Nos actus
 

American bluff

 
american-bluff
american-bluff
american-bluff

 
Fiche Technique
 

Millésime: 05 février 2014
 
Réalisateur: David O. Russel
 
Acteur: Christian Bale, Amy Adams, Bradley Cooper, Jennifer Lawrence…
 
Nationalité: Américaine
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
9.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Des numéros d'acteurs pas croyables, sur fond de seventies rutilants.

C'est un peu faible...


La comédie de mœurs prend vite le pas sur le thriller.


Posté le 5 février 2014 par

 
Chronique
 
 

Quand l’époque et les personnages d’une redoutable arnaque permettent d’oser la démesure, les acteurs en profitent, encouragés par leur réalisateur. Le résultat semblera peut-être excessif, mais il est difficile d’être insensible au talent de cette troupe déchaînée.

U

n couple d’escrocs est piégé par un agent du FBI qui entend se servir de leur talent pour réaliser ses ambitions. Mais le pouvoir est grisant, et on ne joue pas impunément avec les limites de la loi… Si le Watergate a eu ses Hommes du président, voilà longtemps qu’il manquait à l’affaire Abscam un récit à la hauteur du scandale. Cette affaire révéla que le FBI avait piégé plusieurs hommes politiques influents pour corruption avec le concours d’un escroc patenté, un scandale qui reste encore aujourd’hui une référence. S’appropriant totalement un scénario reconnu pour sa valeur, mais qui tardait à devenir un film – d’où sa présence sur la fameuse « black list »-, David O. Russel a profité de cette opportunité pour réaliser ce qui ressemble à un fantasme : réunir devant sa caméra des acteurs de ses deux précédents films, Happiness Therapy et Fighter. Car si un film incarne la passion d’un réalisateur pour ses comédiens, c’est probablement celui-là. En recréant des années 70 plus kitsch que kitsch, à grand renfort de looks insensés, de coiffures incertaines, de gueules incroyables et d’une BO formidable, il compose un cadre excessif invitant ses personnages à renoncer à toute retenue. Il écrit donc sur mesure des personnages hors norme pour ses acteurs adorés. Christian Bale, plus caméléon que jamais, est littéralement méconnaissable et remarquable. Cabotinant avec un évident plaisir, Bradley Cooper compose un personnage hilarant. Amy Adams jongle avec les cœurs avec un charme particulièrement piquant, et Jennifer Lawrence se déchaîne, surprenant son monde en garce jalouse. Nouveau venu dans cette famille de cinéma, Jeremy Renner trouve immédiatement sa place dans ce show outré et poilant. Il ne manque plus que Huggy les bons tuyaux et toute la bande à Tony Manero…

Alors qu’il improvisait une scène, Christian Bale aurait fait remarquer au réalisateur que ce qu’il faisait là risquait de changer le fil du scénario. Ce à quoi David O. Russel aurait répondu qu’il s’en moquait, préférant se consacrer à ses personnages plutôt qu’à l’histoire. L’anecdote doit être vraie tant elle reflète le sentiment que l’on a après le mot fin. Portés par cette reconstitution à la limite du caricatural, les personnages et le talent de leurs interprètes prennent toute la place, invités à explorer toutes les gammes de leur jeu, du rire au drame. Et comme aucun des acteurs ne boude son plaisir, le spectateur a de quoi se rassasier. Au final, c’est donc la teneur du scénario qui impressionne le moins, en dépit de l’ampleur de l’arnaque. Pour peu que l’on joue le jeu de cet exercice défoulatoire pour acteur complice, American Bluff est une réussite. Mais si l’on espère une peinture pertinente et passionnante d’une affaire marquante, c’est moins certain. Assumant son parti-pris avec une vraie jubilation, David O. Russel signe un exercice de style jouissif, qui devra cependant supporter un déluge de reconnaissance peut-être un peu disproportionné. Il est donc urgent de se faire son avis perso !

Informations supplémentaires l’avis Fever du Margouillat

AMERICAN-BLUFF-Affiche-FinaleL’avis du Margouillat : Flirtant avec un « too much » purement seventies, les héros de ce thriller aux allures de comédie s’emparent de l’image pour ne plus la quitter. Cabotins à souhait, ils nous livrent tous des prestations vraiment formidables. Un film avec une vraie pêche, et un humour savoureux.

Site

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...