Nos actus
 

Hipotesis

 
Hipotesis
Hipotesis
Hipotesis

 
Fiche Technique
 

Millésime: 12 février 2014
 
Réalisateur: Hernan Goldfrid
 
Acteur: Ricardo Darin, Alberto Ammann, Calu Rivero, Arturo Puig…
 
Nationalité: Argentine
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.0
7/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


L'excellent Ricardo Darin et un suspens accrocheur.

C'est un peu faible...


Un manque de rigueur, de rythme et de venin.


Posté le 27 février 2014 par

 
Chronique
 
 

Rien n’est plus fascinant pour le spectateur que de se trouver piégé par le héros d’une histoire, partagé entre l’affection et les doutes. S’il manque d’envergure et de rigueur, Hipotesis s’essaie plaisamment à cet exercice de haute volée. Ricardo Darin y est pour beaucoup.

Un expert du droit pénal retrouve parmi ses étudiants le fils de vieilles connaissances. Brillant, le jeune homme ne cesse de l’intriguer par la pertinence de ses questions, mais aussi par son attitude, le choix de ses termes. Lorsqu’un crime est commis sous ses fenêtres, il est convaincu que l’étudiant est lié au meurtre… Dans la catégorie du Thriller, c’est peut-être l’exercice le plus remarquable, le plus fascinant : celui qui consiste à piéger le spectateur jusqu’à lui faire perdre toute certitude. Un art délicat en littérature, et plus difficile encore sur grand écran. C’est ce défi que relève Hernan Goldfird pour son second long métrage. Un thriller ambitieux puisqu’il s’agit d’adapter un roman dont la réputation a dépassé les limites de l’Amérique du Sud. Bestseller de l’année en Argentine, Thèse sur un homicide de Diego Paskowski (aux éditions La Dernière goutte en France) a su se faire remarquer des amateurs de polar hypnotique. Mais si la partition est de très grande qualité, l’interpréter en film est une toute autre affaire. Hipotesis fait à la fois le portrait d’un homme de loi, arrogant et brillant, expert dans l’art de dissocier les lois de la justice, et celui d’un enquêteur de métier, opiniâtre et convaincu de son talent. Celui-ci trouve matière à conclure dans ce qui sauve toujours les procédures et les juges face aux innombrables erreurs et oublis : les détails. Alors que ce meurtre sans explication le ramène de plus en plus à son propre passé, ses propres échecs et ses zones d’ombre, le personnage principal se trouve piégé par sa propre obsession. À ne plus envisager les éléments que par son point de vue unique, à ne plus interpréter les éléments de l’enquête que dans le sens de ses certitudes, il peut tout déformer. Ou être le seul à y voir clair.

Entretenir ce trouble jusqu’à faire douter le spectateur de tout est une tache très difficile, dont Goldfrid ne se tire pas trop mal. S’il hésite à faire totalement confiance à son public, il lui permet pour l’essentiel d’interpréter les faits et les coups de théâtre suivants que l’on voit Bermudez en victime ou pas. À l’exception d’une image finale superflue, celle du coupe papier dans le four, qui n’est adressée qu’à l’attention du spectateur et trahit ainsi une narration privilégiant le point de vue de Bermudez. Le découpage ajoute une confusion chronologique intéressante, mais peut-être pas indispensable. C’est à l’excellent Ricardo Darin qu’est confié le rôle de Bermudez. Taciturne avec talent, il campe un personnage intéressant pour ses failles, qu’il peine cependant à nous dévoiler. Le cœur de l’intrigue se trouvant au croisement du passé commun de Bermudez et du tueur, c’est sûrement sur ce point que le film pêche par lenteur et frilosité. Face à lui, l’étudiant idéal incarné par Alberto Ammann parvient à préserver le doute en étant assez juste dans un rôle parfois maladroitement maléfique. Et pour ses débuts sur grand écran, l’actrice de télé Calu Rivero est très convaincante dans le rôle de Laura. Intrigant, prenant, Hipotesis mène sa démarche jusqu’à la conclusion sans gaffe majeure, et nous offre même une fin sans réelle certitude. Mais il y manque une pointe d’audace, de rigueur dans la construction pour que l’intensité du livre se retrouve à l’écran. Il ne serait pas étonnant de voir un remake d’Hipotesis un de ces jours…

Informations supplémentaires et l’avis hypothétique du Margouillat

HipotesisL’avis du Margouillat : Au fil de son intrigue prenante, Hipotesis multiplie les thématiques : la notion de justice par rapport aux lois, l’objectivité de l’enquêteur face à des faits qui le touchent de trop prêt,  l’homme pris au piège, le miroir déformant de l’obsession… S’il n’exploite aucun d’entre eux jusqu’au bout, le suspens reste plaisant.

Site

 

 

 

 


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.