Nos actus
 

Le monde de Charlie

 
le monde de charlie
le monde de charlie
le monde de charlie

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2012
 
Réalisateur: Stephen Chbosky
 
Acteur: Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, Paul Rudd…
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
9.0


 
Musique
9.0


 
Emotion
8.5


 
Notre note
8.6
8.6/10


Note des lecteurs
7 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Un intelligent retour sur la difficulté de l’adolescence avec de jeunes acteurs remarquables.

C'est un peu faible...


Faire passer David Bowie pour de la musique de vieux nous a foutu un coup au moral...


0
Posté le 17 janvier 2013 par

 
Chronique
 
 

Adapté et réalisé par l’auteur du best-seller, ce portrait d’une fin d’adolescence brille par sa justesse et la qualité de son interprétation.

C

harlie écrit à un ami, son seul confident, des lettres qui ne lui parviendront jamais. Son frère est loin, sa sœur est désormais dans un autre monde, et ses rares amitiés scolaires n’ont pas survécu au jeu de convenances et des codes de l’adolescence. Charlie est désespérément seul, portant encore le poids des terribles épreuves de l’année passée, à la merci d’une raison fragile, menacée par ses démons. Charlie attaque sa première année de « college » – notre université – avec la crainte que ce soit encore pire que le lycée. Et il n’est pas déçu. Témoin transparent d’une société effrayante dont il est une victime désignée, il est totalement démuni pour trouver le moyen d’en faire partie. Il remarque cependant Patrick, un élève de dernière année qui sait comme personne se payer la tête des profs. Il ose même le rencontrer, et fait ainsi connaissance de sa demi-sœur, la belle Sam. Ce sont eux qui vont permettre à Charlie de s’ouvrir sur le monde extérieur. C’est l’heure de découvrir le sens de l’amitié, de l’amour, et de se découvrir soi-même…

On regrettera la platitude du titre français, en comparaison du titre original The perks of being a wallflower. Traduisez, ce qui n’est pas facile, par « Les bénéfices de faire tapisserie » ou « De l’avantage d’être un laissé pour compte ». Mais c’est bien le pire que l’on puisse reprocher à ce film, qui fait honneur au livre qu’il adapte. Car avant d’être un film, Le monde de Charlie est un roman de Stephen Chbosky, une chronique de l’adolescence particulièrement pertinente qui a séduit sans mal le public français, ados et adultes compris, après avoir atteint le statut de livre culte aux USA. Bien que se déroulant à l’époque des cassettes audios, le portrait touche immédiatement par sa finesse, sa tendresse et son apparente simplicité, que le personnage torturé de Charlie va cependant vite habiter par la profondeur de ses peurs et de ses sentiments. Pour s’assurer que son œuvre ne serait pas trahie, c’est l’auteur du livre qui a lui-même signé le scénario et la réalisation. De Chbosky, on connaît surtout la série Jericho, qu’il a écrite et produite. Mais la qualité de sa réalisation donne très envie de pouvoir un jour découvrir « The four corners of nowhere », le seul autre film qu’il a réalisé voici 17 ans. Mélancolique et forte, à la fois souriante et bouleversante, son adaptation est une incontestable réussite.

Se jouant des clichés, mais tombant toujours juste, il nous fait partager l’enfer à la fois si commun et infiniment personnel de Charlie, et retrouve avec nous la délicatesse des sentiments qui se découvrent alors. Il parvient notamment à mettre en image des instants essentiels comme la naissance d’une amitié, la découverte de soi-même, la fulgurante importance d’une simple chanson. Une inspiration qui, comme dans le livre, permet au récit d’aborder des thèmes aussi variés et forts que la drogue, l’homosexualité, l’instabilité psychologique. Mais sans jamais donner de grandes leçons sur la vie, toujours en restant dans l’intimité du personnage. Chbosky a pour cela réuni trois jeunes acteurs formidables. Après le rigolo Trois mousquetaires de Anderson et un Percy Jackson bien en-deça de son talent, l’excellent Logan Lerman se glisse parfaitement dans le rôle de Charlie, rappelant avec une grande finesse de jeu qu’il est un de ceux sur lesquels il faut compter. Patrick ne pouvait être mieux incarné que par Ezra Miller, spécialiste des rôles délicats (We need to talk about Kevin, Another happy day…) et qui ne cesse de dévoiler son impressionnant talent. La fille du trio offre une autre occasion de se réjouir. Après sa jolie présence dans My week with Marylin, Emma Watson prouve que l’on peut survivre à une expérience comme Harry Potter et briller avec d’autres personnages. Juste et forte, l’aventure humaine de Charlie à travers l’adolescence ne vous laissera pas insensible. Vivement recommandé.

Fiche technique et l’avis juvénile du margouillat

le monde de charlieL’avis du Margouillat : le livre était touchant, le film ne l’est pas moins. Les acteurs ont brillamment endossé les rôles. Ce film pour ados ne doit pas se cantonner à cet unique public, les « vieux » pourraient aussi y trouver leur compte.

Site : http://perks-of-being-a-wallflower.com/

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)