Nos actus
 

Arrête ton cinéma !

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 13 janvier 2016
 
Réalisateur: Diane Kurys
 
Acteur: Sylvie Testud, Josiane Balasko, Zabou Breitman, Fred Testot, François-Xavier Demaison...
 
Nationalité: Français
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.0
7/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


aucune amertume dans cette satire, que du plaisir, soutenu par un chouette casting qui s'amuse.

C'est un peu faible...


certaines situations sonnent si juste qu'on aurait aimé savoir si tout est vraiment romancé...


0
Posté le 26 janvier 2016 par

 
Chronique
 
 

ArreteAffiche

A

vec leur expérience, Diane Kurys et Sylvie Testud ont de quoi livrer une image des plus enrichissantes des dessous du septième art. Mais en adaptant « C’est le métier qui rentre », le livre de l’actrice, les deux complices ont fait non pas le choix du règlement de compte, mais de la farce. Une farce qui vaut pour une certitude. Si, comme le livre qui l’inspire, le film est une fiction, enrichie par la fantaisie de ceux qui l’interprètent, il est clair que chaque évènement fleurissant au fil de ce délirant naufrage est parfaitement crédible. Et potentiellement vécu, Diane Kurys nous l’a confirmé… C’est leur accumulation autour de quelques personnages qui tient du roman. Quoique ! Tournant comme toujours en indépendante avec des moyens comptés, Diane Kurys a réuni autour d’elle une belle équipe qui s’en donne à cœur joie. Fascinée par les films de cinéma sur le cinéma, sa vision de l’exercice est libre, foncièrement amusante et haute en couleur. Dans le rôle principal, Sylvie Testud joue son propre personnage, qui se voit offrir sur un plateau l’opportunité de réaliser une histoire très personnelle. Elle donne le rythme, et incarne fort bien l’étrange mentalité de celui ou celle qui, voyant enfin son rêve se réaliser, est prêt à lui sacrifier tout et n’importe quoi. Avec Fred Testot en compagnon, elle évoque sans jamais trop dramatiser les effets de ce genre d’envoûtement sur une vie de famille… Mais c’est clairement le binôme des productrices qui vole la vedette à tout le monde. Josiane Balasko et Zabou Breitman composent un délirant monstre à deux têtes, des abominables qui par leur hystérie donnent sa saveur à cette chronique piquante. Productrices tyranniques, actrices égocentriques, agents peu délicats, ce monde d’égos et de clichés fonctionne pourtant. Parce qu’au-delà de la satire, tous ces cinglés sont réellement, totalement fascinés par « le cinéma ». Cette magie étrange, impalpable, hors de toute raison, qui doit au final illuminer les grands écrans et faire briller les yeux du public. Avec cette plongée déglinguée dans les coulisses de l’industrie cinématographique, Diane Kurys et son équipe se moquent avec entrain du métier qu’ils adorent, assumant pleinement la folie nécessaire pour y survivre. Et ça, forcément, c’est savoureux…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)