Nos actus
 

La chambre interdite

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 16 décembre 2015
 
Réalisateur: Guy Maddin et Evan Johnson
 
Acteur: Maria de Medeiros, Udo Kier, Mathieu Amalric, Amira Casar...
 
Nationalité: canadien
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.5
7.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Maddin est un raconteur unique et son univers, fou des pionniers du 7éme art, nous emmène très très loin !

C'est un peu faible...


Entre expérimentation et fantasme filmique, l'univers de Maddin peut déstabiliser !


0
Posté le 15 décembre 2015 par

 
Chronique
 
 

chambreaffiche

L

e cinéma à ses sorciers, des faiseurs qui n’appartiennent à aucune école pour avoir en toute indépendance créé la leur. À l’autre extrémité de l’industrie cinématographique, artisan du rêve revenant aux origines du 7éme art pour mieux en célébrer le culte fascinant, Guy Maddin joue avec les codes des classiques en orfèvre et réinvente, ose, s’amuse à imaginer des films qui auraient dû exister du temps d’un cinéma en noir et blanc où l’histoire se suivait autant qu’elle s’imaginait, entre deux cartons explicatifs. Son dernier ovni, La Chambre Interdire, est une somme, une quintessence de sa passion, d’une certaine façon l’aboutissement de sa démarche. Son inspiration ? L’insondable gouffre où reposent tous les films oubliés, avortés, abandonnés, projets magiques rendus aux ténèbres dont il ne reste parfois qu’une photo de plateau, un synopsis. Désireux de redonner vie à ce magma fabuleux, épaulé par son coréalisateur et coscénariste Evan Johnson, duo auquel il faut ajouter le scénariste Bob Kootyk, Maddin s’est mis en tête de ressusciter ces histoires tombées dans l’oubli, construisant chaque récit comme un serial à l’ancienne, avec ses montées de rythme et ses coups de théâtre. Armé de sa science des décors artisanaux et d’une caméra hantée, il est venu tourner ses courts au centre Pompidou, devant public, avec le concours de prestigieux acteurs venus se plonger pour une journée dans la mémoire oubliée du nitrate, après une séance de spiritisme ranimant les esprits de ses créateurs disparus… Après trois semaines de tournage, totalement emballé par le résultat de l’expérience, Maddin a répété l’opération avec des acteurs Québecquois dans les studios du centre Phi. Toutes ces « Séances » en boîte, ne restait plus qu’à faire un choix et lier certaines d’entre elles ensemble pour composer un improbable long métrage, tout du long hanté par les films oubliés qui le composent. La Chambre Interdite est un ectoplasme, un rêve éveillé torturé d’humour et de terribles récits, où il est très cohérent de voir un bûcheron, parti au secours de sa belle enlevée par des hommes des cavernes, débarquer dans un sous-marin nazi en perdition… Esthète du cinéma réinventé, Maddin le voyageur intemporel taquine l’expérimental, et usant des capacités du numérique, réinvente la fragilité du nitrate et l’esthétique de ces images oubliées, quelque part entre Hitchcock et Murnau, Zeman, Borzage et Lang. Avec une saveur de kitsch et la conviction d’un casting stupéfiant, le fil de l’histoire se dérobe à la logique, puis retombe sur les pattes flageolantes de la fantasmagorie du réalisateur. Raconter un film de Guy Maddin est un peu idiot. Surtout celui-là. C’est comme sucer un bonbon avant d’enlever l’emballage. Non, pour profiter de la science de ce montreur d’ombre, il faut s’y plonger tout entier, sans parachute ni bouteille d’oxygène, et voir les pistes se brouiller pour se ramifier, dessinant un semblant de cohérence dans ce capharnaüm visuel, et s’y trouver étrangement, étonnement bien.

La Chambre Interdite n’est peut-être pas le plus facile des Maddin pour ceux qui découvrent le cinéaste. Mais une fois de plus, la plongée dans son univers vous abandonne des scènes entières dans le fond de l’imaginaire, projetée au fond du crâne dans votre petit cinéma personnel, perdu dans le dédale de cette intrigue impossible comme on en construit dans nos rêves agités. Du pur Maddin quoi. Un film qui n’est qu’une exploration des possibles offerts par toutes les « Séances » réalisées à Paris et Montréal. On peut donc prolonger l’expérience sur le site du film, où des extraits inédits seront dévoilés jour après jour, pour quelques heures, condamnées à disparaître à moins d’être sauvegardés par les internautes. Des extraits fantômes qui composent une autre narration mosaïque. Si cette expérience accompagne la sortie du film, une autre dimension virtuelle s’ajoutera avec le site web des Séances, où le sauveteur de films oubliés pourra, en contact avec l’esprit des raconteurs oubliés, patiemment recomposer un film original avec les extraits mis à dispositions des 100 films courts réalisés par Guy Maddin…

www.lachambreinterdite.fr


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)