Nos actus
 

Le livre de la jungle

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 13 avril 2016
 
Réalisateur: Jon Favreau
 
Acteur: Neel Sethi
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.5
7.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Les personnages prennent vie avec une réelle réussite, et le rythme emporte toute la famille

C'est un peu faible...


Les animaux articulant comme des humains feront toujours tiquer les allergiques à l'anthropomorphisme...


0
Posté le 13 avril 2016 par

 
Chronique
 
 

livreafficheLorsque le réalisateur de Elf fut invité à réaliser le premier Iron Man, nous n’avons pas été les derniers à nous moquer. Depuis, nous avons appris à nous méfier de ce monsieur. Jon Favreau n’est pas de ceux qui imposent leur marque dès la première image. Au contraire, il disparaît derrière ses films et peut, de fait, s’illustrer dans tous les genres. Ce Livre de la Jungle, pourtant périlleux, en est une belle démonstration. Si les dessins animés donnent matière à des comédies musicales à succès, il est nettement moins évident d’en tirer de quoi construire des rôles avec de vrais acteurs. C’est d’autant plus vrai si les personnages sont des animaux, et qu’ils chantent… Par comparaison, dans la grande usine à recyclage de Disney, Maléfique et Cendrillon font figure d’exercice de style. Car faire du Livre de la jungle, bijou d’animation et classique musical, un film « live » qui se tienne, c’est résoudre une équation pas facile. Favreau y parvient pourtant. On pourra dire qu’il triche, puisqu’à part le jeune Neel Sethi, tout à fait convaincant dans le rôle de Mowgli, tous les animaux de la jungle sont passés par les pinceaux numériques des génies du CGI. Mais cette perfection de l’image est en soi un autre piège, un hyperréalisme qui ne fait que grossir l’enjeu : rendre crédible une fantaisie animée. La stratégie choisie est agréablement piégeante : c’est au niveau des regards que se passe l’essentiel, le mouvement des lèvres ne décalant pas trop la nature des personnages. Parvenant à ne pas humaniser à l’excès le bestiaire de Kipling, Favreau ménage une parenthèse fantastique qui, solidement rythmée et réalisée avec soin,  installe l’accord tacite du conte. Un savant dosage qui sait être beau, prenant,  et particulièrement habile. Les plus jeunes connaîtront même des émotions fortes au fil de scènes savamment menées. Et lorsque le Roi Louie entonne son refrain fameux avec la voix de Eddy Mitchell, on s’y fait étonnement vite ! Une vraie bonne surprise qui ne gâche pas le souvenir de l’animation, et célèbre avec un vrai charme l’œuvre de Kipling. Ce qui est en soi une vraie prouesse. Monsieur Favreau est décidément un réalisateur passionnant…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)