Nos actus
 

Hunger Games: L’embrasement

 
Hunger Games 2
Hunger Games 2
Hunger Games 2

 
Fiche Technique
 

Millésime: 27 Octobre 2013
 
Réalisateur: Francis Lawrence
 
Acteur: Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Lian Hemsworth, Woody Harrelson…
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Un film de transition alléchant pour une suite qui, si elle est à la hauteur de ses ambitions, pourrait définitivement convaincre les plus réticents.

C'est un peu faible...


Pas grand chose à lui reprocher. Dans le genre saga pour ado, Hunger Games surnage.


Posté le 30 novembre 2013 par

 
Chronique
 
 

L’Embrasement dépassera-t-il les records du premier volet? C’est plus que probable. Habile et très efficace, la réalisation de ce second volet à de quoi satisfaire les plus exigeants.

L

e succès phénoménal des adaptations des œuvres de Tolkien et J.K. Rowling ont montré l’exemple. Toutes les maisons de production traquent désormais la série de livre à succès qui leur permettra de créer une franchise justifiant des investissements faramineux. Alors que le Hobbit fait le bonheur de Warner, et que Disney orchestre le monument Marvel, Lionsgate a tiré son épingle du jeu avec l’adaptation des livres de Suzanne Collins, Hunger Games. Un choix qui s’impose par son audace. Point de love-story entre loups-garous et vampire scintillants, de vagues bastons entre créatures du jour et de la nuit. Soumise à la terreur par une dictature, une population aux abois doit sacrifier ses propres enfants pour la gloire du pouvoir au cours d’un atroce jeu de gladiateur façon télé-réalité. Bien qu’édulcorant la violence du livre, le premier film est parvenu à faire accepter ce postulat sulfureux sans sombrer sous les coups de la censure. Un exploit en soit, et une volonté payante : le film a pulvérisé des records de popularité, rapportant plus de 691 millions de dollars pour une mise de 78 millions… Le second volet de la trilogie se devait de tenir la note. En dépit d’un changement de réalisateur et d’un tournage concentré sur seulement deux mois, L’Embrasement tient ses promesses parce qu’il colle aux motivations de Suzanne Collins, l’auteur des livres: évoquer intelligemment le totalitarisme, donner une image crédible de la peur, de la violence et de leurs traumas. Les personnages gagnent en épaisseur, et plutôt que de diluer l’intrigue, les relations entre les jeunes héros enrichissent leurs personnalités.

Comme promis, L’Embrasement nous dévoile Panem grâce à la tournée des vainqueurs à travers les districts. Un regard dans les coulisses du pouvoir qui ajoute une dimension politique à l’éveil des consciences des héros. Si le recours à la violence est toujours mesuré, au grand regret des accrocs des livres, l’action est très efficace, plus ambitieuse que le premier volet, et enrichie par le concours de pointures aux effets spéciaux, les maîtres de Weta se chargeant des passages les plus périlleux. On apprécie aussi l’apport de l’Imax, choix plus judicieux qu’une 3D opportuniste. Un cadre pertinent et intrigant, une action prenante menée à bon rythme, ne manque plus qu’un casting à la hauteur, ce qui a toujours été un grand atout de la franchise. Jennifer Lawrence est définitivement une Katniss idéale, Josh Hutcherson développe un Peeta plus en accord avec sa personnalité que celui décrit dans le livre, et des rôles secondaires se révèlent un peu plus, comme ceux incarnés par Woody Harrelson et Elizabeth Banks. Un casting ingénieux – Sam Claflin est un Finnick épatant et Jena Malone impeccable en Johanna- qui continue de s’enrichir de comédiens peu habitués à ce genre de grosses productions: on retrouve avec beaucoup de plaisir des acteurs comme Amanda Plummer, Jeffrey Wright ou l’immense Philip Seymour Hoffman! Le but de la production est clair: atteindre le milliard. C’est tout à fait à la portée de cette séquelle des plus solide, préambule à un volet final qui sera décliné en deux volets par le même réalisateur. Compte tenu du potentiel en place, l’apothéose de Hunger Games pourrait être grandiose. Ce serait la consécration qui ferait définitivement des studios Lionsgate l’égal de Warner ou de la Fox. C’est dire si les enjeux sont importants ! Ce qui est sur, c’est que le spectateur, même lorsqu’il n’a pas lu les livres, y trouvera son compte.

Informations supplémentaires et l’avis Jeux Dangereux du Margouillat

Hunger Games 2 afficheL’avis du Margouillat :  Si Hunger Games a bousculé la donne de la littérature fantastique ciblant les ados, c’est parce que les livres étaient bien écrits, portés par une motivation intelligente, avec un fond plus politique que romantique. Il semble que, pour une fois, l’adaptation respecte scrupuleusement ces atouts. On y gagne une suite efficace, marquée d’une ambition prometteuse.

Site

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...