Nos actus
 

Flight

 
Flight
Flight
Flight

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Robert Zemeckis
 
Acteur: Denzel Washington, Don Cheadle, Kelly Reilly, John Goodman
 
Nationalité: Américain
 
Genre:
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
8.5


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.9
7.9/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Explose avec autant d'adresse les réacteurs et les tabous !

C'est un peu faible...


Ah, les joies de la rédemption et du chemin de l'absolution. L’atterrissage préféré de nombre de production hollywoodienne.


Posté le 18 février 2013 par

 
Chronique
 
 

Portrait inspiré de l’emprise de l’alcoolisme, Flight est aussi une parabole cynique sur la reconnaissance, la valeur d’un homme face à ses actes. Un drame habile qui compense sa longueur par la grande qualité de son interprétation.

W

hip Whitaker émerge d’une nuit agitée au côté d’une séduisante hôtesse. Pilote chevronné habitué à des cadences effrayantes, il retrouve la forme avec l’habituel cocktail d’alcool et de drogue. Impressionnant de désinvolture aux yeux de son jeune co-pilote, Withaker part pour un vol de routine de plus. Le vol 227 va pourtant s’avérer être le vol tant craint, celui où tout bascule, où tout va mal. Face à l’imminence d’un crash inévitable, Withaker va faire preuve d’un sang froid incroyable, oser une manœuvre surréaliste et éviter ainsi un désastre total. La prouesse est exceptionnelle, et la presse ne tarde pas à s’emparer du miracle et de son héros. Mais l’enquête sur le crash est lancée, et va passer au crible toutes les mauvaises habitudes du pilote…

L’examen de conscience de ce héros vite déchu est avant tout le révélateur de la société qui l’entoure avec une hypocrisie calculée

Dans une société obsédée par la célébrité, l’exemplarité la plus manichéenne, qu’est-ce qui fait un héros ? Sa présence d’esprit ? L’expérience qui lui permet d’exécuter des gestes que même la théorie met en doute, et ainsi sauver d’une mort certaine des dizaines de personne ? Mais est-il toujours un héros si ce sauveur est un alcoolique dont les vilaines habitudes sont devenues les piliers de son quotidien ? Sur quel critère doit-on le juger ? C’est là toute l’intelligence de Flight. De Panique à Needle Park à Leaving Las Vegas, le cinéma n’est pas avare de visions poignantes de l’alcoolisme ou de l’abus de drogue, bien plus intenses que la belle prestation de Denzel Washington. Mais les démons du héros de cette histoire agréablement cynique ne sont qu’un ingrédient de l’ensemble. Et l’examen de conscience de ce héros vite déchu est avant tout le révélateur de la société qui l’entoure avec une hypocrisie calculée. Autour de ce personnage attachant et démoli, face au drame dans lequel il se débat avec le soutien de l’émouvante Nicole, incarnée par l’excellente Kelly Reilly, les juges de ce qui est moral, de ce qui est le Bien, sont tous dévoyés par leurs intentions, que ce soit les médias, impatients de faire tomber les idoles qu’ils ont eux-même hissé sur un piédestal, ou les responsables des compagnies d’aviation et autres syndicats, obsédés de rendement et d’image, calculant leurs déclarations à l’échelle des dommages et intérêt qu’ils risquent. Dans ce drôle de marchandage sur la valeur de l’individu, le rôle du diable, du tentateur, a en fin de compte tout du toubib des urgences. Un personnage sulfureux et formidablement sympathique incarné par le génial John Goodman, comme toujours indispensable.

S’il interpelle par l’angoissant constat que nous confions régulièrement notre vie à des gens qui n’arrivent même pas à gérer la leur, Flight touche surtout par la crédibilité de son personnage, et la pertinence des réactions autour de lui, pendant son ascension glorieuse comme sa dégringolade. Une vision désabusée de la célébrité qui fait écho à l’expérience de Robert Piche, pilote canadien qui sauvé 300 passagers et dont l’auréole de héros a été jetée aux fauves lorsque la presse à découvert son passé, moins glorieux… Imaginé par John Gatins, le scénariste du plaisant Real Steal – et du futur Need For Speed… -, Flight séduit sans mal, même si l’on peut regretter que cette vision pertinente aboutisse à une rédemption téléphonée… Reste le savoir-faire du réalisateur et pilote émérite, Robert Zemeckis. Après celui de Seul au monde, son dernier film « live » en date, celui-ci nous gratifie d’un autre crash aérien particulièrement impressionnant. Optant pour une réalisation suivant la chronologie de l’histoire, un luxe toujours profitable aux performances des acteurs, il offre à un casting de choix une intrigue forte et riche. Au point de penser que la démarche aurait été encore plus efficace s’il avait ouvertement fait le choix du politiquement incorrect…

Informations supplémentaires et l’avis bourré du Margouillat

FlightL’avis du Margouillat : Il manque au film se petit courage qui fait souvent défaut au cinéma américain ; le choix politiquement incorrect. En attendant le sujet est passionnant et le casting lui fait honneur.

Site : http://www.paramount.com/flight/


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...