Nos actus
 

Cloud atlas

 
Cloud atlas
Cloud atlas
Cloud atlas

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Lana Wachowski, Tom Tykwer, Andy Wachowski
 
Acteur: Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent, Hugo Weaving, Jim Sturgess, Doona Bae, Ben Whishaw
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
9.8


 
Scénario
9.5


 
Musique
9.0


 
Emotion
9.8


 
Notre note
9.5
9.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Une épopée bouleversante à la narration impeccable

C'est un peu faible...


Le mélange des histoires créé l'alchimie, mais certains trouveront quelques scénettes un peu balourdes (ignorez-les...)


Posté le 13 mars 2013 par

 
Chronique
 
 

L’adaptation était improbable, un passage à l’image plus encore. Relevant le défi, les Washowsky et Tykwer ont composé une œuvre magistrale, jouant avec les personnages, les époques, les genres, et les émotions d’un spectateur totalement emporté par cette épopée hors norme.

D

ans la nuit d’un très lointain futur, un vieillard au visage balafré se souvient des terribles épreuves de sa vie. À la lumière du feu de camp, il raconte la terreur cannibale harcelant les pacifiques habitants de son village d’après la Chute, en 2321. Une existence et des épreuves, en lien direct avec tant d’autres vies. Celle de l’écossais Robert Frobisher, jeune compositeur génial et rebelle de 1936, celle de Adam Ewing, avocat idéaliste confronté au commerce d’esclave en 1849, celle de la journaliste Luisa Rey, sur la piste d’un désastre annoncé en 1973, celle de Timothy Cavendish en 2012, pacifique éditeur pris au piège de son insouciance, celle de Sonmi-451, clone anonyme du terrifiant Neo Séoul de 2144 par qui tout va changer…

Avant d’être un film hors-norme, Cloud Atlas est un défi d’écriture

Vous en avez assez des films formatés pour vous épargner les neurones ? De ces scénarii prévisibles abandonnés à la relative bonne volonté d’acteurs s’épuisant à donner un peu d’épaisseur à l’entreprise ? Vous voulez retrouver le souffle d’un beau cinéma, audacieux et démesuré; intelligent et raffiné ? Alors ne loupez surtout pas Cloud Atlas. Ça n’est pas si souvent qu’un film dépasse largement ce que sa belle bande annonce pouvait promettre… Avant d’être un film hors-norme, Cloud Atlas est un défi d’écriture, car ce numéro d’équilibriste entre les destins au fil de 5 siècles d’expériences, d’erreurs répétées et de rédemptions, est en premier lieu un exercice littéraire qui a fait la belle réputation du livre de David Mitchell, traduit en français sous le titre Cartographie des nuages (Éditions de l’Olivier). Entreprendre son adaptation pour le cinéma relevait de la prouesse… prouesse accomplie par un trio de réalisateurs/scénaristes dont la nécessaire complicité pour parvenir au bout d’un tel monstre impressionne. Écrivant de concert et se partageant la tâche de réaliser les différentes époques, on retrouve derrière les nombreuses caméras de cet ovni magnifique Lana et Andy Washowski, toujours auréolés du choc de la trilogie culte Matrix, et Tom Tykwer, qui depuis Cours Lola Cours a signé L’Enquête et l’injustement sous-estimé Le Parfum. À eux trois, ils ont conçu une mise en image bluffante pour un roman inadaptable.

Ce passage de témoin des âmes au fil de siècles et de l’amour repose avant tout sur un choix extrêmement gonflé : chaque âme est interprétée par le même acteur, jusqu’à 6 fois, même si son incarnation change de couleur de peau ou de sexe. Pour des acteurs de l’envergure de Tom Hanks, Hugo Weaving, Halle Berry, Ben Wisham ou Hugh Grant, la saveur de cette gourmandise de personnages doit être exceptionnelle. Il est d’ailleurs impossible de tous les reconnaître, et l’arrivée du générique de fin est l’occasion de sacrées surprises. Le savoir-faire des costumiers et des maquilleurs est impressionnant, nous offrant des scènes énormes. Comment résister à un Hugo Weaving en terrifiante infirmière ! Car en abordant de front toutes ces existences, en jonglant avec toutes ces unités de temps, Cloud Atlas s’offre aussi une liberté rare : celle de conjuguer tous les genres, de réunir en un même film le polar seventies et la comédie british, l’action d’une SF inspirée et le charme d’une relation très romantique, sans que l’un nuise à l’autre. Au contraire, chaque histoire se nourrit de l’héritage de l’autre, élaborant peu à peu l’incroyable arborescence du jeu des âmes. Et il faudra revoir le film plusieurs fois pour relever tous les fascinants détails, indices et clins d’œils ! Doublant tous les postes techniques, Tom Tykwer se joignant même aux compositeurs en signant le magnifique thème symphonique, Cloud Atlas est un film à part, hors gabarit jusque dans sa durée. 2h45 de bonheur cinématographique qui passent à une vitesse stupéfiante. Incontournable.

Informations supplémentaires et l’avis nuageux du Margouillat

Cloud atlasL’avis du Margouillat : Certains adoreront le détester, la critiques est ainsi faite, mais ça n’enlèvera rien à cette prouesse cinématographique mélangeant les genres et les univers avec une maîtrise stupéfiante. Une grande claque, foi de margouillat !

Site : http://cloudatlas.warnerbros.com/

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...