Nos actus
 

Carrie, la vengeance

 
image de Carrie
image de Carrie
image de Carrie

 
Fiche Technique
 

Millésime: 04 décembre 2013
 
Réalisateur: Kimberly Peirce
 
Acteur: Chloé Grace Moretz, Julianne Moore, Judy Greer, Gabrielle Wilde…
 
Nationalité: Américaine
 
Genre:
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
4.0


 
Musique
5.0


 
Emotion
3.0


 
Notre note
4.5
4.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


L'espace d'un instant on a quasiment ressenti une vague peur...

C'est un peu faible...


Les effets spéciaux ne peuvent rattraper le manque de tension du film.


Posté le 5 décembre 2013 par

 
Chronique
 
 

Ressusciter l’un des personnages les plus populaires du bestiaire horrifique de Stephen King n’est pas anodin. L’intention est bonne, mais par manque de caractère, le remake semble vain…

P

ersécutée par ses camarades, soumise à la tyrannie d’une mère cinglée, Carrie est une ado solitaire au bord de l’explosion. À force d’humiliation et de douleur, la toute-puissance de sa vraie nature finit par apparaître… Le livre de Stephen King est un chef-d’œuvre, et a donné matière à un film majeur du genre horrifique. C’est dire si la volonté d’un remake implique une certaine prise de risque. Mais après tout, les récents Evil Dead et Maniac avaient su se faire valoir. En serait-il de même pour cette vengeance fameuse? Si ceux qui n’ont pas lu le livre ou vu le film de Brian de Palma peuvent trouver un certain agrément aux quelques frissons poisseux et aux effets spéciaux agréables, ceux qui ont déjà des références en tête resteront peut-être sur leur faim. C’est dommage, l’équipe faisait envie. Aux commandes, la réalisatrice de l’excellent Boys don’t cry promettait d’ajouter au traitement une sensibilité féminine précieuse, et pour remplacer la sidérante Sissy Spacek, Chloé Grace Moretz possédait un triple atout: l’âge du personnage, un talent évident, et un vrai  physique. Dans le rôle stratégique de la mère, l’élégance de Julianne Moore semblait idéale. Et la chose ne s’annonce pas trop mal. Marco Beltrami signe une partition efficace et, se réclamant plus du livre que du film de De Palma, le récit est resserré et replacé avec beaucoup d’à propos à l’époque des réseaux sociaux. À l’heure où la croisade contre le harcèlement en milieu scolaire prend les proportions de causes nationales, la détresse de Carrie prend une dimension supplémentaire très pertinente. Surtout à l’issue du commentaire final.

La démarche est sincère et pleine de bonnes intentions, mais s’avère vite manquer de tripes. Pas tant à l’écran que dans le traitement de l’intrigue, les tripes. La virulence de la vengeance est proportionnelle au chemin de croix de l’adolescente, à l’empathie ressentie pour Carrie. Et c’est cette intimité de cauchemar qui nous laisse sur notre faim. Bien que la jeune actrice s’empare de son personnage avec conviction, on regrette qu’elle n’ait trop souvent qu’une seule expression pour s’exprimer. On éprouve de la peine pour la mère comme la fille, que l’on sent victimes et terrifiées au-delà des horreurs qu’elles peuvent commettre, mais à l’étroit dans leur décor, elle ne nous permette pas d’être terrifié à notre tour… Plus rythmé, doté d’effets spéciaux convaincants, le film ne se consacre pas assez à l’atmosphère, par défaut de s’approprier vraiment l’intrigue. Quitte à fâcher maître King, plus de liberté et d’audace auraient sûrement libéré les acteurs et la peur. Une limite qui nous amène à sans cesse revenir au souvenir du film de Brian de Palma, ce qu’il ne fallait surtout pas. Ceux qui n’ont pas vu le modèle « original » pourront trouver plaisir à cette approche plus spectaculaire, au juste écho des souffre-douleurs qu’il présente, à l’explosion de violence finale. Mais la détresse de Carrie ne les hantera pas longtemps après le mot fin. Dommage.

Informations supplémentaires et l’avis Même pas peur du Margouillat

Carrie-La-Vengeance-AfficheL’avis du Margouillat : Pour revisiter Carrie, il ne suffit pas de s’emparer de ses ingrédients. Il faut hanter les lieux, redonner aux personnages leur dimension dramatique avant de terrifier. Cette Vengeance parvient parfois à être efficace grâce à ses comédiennes, mais n’égale en aucune façon son modèle.

Site

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...