Nos actus
 

Le Souffle

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 10 juin 2015
 
Réalisateur: Alexander Kott
 
Acteur: Elena An, Karim Pakachakov, Narinman Bekbulatov-Areshev, Danila Rassomakhin...
 
Nationalité: russe
 
Genre:
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.5
8.5/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Une poésie esthétique qui nous emporte jusqu'à un final dévastateur. Magique.

C'est un peu faible...


Pas un mot, De longs plans, Une histoire écrite par touche. Mais le résultat est sublime...


0
Posté le 12 juin 2015 par

 
Chronique
 
 

SOuffleafficheDans l’immensité des steppes vivent une fille et son père. Deux garçons viennent tourner autour de la belle… Le souffle est une contradiction sublime. C’est un film sans paroles, mais dont la voix porte très loin. Un voyage en image d’une totale humilité, mais d’une grâce bouleversante. Et derrière sa poésie subtile, un cri d’une force incroyable. Le Souffle est un très grand film, sans doute possible l’un des plus beaux de l’année.

D

ans un désert de steppes, un Kazakh et sa fille vivent seuls. Une vie simple d’une beauté lumineuse. À l’image de la jeune fille, qui attire deux garçons amoureux. Un bonheur intemporel que vient ternir une crainte diffuse… Il ne faut surtout pas trop en dire. Lorsque le cinéma atteint cette intensité, un pareil état de grâce, il faut en savoir le moins possible, ne même pas voir la bande-annonce. Et entrer dans la salle sans certitude, afin de vivre l’expérience le plus intensément possible. Car à n’en point douter, Le Souffle est un chef-d’oeuvre. Un bijou d’esthétique et de sens, qui à sa façon restitue par son envergure l’héritage du cinéma russe. Et tout cela sans dire un seul mot, puisque Le Souffle est un film sans paroles. Et donc d’une universalité totale. Dans un raffinement narratif rare, Alexander Kott signe un bijou cinématographique d’une pureté éblouissante. Un conte silencieux habité par une poignante tendresse pour un passé révolu. Mais ne nous y trompons pas, Le Souffle n’est pas qu’un poème visuel. C’est aussi un film politique dont la beauté accuse avec une lucidité accablante. Ce regard du cinéma russe sur son passé est l’un des plus beaux, des plus inspirés, et probablement l’un des plus violemment nihiliste.

Le Souffle est un miracle inespéré. Appelé pour sauver ce projet en péril, le réalisateur Alexander Kott a obtenu une grande liberté de création à condition de respecter des délais très courts, un temps de tournage compté et un budget en proportion. S’il a réécrit et réalisé cette merveille dans l’urgence, on peut rêver de ce qu’il pourrait faire sans contraintes… Mais Alexander Kott n’est pas tout à fait un inconnu. Photographe formé au cinéma, Kott se fait connaître dans les festivals internationaux pour ses courts-métrages, et du grand public russe pour ses nombreuses réalisations pour la télé. Une renommée qui s’installe définitivement avec le très impressionnant Brestskaya Krespost, qui raconte la résistance de Brest-Livosk face à l’invasion allemande. Par l’intensité des combats, la pureté de sa lumière, son lyrisme, ce film de guerre sort du lot. Mais il n’aura pas les honneurs de nos salles et ne sortira hélas qu’en DVD, sous le titre de Battle for Honor… Le Souffle ne subira pas pareille injustice. Une sortie qui nous permet de découvrir dans les meilleures conditions le potentiel de ce conteur surdoué. Ce mercredi est une bonne cuvée, et le devant de la scène sera forcément monopolisé par une réjouissante invasion de dino-star. Mais ne vous laissez pas abuser : de tous, Le Souffle est définitivement celui qu’il ne faut pas rater.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)