Nos actus
 

Albert à l’ouest

 
albertàlouestimage
albertàlouestimage
albertàlouestimage

 
Fiche Technique
 

Millésime: 02 juillet 2014
 
Réalisateur: Seth MacFarlane
 
Acteur: Seth MacFarlane, Charlize Theron, Amanda Seyfried, Liam Neeson…
 
Nationalité: Américaine
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.5
6.5/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Le décalage est assez vandale pour que la satire fonctionne, et les acteurs sont bons.

C'est un peu faible...


Un supplément scato superflu et un manque de rythme.


0
Posté le 6 juillet 2014 par

 
Chronique
 
 

Rude défi pour Seth MacFarlane que d’enchaîner après le mémorable Ted. Il s’adonne pour l’occasion à une satire bien américaine : celle du western. On retrouve avec plaisir son mauvais esprit, mais les limites du cadre limitent aussi son inspiration.

É

leveur de mouton civilisé dans un ouest sauvage sans foi ni loi, Albert survit à la loi du plus fort grâce à sa lâcheté. Une nouvelle venue dans la ville va l’aider à changer l’ordre des choses… En guise d’avant-propos, déclarons haut et fort que ce titre français est une mauvaise idée. De ce genre de trouvaille qui peut contribuer activement à plomber une carrière en salle. Nous aurions nettement préféré supporter la traduction littérale du titre original : un million de façons de mourir dans l’ouest.  Après avoir massacré l’icône de l’enfance qu’est le nounours avec son redoutable Ted, le papa de American Dad s’emploie en effet à pulvériser le sacro-saint mythe de l’Ouest américain. Loin de la carte postale riche en nobles aventuriers et fiers cow-boys, il nous présente un cauchemar où le niveau de vie se juge à la qualité de la moustache, ou personne n’a jamais osé sourire à un photographe, où les taureaux-surprises font autant de dégâts que les balles perdues, et où un serpent à sonnette est toujours plus tendre qu’un vieux papa ronchon. La trame est tout sauf originale. L’histoire de l’éleveur de mouton qui se frotte aux pires racailles pour les beaux yeux de la belle, c’est du western classique usé jusqu’à la corde. Mais c’est justement le but que de s’emparer de l’archétype pour mieux le pulvériser. Pour cela, MacFarlane incarne un nerd avec une mentalité d’aujourd’hui, plongé dans ce monde d’arriérés et de psychopathes à l’hygiène aléatoire. Pointant la notion toute relative de morale et de salut que l’on  pratiquait alors, il s’en donne à cœur joie et s’entoure d’une belle troupe qui s’amuse bien.

Dans un genre assez nouveau pour eux, Charlize Theron, Liam Neeson et Amanda Seyfried assurent avec entrain, Giovanni Ribisi et Neil Patrick Harris se joignant à la fête avec le talent qu’on leur connait. Un exercice de style rigolo qui n’atteint cependant pas l’excellence incorrecte de Ted. Même si sa prestation est honnête, on peut regretter que MacFarlane n’ait pas laissé son rôle à une tête d’affiche pour se consacrer à l’écriture et à la réalisation. Car il a manifestement sous-estimé le fait de se trouver en terrain déjà conquis par d’autres. La satire de Western est un genre en soit, avec ses références comme Le shérif est en prison de Mel Brooks. MacFarlane enquille les gags plus ou moins efficaces et des dialogues souvent réussis – VOST vivement conseillée-. Mais à force de s’appliquer à reprendre tous les stéréotypes, son inventivité s’étiole et ne peut empêcher quelques passages à vide. Pour redynamiser le rythme, il tombe d’ailleurs dans la facilité d’un pénible humour scato qui ne rend pas hommage à son talent. On préfère de loin les savoureux caméos… MacFarlane s’offre là un plaisir très américain, et l’on y trouvera son plaisir à condition de ne pas garder Ted en référence.

Informations supplémentaires et l’avis Prout du Margouillat

albertalouestafficheL’avis du Margouillat : Seth MacFarlane s’amuse et nous amuse avec son western revisité. Mais à vouloir assumer tous les postes, acteur comme réalisateur, il perd un peu de l’inspiration qui avait fait le succès de Ted. Heureusement, il peut compter sur un casting qui fonctionne bien.

Site


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)