la maladie de Ethan. On devine trop souvent une production pensée pour un public américain, mais même avec ses très grosses ficelles, le spectacle amuse.

Informations supplémentaires et l’avis du margouillat

3-days-to-killL’avis du Margouillat : Besson tient sa formule, et s’il abuse cette fois des clichés, l’arrivée de Kevin Costner est très plaisante. Le rôle lui va bien, et c’est par sa nonchalance que le film tient le coup en dépit des invraisemblances.

Site

 

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...