Nos actus
 

Captain America, le soldat de l’hiver

 
captain-america-le-soldat-de-l-hiver
captain-america-le-soldat-de-l-hiver
captain-america-le-soldat-de-l-hiver

 
Fiche Technique
 

Millésime: 26 Mars 2014
 
Réalisateur: Anthony et Joe Russo
 
Acteur: Chris Evans, Scarlett Johansson, Samuel Jackson, Robert Redford…
 
Nationalité: Américaine
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.0
7/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


La séquelle ne déçoit pas, et conforte un peu plus le Marvel de Disney dans son ambition.

C'est un peu faible...


A voir en VOST pour le « parlé français » des méchants du début…


Posté le 6 avril 2014 par

 
Chronique
 
 

Avec cette séquelle solide, Captain America renforce sa place au sein des Avengers. Un spectacle réussi de plus au crédit d’une constellation Marvel/Disney que rien ne semble pouvoir arrêter. Les X-men de la Fox n’ont qu’à bien se tenir…

Fidèle et cœur pur, le Captain America a bien du mal à trouver sa place entre les ambitions du SHIELD, les intrigues des politiques et l’arrivée d’un adversaire de légende : le Soldat de l’hiver…  Il fut un temps pas lointain du tout où le Captain America, engoncé dans son costume patriotique, apparaissait comme l’un des superhéros les plus invendables auprès d’un public européen. C’est bien la preuve que les temps changent. Après un premier volet savamment nostalgique qui avait réconcilié tous les publics en salle – grâce en soit rendu à Joe «  Rocketeer » Johnston-, le plus américain des superhéros Marvel revient pour une seconde aventure qui a la belle ambition d’associer définitivement le personnage à l’univers Avenger, préparant un public désormais conquis à Age of Ultron. Stupéfaction dans les rangs des angoissés : les commandes du navire sont confiées non pas a des routiers du fantastique mais à deux spécialistes de la série comique, Anthony et Joe Russo (Arrested Development, Animal Practice…). Le Captain America ambitionnerait-il de battre Iron Man sur le terrain du charme persifleur ? Nenni. Soignant une action spectaculaire, plantant le décor et resituant les enjeux, ajoutant juste ce qu’il faut d’ingrédients et de références pour nourrir la tradition tout en restant attentif à l’héritage des comics, les frères Russo changent de registre avec une aisance plaisante. Il faut sur ce point saluer le travail des scénaristes Stephen McFeely et Christopher Markus dont les noms restent attachés à la trilogie de Narnia, mais qui sont pour pas mal d’autres les scénaristes responsables de la délicieuse surprise du No pain no gain de Michael Bay…

Si les Russo évoquent comme référence Ronin, Jason Bourne et The Raid, les scénaristes citent Marathon Man et Les trois jours du condor. Cela peut surprendre mais apparait cohérent si l’on considère l’évolution du ton. Au départ, le méchant du film devait être cette grosse tête de Modok, ce que l’on regrette forcément un peu. Mais le choix du Winter Soldier est judicieux et participe à resserrer les rangs et rendre indissociables l’univers du Captain avec l’arrivée de son vieux complice Le Faucon, et celui des Avengers avec l’omniprésence de la Veuve Noire et Nick Fury. L’envergure politique est assumée par Robert Redford, monument du cinéma indépendant que l’on n’imaginait pas dans pareille entreprise, et qui s’y trouve pourtant très à son aise ! Il ne manque que Glenn Close qui sera la Nova Prime des Gardiens de la Galaxie et qui n’a finalement pas pu participer au tournage du Winter Soldier… L’apparition de Vif argent et de la Sorcière rouge, l’évocation d’un certain Dr Strange et la promesse de Crossbones auront de quoi calmer les insatiables. Des fans ravis que l’on reconnaît dans les salles à leur excellente habitude de déguster tout le générique de fin pour n’en  rater aucun bonus. Ceux qui détalent dès le mot fin ont encore beaucoup à apprendre… On en sort satisfait, rassasié de bastons et de beaux effets spéciaux, ravi de voir que l’incroyable puzzle cinématographique Marvel se met en place avec une réussite inespérée. Une réussite qui ne nous inspire qu’une pensée : encore !

Informations supplémentaires et l’avis Born in USA du Margouillat

captain-america-2 afficheL’avis du Margouillat : Moins de fantaisie mais une agréable ambition pour cette séquelle convaincante. Le spectacle est au rendez-vous, les annonces appétissantes aussi, permettant au Captain étoilé de se rapprocher définitivement de la mythologie Avenger. Mission accomplie.

Site

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...