Nos actus
 

Jack et la mécanique du cœur

 
jack-et-la-mecanique du coeur
jack-et-la-mecanique du coeur
jack-et-la-mecanique du coeur

 
Fiche Technique
 

Millésime: 05 février 2014
 
Réalisateur: Stéphane Berla, Mathias Malzieu
 
Acteur: Mathias Mazieu, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort…
 
Nationalité: Française
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
9.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
8.0
8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Original, sombre, élégant, inventif, un vrai grand conte pour les grands !

C'est un peu faible...


Comme tout ce qui est bon, c'est forcément trop court…


Posté le 5 février 2014 par

 
Chronique
 
 

Le conte rock existait en musique et en livre, il s’impose désormais sur grand écran. Poétique et énergique, riche de sa BO et d’un imaginaire raffiné, Jack n’est pas une pâle copie de Burton. Revendiquant fièrement ses influences, il s’impose avec classe.

Un bébé vient au monde le jour le plus froid du monde. Une horloge bricolée remplace le cœur gelé de Jack, mais la fragile mécanique le condamne à respecter trois règles essentielles. La plus importante: ne surtout jamais tomber amoureux… Jack a déjà son public. Succès de libraire, le livre s’est vendu à plus de 600 000 exemplaires dans plus de 20 pays. Un succès qui répondait à merveille à la bande-son de cette épopée magique, le conte musical « Jack et la mécanique du cœur », sixième album de Dyonisos. Ne manquait à la création de l’hyperactif Mathias Malzieu que la consécration d’un film conjuguant tous les ingrédients de son succès: l’œuvre et l’imaginaire exploré par le livre, les chansons et les voix de l’album de Dyonisos et les dessins de l’illustratrice Nicoletta Cercoli. Une heureuse rencontre avec Luc Besson a permis à Malzieu de rester maître de son projet et de le conduire à terme au bout de 5 années de travail. Romantique et farouchement décalé, le résultat a largement de quoi satisfaire les inconditionnels les plus exigeants. Rejoint à la réalisation par Stéphane Berla, celui-là même qui a signé de beaux clips pour Dyonisos (« Tais toi mon cœur », Cloudman »…), le film retrouve la chimie du livre. Entre l’élégance britannique du 19éme siècle, la fascination des monstres du Freaks de Browning, la magie visuelle de Mélies, le lyrisme d’un Jeunet et l’énergie d’une scène rock, Jack et la mécanique de cœur impose un univers magnifique, original et mature.

Le plus délicat était sûrement de placer le phrasé si particulier de Malzieu dans la bouche d’un personnage virtuel aussi délicat. On s’y fait très vite, et la magie opère de même avec tous les interprètes du conte musical. Grand Corps Malade est très juste, l’intervention de Rossy de Palma savoureuse, et celle de Dani une révélation. Une belle troupe menée avec un entrain de gamin par le vétéran Jean Rochefort. Avec la participation de Babet, Olivia Ruiz, Arthut H, Cali et Emily Loiseau, la transition entre le charme de l’animation et l’énergie rock de la partition fonctionne à merveille. Les retrouvailles du clan Malzieu autour de son œuvre nous offrent même quelques passages cultes, à l’exemple de cette formidable scène du train où Jack l’Éventreur ressuscite Alain Bashung le temps d’une chanson… Fier de ses partis-pris, riches de trouvailles, assumant la noirceur et la fantaisie, jouant avec une 3D convaincante, la beauté étrange de cette love-story hantée à tout pour devenir un film culte. Et rappelle aux distraits qu’en dépit des certitudes de certains esprits bornés, l’animation n’est pas forcément enfantine. Après l’excellent Minuscule sorti mercredi dernier, l’animation française ajoute une étoile de plus dans les salles obscures. Vivement recommandé !

Informations supplémentaires et l’avis When I was a Child du Margouillat

jack-et-la-mecanique-du-coeur-afficheL’avis du Margouillat : Plutôt que de chicaner sur des ressemblances avec Burton ou Selick, laissez-vous emporter par l’énergie rock de ce conte magnifique. Servi par des voix sur mesure et une belle inventivité graphique, c’est un pur plaisir. Mathias Malzieu a réussi son pari !

Site

 

 

 

 


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.