Nos actus
 

La tête la première

 
La-tête-la-première
La-tête-la-première
La-tête-la-première

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Amélie van Elmbt
 
Acteur: David Murgia, Alice de Lencquesaing, Georges Hicter
 
Nationalité: Belge, Française
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.5


 
Scénario
7.0


 
Musique
6.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.4
7.4/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Des héros vulnérables et touchants.

C'est un peu faible...


Un côté "on va s'aimer...ou pas" qui ne touchera pas tous les publics.


Posté le 21 avril 2013 par

 
Chronique
 
 

Grâce à la belle présence de son prometteur duo d’acteur et toute la fraîcheur d’un premier film, cette étrange errance parvient à saisir le besoin de liberté qui commande à la jeunesse.

A

drien fait du stop. Son carton indiquant Bruxelles n’a pas beaucoup de succès. Zoé arrive à son tour sur le bord de la route. Et monte dans la première voiture qui s’arrête à sa hauteur. Intrigué, Adrien abandonne ses projets et profite de la bonne volonté de l’automobiliste. Leur court voyage avec un chauffeur fasciné par les puces soude leur rencontre par le rire. Dès lors, ces deux-là ne se quittent plus. Apprenti acteur fuyant le doute sur la route, Adrien est totalement attrapé par le mystère de Zoé. Cette fille au caractère bien trempé, toujours surprenante, volontiers provocante, qui ne semble rien respecter sinon une secrète quête pour un homme dont elle garde précieusement la photo…

À l’affrontement de leur personnalité en pleine ébullition, entre provoc et tendresse, s’ajoute le petit jeu sentimental du chat et de la souris, tout en retenue

Elle est en marge de la société, de la famille, des convenances, et quitte un endroit où elle ne se sent pas bien pour remonter la piste menant à son seul réconfort : un écrivain dont les livres la bouleversent, la concernent. Un voyage initiatique, qui compte plus par le chemin parcouru que le but à atteindre. Car si rien ne semble pouvoir la freiner dans sa quête, elle tremble à l’idée de rencontrer ce maître spirituel. Lui est apprenti acteur, charmeur et bagarreur, déjà engagé dans une histoire sentimentale, mais encore si plein de doutes qu’il n’hésite pas à tout abandonner pour suivre cette fille impossible. Juste pour savoir ce qui la guide, comprendre en quoi elle est aussi fascinante à ses yeux. Lequel des deux bouscule l’autre ? Difficile à dire. À l’affrontement de leur personnalité en pleine ébullition, entre provoc et tendresse, s’ajoute le petit jeu sentimental du chat et de la souris, tout en retenue. Il apparaît en tout cas évident que l’un sans l’autre ils ne pourraient aller plus loin. Et on se demande si c’est le fruit de leur voyage ou celui de leur rencontre qui les amène à s’inventer leur propre voie. Toute l’entreprise de Amelie Van Elmbt repose sur l’énergie de ces asociaux très sociables, de ces voleurs par opportunité pourtant si respectueux.

Collaboratrice de Jacques Doillon – première assistante sur Mes séances de lutte – Amélie Van Elmbt s’est lancée La tête la première dans son premier long métrage, après avoir rencontré David Murgia, un jeune acteur belge qu’on aura déjà pu apercevoir dans l’excellent Bullhead et le bien sympathique Tango Libre. Cette rencontre était l’impulsion attendue pour raconter l’histoire de Zoé, une incarnation très personnelle de cette liberté qui anime les personnalités adolescentes, à l’heure cruciale de la découverte de soi. Alice de Lencquesaing, jeune actrice déjà repérée – Au galop, La religieuse… – et familière depuis l’enfance des plateaux de Doillon, trouve avec Zoé un « premier premier rôle » qui lui convient à merveille. Mais cet exercice du road movie spirituel est risqué, et peut transformer un coup de vent en courant d’air. Heureusement, la personnalité affirmée des deux jeunes acteurs reste convaincante dans leur errance, et on finit par s’attacher à ce qui pouvait nous agacer à l’heure de la rencontre. Budget restreint et équipe solide, la réalisation accompagne ses personnages en se mettent en danger, multipliant les images volées dans la foule, improvisant suivant l’inspiration de ses héros. La récompense de ce voyage est une rencontre, assez touchante, avec le mystérieux mentor incarné, une évidence pour la réalisatrice, par Jacques Doillon lui-même. Ce qui en dit long sur la part d’Amélie qu’il y a en Zoé…

Informations supplémentaires et l’avis adulescent du Margouillat

latetelapremiere_p2L’avis du margouillat : Deux asociaux dont on aime suivre le chemin, un peu amères de ne pas l’avoir emprunté quand nous en avions l’âge.

Site : http://latetelapremiere.com/


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...