Nos actus
 

Interview de Christine Berrou, Luigi Li et Redouanne Harjane pour Khumba

 

Posté le 26 avril 2014 par

Une partie de la troupe du Jamel Comedy Club a répondu à nos questions sur le doublage de leurs personnages du film. Second degré garanti !

Pour vous, c’est une première expérience de doublage, vous avez pu choisir vos personnages ?
Christine Berrou : Je voulais faire le méchant, mais on m’a dit que ça ne serait pas très crédible, je ne sais pas pourquoi.
Luigi Li : On a vu le film une première fois, évidemment on a trouvé des affinités avec les personnages, ensuite nous avons fait des essais.
Redouanne Harjane : Il y a des gens qui sont morts durant les essais, car il y avait des sons très particuliers à trouver et il y a seulement six gorges dans le monde capable de produire ces sons-là. Il y en a trois devant vous.

Avez-vous travaillé ensemble durant les enregistrements ?
Christine : on a fait semblant pour le making of du DVD
Luigi : mais sinon on a eu la chance de ne pas travailler ensemble

C’est un exercice compliqué de se retrouver seul, sachant qu’au final il y a beaucoup de personnages à l’écran ?
Luigi : C’était plutôt bizarre, surtout que j’ai enregistré les premiers jours et qu’il n’y avait aucune voix derrière. Donc je répondais à l’acteur anglais. C’était une expérience très marrante.
Christine : Moi j’avais ta voix, t’étais un peu avec moi.
Redouanne : Le casting original est assez énorme ; il y a Liam Neeson, Steeve Buscemi, Laurence Fishburne, Jake T.Austin, donc déjà la VO t’aiguille, tu peux surfer sur l’énergie et tu adaptes avec la rythmique comique des mots français.

Vous aviez un coach ? Au hasard : Jamel ?
Luigi : On avait surtout la directrice artistique. Elle fait tous les films de la terre, à 1% près.
Christine : Elle est fabuleuse, c’est une très grande dame du doublage, et c’est une chance énorme de travailler avec elle.

Est-ce que la jungle africaine est aussi cruelle que celle du show-biz.
Luigi : Alors pour tout ce qui est métaphore, c’est à Redouanne qu’il faut s’adresser.
Redouanne : Oui, pour les aphorismes c’est ici que ça se passe Monsieur, en revanche, il faut envoyer un courrier au préalable.
Christine : Je la trouve très intéressante cette question, la savane c’est comme le show-business, il y a des lions, des zébus qui ressemblent à tout le monde, des zèbres qui n’ont pas toutes leurs rayures, et c’est ceux-là qui réussissent le mieux, car ils sont différents des autres.

Vous avez reconnu des gens alors ?
Christine : Bien sûr.
Redouanne : Moi je me suis reconnu dans Skalk après avoir fait la voix, en écoutant… J’ai senti que c’était moi qui avais fait la voix. C’est une mise en abyme de toi-même.

Comment avez-vous placé vos voix ?
Luigi : J’ai fait comme j’ai pu, je ne me suis pas basé sur la voix américaine, on a surtout été bien coaché. Déjà que tu dois lire un texte qui défile, parler en même temps que le personnage, mettre l’intention,  t’essaies de pas faire le malin.

Et vous aviez des voix mythiques en tête ?
Luigi : Oui, moi Pumba du roi lion.
Redouanne : J’avais 144 000 octets de mémoire dans un fichier adapté, mais je te vois ailleurs Christine, du veux dire quelque chose ?
Christine : Oui, moi je suis assez fan de doublage et je me souviens d’un doubleur du nom d’Emmanuel Garigo, il fait énormément de voix. Et quel ne fut pas ma surprise de le voir à l’avant-première presse ! Et je rêve de le rencontrer, car il est la voix de Zack Morris dans Sauvé par le gong.
Luigi : et il fait quoi dans le film ?
Redouanne : il dit Synchronisation des montres
Christine : Ah non, ça c’est Parker Lewis
Redouanne : Merde, j’ai 0 de culture !

Vous avez amené des choses qui ne sont pas très académiques dans le monde du doublage ?
 Luigi : On a un parlé déjà très Jamel Comedy Club. La traduction est souvent littérale avec des mots que l’on n’a pas l’habitude d’utiliser, avec neuf syllabes d’affilée.
Christine : Quelle est la phrase sur laquelle tu butais déjà ?
Luigi : « non je n’abandonnerai pas », il fallait que je prononce chaque syllabe et ça ne sonnait pas juste. Du coup j’ai galéré. Résultat je la passe, et on me dit, « ok, maintenant on fait la bande-annonce », j’avais deux phrases à refaire et l’une d’elles : « non je n’abandonnerai pas »… j’étais saoulé !

Ca donne envie de recommencer ?
Luigi : Bien sûr, j’ai signé pour Khumbha 2, 3 et 4. Je te préviens, Christine, Tombi meurt assez vite.
Christine : c’est pas grave, je vais m’entraîner à faire ARG…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...