Nos actus
 

Le Hobbit: la désolation de Smaug

 
La désolation de smaug
La désolation de smaug
La désolation de smaug

 
Fiche Technique
 

Millésime: 11 décembre 2013
 
Réalisateur: Peter Jackson
 
Acteur: Martin Freeman, Richard Armitage, Ian McKellen, Orlando Bloom
 
Nationalité: Américaine, Néo-Zélandaise
 
Genre: ,
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
9.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.5
8.5/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Cette ampleur du récit, cette démesure des décors, cette solidité de l'adaptation, ce souffle épique.

C'est un peu faible...


Et dire qu'il faut encore un an pour avoir la suite...


Posté le 10 décembre 2013 par

 
Chronique
 
 

En atteignant l’antre du dragon Smaug, Bilbon et ses compagnons ne font pas qu’avancer dans leur quête. Ils invitent Peter Jackson à signer la plus impressionnante double trilogie de l’histoire du cinéma…

L

es orques sur leurs pas, Bilbon, Thorin, Gandalf et leurs compagnons s’enfoncent dans la forêt menaçante comme Peter Jackson dans les entrailles de l’œuvre de Tolkien. Et alors que le souffle du dragon Sauron est tout proche de nos héros, le réalisateur atteint la formule idéale dont il avait déjà fait usage pour Le seigneur des anneaux. Plus sombre et fort d’enjeux plus intenses, ce second volet met définitivement la trilogie préquelle sur les rails de celle de la communauté de l’anneau. D’autant que ce volet nous permet de retrouver le monde des hommes et ses nouveaux héros dont Bard, interprété par Luke Evans, mais aussi un autre royaume d’Elfes, dirigé par le roi Thranduil – excellent Lee Pace- qui peut compter sur son fils, l’impétueux Legolas… C’est aussi pour le puriste l’occasion de juger de l’opportunité des ajouts pratiqués sur l’oeuvre culte par Peter Jackson et ses scénaristes. L’une des inventions les plus marquantes est l’elfe Tauriel, incarnée parfaitement par Evangeline Lilly. Compensant l’absence d’Arwen et Eowyn, elle s’impose comme une alliée de poids dans le feu de la bataille, et réserve quelques surprises tout à fait plaisantes pour approfondir les relations entre les peuples de la terre du Milieu. À l’image du reste du film, cette initiative est parfaitement bienvenue, et adoptée à la vitesse d’une flèche embrochant deux orques…

Plus à l’aise dans ses grands pieds poilus que dans le premier opus, Martin Freeman se régale en Bilbon, et Richard Armitage, parfaitement soutenu par sa compagnie de nain, fouille un peu plus la personnalité du roi des nains. L’hôte de marque de cet opus reste bien sur Smaug, le dragon. Démesurée et magnifique, la voix de Benedict Cumberbatch lui donne une envergure shakespearienne. Peter Jackson met à profit une construction qu’il maîtrise à la perfection : les actions parallèles. Entre le hobbit et les nains affrontant Smaug, les orques s’attaquant au village des hommes lorsque les elfes ne s’en mêlent pas, et les noirs démêlés de Gandalf avec les menaces du passé, on est rassasié. Et forcément écoeuré lorsqu’intervient le mot fin ! Car si l’on a beaucoup reproché à Peter Jackson d’avoir dilué un livre si court en une trilogie aussi ambitieuse, on peut désormais craindre que ce soit la trilogie qui soit au contraire bien trop courte ! Il y a encore tant à raconter, à montrer du roman originel, que l’on se met à fantasmer sur les rituels director’s cut… Une opulence qui nous assure un final qui devrait être encore plus impressionnant ! Le triomphe est assuré. Venez vite faire la connaissance de Smaug !

Informations supplémentaires et l’avis Z’auriez pas du feu du Margouillat

La désolation de smaug afficheL’avis du Margouillat : Tant pis pour les allergiques ! La terre du milieu est bien celle de Peter Jackson, et sa vision est pour la cinquième fois un bonheur total.

Site

 

 

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...