Nos actus
 

Charlie Countryman

 
Charlie Countryman
Charlie Countryman
Charlie Countryman

 
Fiche Technique
 

Millésime: 14 mai 2014
 
Réalisateur: Fredrik Bond
 
Acteur: Shia LaBoeuf, Evan Rachel Wood, Madds Mikkelsen, Til Schweiger
 
Nationalité: Américain
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
6.8
6.8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Un Shia LaBoeuf surprenant pour un premier film qui ne manque pas de pêche et de caractère

C'est un peu faible...


En dépit d’une atmosphère originale, les personnages auraient mérité plus de profondeur.


0
Posté le 14 mai 2014 par

 
Chronique
 
 

Même lorsque  l’on excelle dans le court, le passage au long est délicat. Connu pour ses pubs et ses clips, Fredrik Bond se lance avec une romance déglinguée et prenante. Son beau casting profite d’une liberté de ton bien plus européenne qu’américaine. Prometteur.

C

harlie vient de perdre sa mère. Déboussolé, il suit le conseil post-mortem de la défunte et part chercher un sens à sa vie à Bucarest. Une suite d’évènements vont dès lors le mettre sur le chemin de la sulfureuse Gilda. Son amour pour elle n’en sera que plus fort… Cadrages travaillés, éclairages soignés et réalisation piégeante, on devine que ces images-là ont longtemps tourné dans la tête de leur auteur avant de prendre forme sur nos écrans. Connu pour ses pubs et ses clips, le suédois Fredrik Bond a longtemps cherché la matière de son premier long métrage avant que la romance déglinguée écrite par Matt Drake ne le captive. Le jeune scénariste de Project X s’est pour cela inspiré de sa propre expérience de prof lorsqu’il enseignait en Roumanie. Une expérience vraisemblablement haute en couleur. Réponse à la douleur d’être orphelin, notre héros s’embarque pour un véritable trip où rêve et réalité se confondent, ne laissant dans ce chaos de rencontres improbables, d’expériences cintrées et de périls bien réels qu’une ligne directrice : la découverte d’un amour fou. Un scénario parfois simpliste et qui évacue un peu trop vite les détails pour se consacrer à l’errance de son pathétique antihéros. On pourra chicaner sur le manque de rigueur d’écriture et la profondeur toute relative de personnages d’une pièce. Il n’empêche que le résultat est séduisant.

Cette love story shootée aux ecstas sera forcément comparée à True Romance ou Trainspotting, mais la valeur de l’entreprise tient avant tout à sa volonté de capter une ivresse très slave, une dimension absolument pas américaine où le jour et la nuit se chevauchent, où les morts parlent volontiers aux vivants, et où la passion ne s’exprime que dans la plus théâtrale des tragédies. Un exercice déroutant, exotique aussi, et qui implique une liberté des plus excitantes. Le réalisateur en prend sa part, souvent inspiré, menant l’action avec vigueur et utilisant habilement l’usage des drogues. Expérience a laquelle le premier rôle s’est plié pour être crédible, le vilain. Une liberté qui a forcément séduit ce casting très attirant. On regrettera bien sur les apparitions météoriques de Melissa Leo et Vincent D’Onofrio, et des méchants manquant de relief. Mais cela passe malgré tout fort bien, les rôles étant confiés à deux acteurs épatants, Til Schweiger et l’immense Mads Mikkelsen. Dans son rôle de violoncelliste fatale, Evan Rachel Wood est stupéfiante et méconnaissable. Il semblerait que même son accent roumain soit trompeur. Et si la participation de Rupert Grint est une amusante surprise, celui qui se taille la part du lion dans ce space cake est bien sur Shia LaBoeuf, qui se donne de tout son cœur pour disparaître derrière ce rôle attachant. Un premier film imparfait, mais surprenant, qui séduit par une identité qui se détourne des clichés hollywoodiens. Une chance dont son beau casting a su se saisir.

Informations supplémentaires et l’avis La vache du Margouillat

Charlie CountrymanL’avis du Margouillat : Halluciné et original, cette love story barrée doit autant à la folie slave qu’à l’inspiration plastique d’un réalisateur suédois bien connu pour ses pubs et ses clips. Un premier film séduisant qui offre à Shia LaBoeuf un rôle sur mesure. À découvrir.

Site


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)