Nos actus
 

7 psychopathes

 
7 Psychopathes
7 Psychopathes
7 Psychopathes

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Martin McDonagh
 
Acteur: Colin Farrell, Woody Harrelson, Christopher Walken, Sam Rockwell
 
Nationalité: Britannique
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.5


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.5


 
Notre note
8.0
8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Un film de genre plein d'audace et une réflexion sur les spectateurs que nous sommes.

C'est un peu faible...


La culpabilité de comprendre qu'en tant que spectateur, on aime se genre de cruauté.


0
Posté le 12 février 2013 par

 
Chronique
 
 

7 psychopathes est un drôle de film qui va en décevoir quelques uns et surprendre tous les autres. Colin Farrell est bon, Sam Rockwell et Christopher Walken géniaux.

M

arty doit écrire un scénario au titre alléchant : 7 psychopathes. Problème, il est incapable d’aligner une idée. Épuisé par tous ces monuments de cruauté et de noirceur, cette absence terrible d’épaisseur, il rêve de psychopathes bouddhistes… Heureusement, Marty peut compter sur son pote Billy. Billy est voleur de chien pour le compte de Hans, un pacifiste qui a fait de l’enlèvement de clébard contre récompense une petite industrie. Rêvant secrètement d’aider Marty à avancer sur son scénario, suggérant quelques idées séduisantes à son pote, Billy décide de franchir le pas en passant une petite annonce. Il invite les psychopathes à venir parler de leurs expériences à son copain scénariste. Éffaré par l’initiative, Marty va cependant céder à la tentation de cette inspiration inespérée. Une réalité du psychopathe qui va cependant violemment interférer avec le monde de fiction de Marty et Billy. Amant d’une belle brune, Billy se met en tête d’apprendre les bonnes manières au jules de celle-ci, Charlie, un authentique mafieux psychopathe. Et il sait comment lui faire très mal : en kidnappant Bonny, son chien adoré…

7 psychopathes parle du fantasme du cinéma, de son rapport imprévisible à la réalité, et de la fascination, pas toujours très saine, que nous entretenons pour les timbrés les plus dangereux

Attention petits gourmands du gunfight et du massacre à la sulfateuse ! Bien qu’assez sanguinolente, cette réunion de cinglés n’annonce pas tout à fait un congrès d’assassins venus seulement pour exhiber leurs carnages. Cet ovni est plutôt une comédie grinçante et, selon le terme consacré « décalée », qui parle du fantasme du cinéma, de son rapport imprévisible à la réalité, et de la fascination, pas toujours très saine, que nous entretenons pour les timbrés les plus dangereux. Après Bons baisers de Bruges, Martin McDonagh creuse le sillon de l’absurde en invitant un scénariste à rencontrer ses modèles. Une quête forcément chaotique, le psychopathe étant imprévisible, et toujours là où on l’imagine le moins. Pour ne pas dire en chacun de nous. On pourra trouver le rythme décousu, ce qui n’est pas toujours faux, et se perdre dans le dédale des rencontres de Marty et Bill tant le propos du film s’égare parfois loin du préambule accrocheur. Comédie saignante et polar déglingué, 7 psychopathes est avant tout un plaisir de cinéma, un exercice de style et d’écriture invitant une savoureuse brochette d’acteurs à s’emparer de rôles caricaturaux pour s’en amuser.

Non violent et héros de l’aventure, Colin Farrell est très à son aise, mais il se fait voler la vedette par son copain : Sam Rockwell est redoutable dans le rôle de Billy. Un personnage d’autant plus fort qu’il est celui qui détient les rares clefs de l’Histoire… On croise Harry Dean Stanton pareil à lui-même, un Tom Waits succulent, on aperçoit Michael Pitt, et il semble parfaitement cohérent que Woody « Tueurs Nés » Harrelson incarne Charlie, le psychopathe modèle écrit à l’origine pour Mickey Rourke. Son contrepoint pacifiste, Hans, est incarné par Christopher Walken avec le génie qu’on lui connaît. Est-ce la lassitude de ce culte des méchants tueurs qui volent systématiquement la vedette auprès du public, et qui au final réduisent le genre cinématographique à une surenchère de massacre ? McDonagh s’offre une respiration scénaristique sur le thème, offrant à un casting choisi une totale liberté pour s’approprier des dialogues souvent épatants. Emportés par leur fougue, les acteurs ont tellement profité de cette liberté que leur langage musclé a valu au film une interdiction aux USA…

Billy, Marty et Hans composent le trio qui va nous emmener au bout de la ballade filmique de McDonagh, et parfois loin dans le décalage. Un équipage auquel on pourrait presque prêter des vertus symboliques. Comme si le personnage de Colin Farrell incarnait la volonté de raison du scénariste et réalisateur, et celui de Sam Rockwell exprimait la soif insatiable et morbide du grand public pour le sang, l’étripage et la mort. Et Hans donc ? Hans, Walken oblige, c’est le petit plus qui rend tout cela parfois si réussi : l’inspiration…

Informations supplémentaires et l’avis saignant du Margouillat

7 PsychopathesL’avis du Margouillat : Échappant aux classifications simplistes, ce 7 psychopathes est une audace de cinéma, qu’il convient de voir soi-même pour se faire son avis !

Site : 7 Psy


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)