Nos actus
 

Khumba

 
khumba
khumba
khumba

 
Fiche Technique
 

Millésime: 24 avril 2014
 
Réalisateur: Le rythme cartoonesque emballera en premier lieu les plus jeunes
 
Nationalité: Sud Africaine
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.8
6.8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Animée avec énergie, cette aventure africaine bénéficie d’un design séduisant et son message passe bien.

C'est un peu faible...


Le rythme cartoonesque emballera en premier lieu les plus jeunes.


0
Posté le 26 avril 2014 par

 
Chronique
 
 

Enlevez quelques rayures à un zèbre, et la fable sur la différence s’impose sans mal. Avec son inspiration purement sud-africaine, Khumba joue habilement de sa différence pour trouver sa place dans le vaste univers de l’animation familiale. Du genre qui ne réjouit pas que les gamins.

N

é sans rayure sur l’arrière-train, Khumba est montré du sabot par le troupeau lorsque la sécheresse vient à frapper. Décidé à ressembler aux autres, le jeune zèbre part en quête de rayures, et d’eau… Avant que Drôle d’Oiseaux n’arrive sur nos écrans en 2011, on ne se doutait pas que l’Afrique du Sud avait aussi son école d’animation. Une première tentative réussie, cartoonesque en diable et séduisante par son identité, joliment inspirée par la faune et les paysages d’Afrique. Producteur et scénariste  de ce premier film, Anthony Silverston prend les commandes de ce second opus. Une première réalisation qui a tout pour séduire le plus large public tant elle s’applique à cultiver les qualités de Drôles d’Oiseaux. Pour composer sa fable sur la différence et la tolérance, sur la famille et la solidarité, il nous épargne les grandes tirades moralisatrices et se consacre à un casting 100% Karoo ! Le grand Karoo, ce paysage typiquement sud-africain aux allures de désert écrasé de soleil, abrite une faune et une flore d’une richesse exceptionnelle. Vastes étendues, vallées et Koppies, ces montagnes au sommet plat, sont directement inspiré des lieux qui fascinent le réalisateur et son équipe. Et il en va de même pour les personnages ! Un inhabituel casting de zèbres, de gnous, d’autruche, de chien de prairies, de pangolin, tout un bestiaire rafraichissant que le jeune public adopte avec gourmandise. Un exotisme plein de sens : Khumba est un Couagga, une sorte de zèbre disparue à la fin du 19éme siècle. Recrée génétiquement, un troupeau de Couagga galope à nouveau sur la montagne de la table depuis 2005. Tout un symbole…

Énergique au point d’en être parfois un peu empressé, le fil de l’histoire s’enrichit de chansons sans perdre son tonus, enchainant les péripéties et les gags avec une belle habileté. Un soin de conteur qui porte ses fruits, et qu’il est bon de souligner. Le travail sur la musique est assez exemplaire de cette rigueur : au fil des trois actes de l’aventure de Khumba, chacun des 17 personnages principaux a son propre thème musical, que le compositeur Bruce Retief a su associer au rythme du Ghoema, ce tambour indissociable de l’identité musicale sud-africaine. Khumba s’est doté d’un casting de voix originales prestigieux, et le passage en français était délicat. Bien que l’exercice soit une première pour plusieurs d’entre eux, les membres du Jamel Comedy Club se montrent à la hauteur, épaulés par quelques références du doublage comme Élie Semoun. On peut juste tiquer sur certaines traductions, qui placent dans la bouche des personnages des termes que l’on entend rarement au quotidien. Pas évident de placer « ostraciser » dans une chanson, même pour une autruche… Un bémol anecdotique pour cette ingénieuse aventure familiale rudement bien menée. C’est incontestable, pour ce qui est de l’animation, il va falloir compter avec l’Afrique du Sud.

Informations supplémentaires et l’avis Code Barre du Margouillat

khumba-afficheL’avis du Margouillat : Bien que clairement dédiée au jeune public, l’aventure de Khumba séduira sans trop de mal le reste de la famille grâce à la qualité de son animation et l’originalité de son univers. On apprécie cette différence, qui confirme les promesses de l’animation sud-africaine.

Site

 

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)