Nos actus
 

Avengers : l’ère d’Ultron

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 22 avril 2015
 
Réalisateur: Joss Whedon
 
Acteur: Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo, Chris Hemsworth, Scarlett Johansson...
 
Nationalité: Américain
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Du gros spectacle comme on l'attendait, avec pas mal de mouvement parmi les icônes Marvel.

C'est un peu faible...


Juste un énorme pop-corn movie? Peut-être, mais on en redemande...


0
Posté le 21 avril 2015 par

 
Chronique
 
 

ultron

À peine ont-ils retrouvé le tout puissant sceptre de Loki que les Avengers doivent affronter un ennemi hors-norme qu’ils ont eux-mêmes créé : Ultron… Joss Whedon ajoute un pilier de plus à son monument Marvel. Moins surprenant peut-être, mais très solidement bâti et spectaculaire à loisir, l’Ère d’Ultron est une référence de plus du blockbuster. La saga ne faiblit pas.

E

n attaquant l’un des repères de HYDRA, les Avengers atteignent un but précieux : récupérer le sceptre de Loki. Pour Tony Stark et Bruce Banner, c’est l’opportunité d’étudier une force inouïe. Celle qui pourrait donner vie au programme de maintien de la paix dont rêve le créateur de Iron Man : Ultron… Réaliser Avengers était une prouesse, tant au niveau réalisation qu’écriture. En soit, L’ère d’Ultron relève de l’exploit. Il s’agit pour le chef d’orchestre Joss Wheddon de maintenir le niveau d’exigence, de l’optimiser, mais aussi de cerner chaque personnage pour préparer l’avenir des Avengers et des différentes adaptations. Sous ses allures de monstrueux pop-corn movie pour accroc de comics, l’ère d’Ultron est aussi habile dans sa conception que soignée dans sa réalisation. Sans décevoir les accrocs de la mythologie Marvel et répondant aux attentes d’un public pour qui Avengers est devenu un maître étalon de la SF/Action, Whedon exécute le délicat second opus avec talent. On s’en prend plein les mirettes, les différentes stars se partagent l’écran avec un peu moins de parcimonie que dans le premier, mais surtout, tout est prêt pour la suite. Car si Joss Whedon nous impressionne, c’est qu’il sait écrire avec trois films d’avance…

Ultron est un méchant à part : il est la création loupée des gentils. Un robot encore plus mégalo que ses créateurs, torturé et psychopathe. Et qui a l’avantage de ramener le conflit sur terre, loin des univers parallèles. Car il est temps de fouiller notre casting, de réévaluer la place de chacun et de fixer l’équilibre des forces. Grâce à des séquelles très réussies, Captain America a totalement rattrapé son retard de prestige sur les stars que sont Thor et Iron Man. Son statut de leader des futurs Avengers n’est plus contestable. Dans le même temps, les personnages les moins spectaculaires, comme Black Widow ou Hawkeye, se voient consacrer plus d’attention, gagnant en épaisseur et en crédibilité. Les anciens s’en trouvent renouvelés : lorgnant vers le registre du savant fou, Stark/Iron Man frôle le conflit avec Captain America, de quoi nourrir un avenir passionnant. Il en est de même pour Hulk, qui fait face à des choix essentiels au terme de l’aventure. La fin annoncée des Avengers première génération s’accompagne de nouveaux venus prometteurs, dont un méchant annoncé depuis le premier Avengers et Les gardiens de la galaxie, ou comme Ulysse Klaw, incarné par Andy Serkis, fin prêt à s’équiper de son fameux crochet. Un ennemi de La panthère noire, membre des Avengers en comics, et qui pourrait aussi permettre de recoller à la franchise des Quatre fantastiques… Techniquement, l’Ère D’ Ultron franchit aussi une étape, avec plus de 3000 plans à effets spéciaux, un record, et deux personnages majeurs créés en stop motion : Ultron et Vision, incarnés avec beaucoup de réussite pas James Spader et Paul Bettany.

Puissant, prenant, L’ère d’Ultron est aussi sacrément stratégique. Exit le sceptre de Loki, déshabillé de son mystère : les gemmes de l’infini, désormais au nombre de 4, reviennent en tête des enjeux, redonnant à Thor son envergure interdimensionnelle. Il faut aussi compter avec ceux que l’on ne voit pas, car la séquelle devait ménager une place à un personnage minuscule seulement en taille : Ant Man. Originellement, l’ère d’Ultron devait boucler ce que Disney/Marvel appellent la phase 2. Si l’invention de Ant-Man, Ultron, est devenue celle de Tony Stark, le film consacré à l’homme fourmi se voit confier la responsabilité d’incarner cette conclusion. Où devrait apparaître finalement Carol Denvers, alias Ms Marvel, et elle ne devrait pas être seule. Pour le coup, la fourmi pourrait bien accoucher d’une montagne d’indices sur les 10 prochaines années Marvel… Il sera tout aussi intéressant de suivre les échos de cette sortie sur les épisodes à venir de Les Agents du Shield, la série pouvant assumer plus intensément sa fonction de « boîte à messages » de l’univers Marvel adapté. Très attendu, un peu plus sombre que le premier opus, toujours aussi généreux en action, doté d’un méchant fascinant, l’ère d’Ultron ne déçoit pas.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)