Nos actus
 

Le chasseur et la reine des glaces

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 20 avril 2016
 
Réalisateur: Cedric Nicolas-Troyan
 
Acteur: Chris Hemsworth, Charlize Theron, Jessica Chastain, Emily Blunt
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
6.8
6.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Chris Hemsworth trouve son alter ego avec Jessica Chastain, et l'aventure ne manque pas d'allure...

C'est un peu faible...


Le traitement du premier volet nous manque vite. Ce retour au "conte" peut agacer.


Posté le 2 mai 2016 par

 
Chronique
 
 

chasseur Affiche

L

’avantage à confier les commandes d’une séquelle au responsable des effets spéciaux du précédent opus, c’est qu’il connaît déjà parfaitement son affaire et saura utiliser les images de synthèse. Pour sa première expérience en temps que réalisateur, et fort d’avoir mené quelques secondes équipes de poids, le frenchie Cedric Nicolas-Troyan se montre efficace et doté d’un réel sens de l’image. Son accord avec son casting, visiblement à son aise, est aussi un point fort. Dans ce préquel plaisant, l’épatant Chris Hemsworth nous dévoile sa bien-aimée, l’impeccable Jessica Chastain dans un registre léger qui lui convient fort bien. Emily Blunt ne démérite pas dans son rôle de reine au coeur glacé et on ne voit pas assez l’incroyable Charlize Theron en méchante d’élite. Amusant, entraînant, si l’on trouve plaisir au spectacle et aux péripéties, l’usage des paraboles est toujours frustrant. Passe encore les classiques « quelques années plus tard » et ses incohérences, mais ces raccourcis commodes ont le vilain défaut de raboter l’envergure du récit. Il est question des ravages et de conquêtes sanglantes, mais on ne voit jamais se battre les armées que l’on aperçoit, sans parler d’une Blanche Neige évoquée, mais qui n’apparaît jamais, Kristen Stewart manquant à l’appel. À l’étroit dans ses décors, les scènes les plus prometteuses s’en trouvent limitées ( quel dommage de cantonner l’apothéose du choc final entre les deux reines à la salle du trône…), tout comme les enjeux, quelque peu flottants, qui ne permettent pas d’installer tous les nouveaux personnages. À l’exemple de cette compagnie de quatre nains qui, à l’exception d’une meneuse au caractère explosif, reste trop accessoire. On peut modérément apprécier certains choix, comme la gestuelle très « primate » des orques. Le film de Sanders avait joué habilement d’un dépouillement et d’une noirceur revendiquée pour revisiter le conte. Cette déclinaison entend retrouver la féerie du classique au-delà de l’action, et si le casting se donne du mal, l’aventure –trop- pleine de couleur et de fantaisie pourra décevoir ceux qui avaient adopté l’esprit du premier. Ce conte de fées gentiment dosé en action sait distraire et plaît par certaines scènes réussies, mais les plus cyniques attendront le retour de Ravenna pour retrouver ce qui leur plaisait autant du premier. Moins consensuelles et plus sombres, ces retrouvailles auraient été tellement plus savoureuses…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...