Nos actus
 

L’âge de glace : les lois de l’univers

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 13 juillet 2016
 
Réalisateur: Mike Thurmeier et Galen Tan Chu
 
Nationalité: Américain
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.8
6.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


On retrouve toute la troupe et l'imprévisible Buck en pleine forme, et les nouveaux venus, plutôt nombreux, ne manquent pas de folie...

C'est un peu faible...


Le détour de Scrat par les étoiles nous emmène un peu trop loin de la fantaisie préhistorique...


0
Posté le 24 septembre 2016 par

 
Chronique
 
 

Ageglace5Affiche

C

’est un réflexe pavlovien. Quand Scrat, Manny et les autres montrent le bout du museau, le chemin des salles obscures nous attire un peu plus. Mais voilà déjà 5 fois que la troupe se reforme ! Et pour motiver le public, Blue Sky enrichit sa formule non sans audace. Ces « lois de l’univers » dénotent donc par son lot de défi à relever. Première gageure : faire du running gag/mascotte, le génial Scrat, un élément plus déterminant de l’intrigue. Lié au développement du personnage de notre drogué de la noisette, les scénaristes ont fait appel à un genre qui, s’il est ouvert à tous les délires, peut aussi aisément plomber une intrigue pour la même raison : la science-fiction. Des dinosaures qui causent et surfent sur les icebergs, c’est banal. Y ajouter une soucoupe volante venue de nulle part, c’est plus délicat… Mais cantonné à la zone d’hystérie de Scrat, plus cartoon que jamais, le subterfuge passe plutôt bien. Reste un autre péril: au bout de 5 films, les auteurs en rajoutent dans les lignes narratives et les intrigues parallèles se multiplient. Des dinosaures volants infréquentables, le retour du génial Buck, tout un monde baba cool planqué dans des cristaux de jouvence, la menace d’une météorite fatale, la famille de Manny qui accueille un nouveau membre : l’accumulation nous fait un peu perdre de vue le pilier fondateur de la saga, l’amitié qui soude le trio de héros à fourrure. Pour autant, le plaisir des retrouvailles a toujours de la saveur. L’humour bien timbré, la belle maîtrise de l’animation et un rythme soutenu qui ne perd pas une occasion de nous faire sourire font oublier les bémols de la chose. Et puis après tout, rare sont les franchises qui au bout de 5 films ont aussi fières allures…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)