Nos actus
 

Chimpanzés

 
Chimpanzes
Chimpanzes
Chimpanzes

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Alastair Fothergill et Mark Linfield
 
Acteur: Oscar
 
Nationalité: Américaine, Tanzanienne
 
Genre:
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
6.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.5
7.5/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Une prouesse technique remarquable et un coup de pouce du destin très touchant.

C'est un peu faible...


La touche Disney ajoute un peu de gnangnan là où les images parlaient d'elles-mêmes.


0
Posté le 21 février 2013 par

 
Chronique
 
 

Après les félins, les caméras de Disneynature se consacrent à la société des chimpanzés, et au destin exceptionnel de l’adorable petit Oscar. Un documentaire qui se déguste en famille, comme une fiction.

D

ans l’une des dernières forêts primaires d’Afrique, la forêt de Taï à l’ouest de la Côte d’Ivoire, les chimpanzés vivent loin des hommes. Une survie permanente, rythmée par les attentions indispensables de la vie en communauté et la recherche de nourriture. Menée par Freddy, le mâle Alpha riche d’autorité et d’expérience, le clan se déplace suivant la maturité des fruits, déployant des trésors d’ingéniosité pour déguster les noix indispensables à leur régime, et qui sont le trésor jalousé de leur territoire. Ce qui ne les empêche pourtant pas d’être parfois amenés à dépasser les limites de leur fief, jusqu’à empiéter sur celui du clan voisin. Un clan puissant et bientôt à court de ressources. Le plus jeune du clan de Freddy est Oscar. Ce dernier-né, qui ne quittera pas sa mère pendant plusieurs années, découvre à son contact et celui des autres chimpanzés la vie dans la jungle, entre jeux et festins, explorations et frayeurs. Un long apprentissage dont se tient éloigné Freddy…

C’est par un véritable camp d’entraînement que l’équipe est passée pour avoir la forme physique et acquérir les réflexes nécessaires.

Par leurs attitudes, leur formidable habileté, les incroyables regards que la caméra a su saisir, les héros de cette chronique du quotidien des chimpanzés sauvages nous apparaissent d’une étonnante proximité. Il faut dire que ce sont des experts qui ont réussi cette prouesse. C’est à Alastair Fothergill que l’on doit Félins, Un jour sur Terre, La planète bleue et la série La planète Terre. Il co-réalise et produit en duo avec Mark Linfield, documentariste réputé et collaborateur sur Un jour sur terre. Et de l’avis de ces deux autorités, à l’inverse de ce que l’on imagine, Chimpanzés a été leur tournage le plus compliqué. Il aura fallu transporter à dos d’homme plus de 9 tonnes de matériaux pour construire un camp autonome à 48 heures de marche de toute ville, et une fois au contact des chimpanzés, minimiser tout contact, toute intrusion, tout en bataillant contre les insectes, les serpents mortels, et des pluies comparables à la violence d’une lavage auto ! Les chimpanzés parcourent à vive allure entre 16 et 24 kilomètres par jour, un rythme impossible à suivre pour les scientifiques juste équipés d’une paire de jumelle, alors imaginez le défi pour une équipe de tournage ! C’est par un véritable camp d’entraînement que l’équipe est passée pour avoir la forme physique et acquérir les réflexes nécessaires. Et les difficultés ne s’arrêtent pas là. Cachée derrière une impénétrable couverture de feuillage, leur fourrure sombre absorbe littéralement la lumière. Un cauchemar de contraste qui conduit Martyn Colbek, le directeur de la photographie a estimé qu’il n’a pas pu filmer 90% de ce qu’il a vu, l’idéal étant d’obtenir un plan potable par jour…

La beauté des images qui nous dévoilent l’intimité de ce clan n’en sont que plus précieuses. Les 3 ans de travail nécessaires ont cependant été récompensés. Par la naissance d’Oscar d’abord, un bébé chimpanzé auquel il est rigoureusement impossible de résister, et qui devint sans mal le héros du récit. Mais aussi par le destin tout à fait exceptionnel de ce bébé dans le monde sauvage. La perte de sa mère condamnait l’orphelin à un destin funeste lorsqu’il fut adopté devant les caméras par le plus improbable des parents de substitution : Freddy, le mâle dominant du clan qui d’usage ne s’occupe jamais des jeunes. Un véritable miracle qui vient relancer la discrète dramatisation du documentaire. Un récit instructif, immersif, et agréablement commenté par Ary Abittan qui trouve le bon équilibre entre rigueur des informations et une interprétation souvent comique de formidables scènes. Il faut attendre le générique de fin pour rappeler que ce sanctuaire est en danger, que ce film contribue au travail de sauvegarde entrepris par la communauté scientifique et l’institut Jane Goodall. Mais cette parenthèse est un vrai plaisir dont on profite jusqu’à la dernière image. La vocation initiée jadis par Disney et ses documentaires animaliers a retrouvé toute sa pertinence et son impact.

Informations supplémentaires et l’avis sauvage du Margouillat

ChimpanzésL’avis du Margouillat : Un film, un documentaire, un mission sensibilisante sur notre nature et l’intérêt de la préserver, il ne manque qu’un margouillat à l’image pour que le tableau soit irréprochable !

Site : Chimpanzés

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)