Nos actus
 

Le Petit Prince

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 29 juillet 2015
 
Réalisateur: Mark Osborne
 
Nationalité: Français
 
Genre:
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.5
8.5/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Une animation très inspirée, un vrai sens du rythme et de l'émotion, et une adaptation aussi ingénieuse que respectueuse. La classe.

C'est un peu faible...


L'héroïne est une lectrice du Petit Prince, et non le petit blond... ce qui est d'ailleurs le coup de génie du film !


0
Posté le 28 juillet 2015 par

 
Chronique
 
 

petitprince afficheUn vieux voisin excentrique fait découvrir à une fillette l’histoire du Petit Prince. Sa vie s’en trouvera bouleversée…. Adapter le texte le plus traduit dans le monde après la bible est une vraie gageure. Mais Mark Osborne et son équipe ont su s’approprier le chef-d’œuvre de Saint Exupery pour en magnifier la magie. Le Petit Prince est un bijou d’animation, une émotion pour tous les publics, un grand film qui fait honneur au célèbre conte. Un bonheur à ne surtout pas rater !

 

U

ne petite fille emménage avec sa mère dans une banlieue sage afin de préparer l’entrée d’une école prestigieuse. Son existence est toute tracée, et chaque minute de sa vie planifiée. Mais son voisin aura vite raison de cette organisation trop parfaite. Car le vieil original va lui faire découvrir l’histoire d’un Petit Prince, d’un aviateur perdu, d’un renard, d’une rose… Qu’elle soit hollywoodienne ou russe, aucune des adaptations du texte de Saint Exupéry n’a su en restituer la magie. Brassant des thèmes délicats et graves, ode à l’enfance jetant un regard lucide sur le monde des adultes jusqu’à la parabole philosophique, Le Petit Prince est de toutes les « histoires pour enfant » l’une des œuvres les plus complexes, les plus riches. Et les plus exigeantes envers son lecteur. Partagée par des millions de fans, l’émotion de cette fable universelle ne saurait se réduire à ses personnages, à l’apparente naïveté de ses illustrations. C’est ce que le parcours du Petit Prince évoque en chacun qui lui donne cette envergure unique, une force qui n’a jamais faibli depuis que le texte est paru en 1943. De toute évidence, le producteur français Dimitri Rassam a trouvé le raconteur idéal pour relever ce défi impossible. Bien connu pour Kung Fu Panda, Mark Osborne est un grand de l’animation, qui pour ce projet hors norme a su réunir autour de lui une équipe magnifique. Mais c’est sa démarche d’adaptation qui change tout. Le texte de Saint Exupéry lui est précieux, car intimement lié à sa propre expérience : c’est celle qui allait devenir sa femme qui lui en a offert un exemplaire sur les bancs de l’université. Et lorsqu’il parle de cette entreprise folle, il utilise un terme significatif : tous ceux qui l’ont rejoint ont été invités à « protéger » le texte de Saint Exupéry. Paraphraser les très symboliques aventures du Petit Prince, c’est tenter de raconter à tous ce qui est une expérience infiniment personnelle. Avec une grande intelligence et un savoir-faire remarquable, Osborne préfère donner la vedette à la découverte du livre et l’émotion suscitée par sa lecture…

Pour « protéger » le texte, Osborne a construit son film comme un cocon autour du conte, le restituant sans en changer une syllabe, mais s’offrant l‘incroyable liberté de s’en approprier l’intensité. Et pour bien matérialiser cette approche originale, il fait un choix stratégique délicat : associer au monde « réel » de la fillette la rigueur et l’efficacité de l’animation par ordinateur, le monde de rêve du Petit Prince étant évoqué avec la grâce et la poésie de papier découpé de la stop motion. Les deux techniques s’associent à merveille. Et au fil d’une aventure inédite, riche de rebondissements, d’humour, de fantaisie et d’émotion, Osborne permet à chacun de retrouver la force du texte de Saint Exupéry, ou plutôt l’impact de sa découverte. C’est simplement brillant. Une réussite qui n’aurait sûrement pas pu se dérouler au sein de la machine hollywoodienne. Orchestrant le savoir-faire d’une équipe d’élite qu’il a soigneusement composé, soutenu par ses producteurs comme les héritiers de Saint-Exupéry, Osborne reste stupéfait par la liberté que lui a donnée cette production française, garantissant le respect de la propriété intellectuelle de son œuvre et le précieux « final cut », si difficile à obtenir outre atlantique. Une combinaison unique pour un film  » indé  » au budget de 60 millions d’euros, associant avec réussite savoir-faire américain et french touch. Un dessin animé de haute tenue qui est habité par l’immense admiration de toute l’équipe pour l’œuvre de Saint-Exupéry. Un engagement sincère qui a connu de nombreux petits miracles – en France comme aux USA, toutes les stars sollicitées pour le doublage ont dit oui immédiatement ! – et s’offre le luxe inespéré de raconter une histoire pétillante et bouleversante pour le plus large public, sans jamais trahir l’esprit du classique, sans en réduire la portée. L’épatant En route et le génial Vice Versa avaient placé l’animation de l’été sous le signe de l’excellence, Osborne se joint à cette célébration avec inspiration. Un délice !


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)