Nos actus
 

Last days of Summer

 
The last days of summer
The last days of summer
The last days of summer

 
Fiche Technique
 

Millésime: 30/04/2014
 
Réalisateur: Jason Reitman
 
Acteur: Kate Winslet, Josh Brolin, Gattlin Griffith, Tobey Maguire...
 
Nationalité: Américaine
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Un huis clos tout en émotion, et un beau duo d’acteurs.

C'est un peu faible...


Les cœurs durs trouveront peut-être la rencontre un peu trop belle


0
Posté le 30 avril 2014 par

 
Chronique
 
 

Dans le cadre dramatique d’une évasion, trois cœurs en peine se rencontrent, se découvrent et se réinventent ensemble. Évitant le mièvre ou le larmoyant, Jason Reitman redessine une famille improbable, jouant autant sur l’émotion que le suspens. Habile, prenant et touchant.

Un évadé en cavale force une mère et son jeune fils à l’héberger le temps d’un week-end férié. L’épreuve du huis clos va prendre pour eux trois des allures de renaissance… Jason Reitman s’est fait une belle réputation en signant des comédies douces amères, riches d’un humour acéré et de dialogues aiguisés. En adaptant le livre « Long Week end » de Joyce Maynard, il s’essaie à un registre très différent : un huis clos dramatique tout d’une pièce, où les dialogues s’effacent devant les émotions. Un exercice délicat, précis, qui lui permet de créer une vraie tension, dramatique d’abord puis passionnelle, avant de nous piéger dans un compte à rebours assez captivant. Lorsque Jason Reitman a préparé son équipe pour ce tournage, il a montré quatre films : Stand by Me, A bout de course, The tree of life et La nuit du chasseur. Tout y est. Quatre films qui, de la chronique adolescente au thriller frissonnant, parlent d’enfance, d’un passage à la maturité et à la découverte du monde adulte. Reitman joue avec réussite de ces différentes tonalités au fil des étapes de son récit, nous charmant pour mieux nous surprendre. Et si le personnage du jeune Henry, agréablement incarné par Gattlin Griffith, est notre narrateur et guide, son aventure est aussi celle de sa mère, et de sa redécouverte de l’amour.

Détournant un drame annoncé, cette rencontre impossible va brosser à la fois l’image fantasmée du père, et un idéal de la liberté. Car cette maison réunit trois prisonniers. Le premier vient de s’évader, le second est indéfectiblement attaché à une mère inconsolable, cette dernière étant prisonnière d’un drame intime. Contraint de vivre ensembles, déconnecté du monde pour quelques heures, ils vont pouvoir baisser leur garde et se réinventer, motivés par la personnalité de cet inconnu qui profite de chaque seconde de sa liberté pour accomplir les tâches d’un père absent. Cette intimité contrainte devient pour ces trois solitaires l’opportunité inespérée. Celle d’abandonner les regrets pour reprendre sa vie en main, quitte à tout oser, quitte à croire que ces quelques heures d’harmonie passées ensemble suffisent à créer une vraie famille. C’est un peu trop beau peut-être, mais la beauté de ce couple qui se découvre suffit à nous convaincre. Marquée d’une terrible douleur, Kate Winslet est poignante de fragilité, et se réveille avec une vraie grâce au contact de Josh Brolin, d’un chevaleresque qui serait presque exagéré si le personnage ne lui allait aussi bien. Un étrange mélo dépourvu de toute mièvrerie, un drame sans larme, mais pas sans frisson, Last days of summer nous prend dans la toile de ses sentiments avec talent.

Informations supplémentaires et l’avis Le bruit des Glaçons du Margouillat

Last-Days-Of-SummerAfficheL’avis du Margouillat : Kate Winslet et Josh Brolin n’ont pas besoin d’échanger beaucoup de mots pour nous ouvrir le cœur de leurs personnages. Un drame coloré d’espoirs fous, de beaux sentiments, une revanche contre la fatalité peut-être un peu transparente, mais qui séduit vite.

 


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)