Nos actus
 

Les 4 Fantastiques

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 5 aout 2015
 
Réalisateur: Josh Trank
 
Acteur: Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan, Jamie Bell,
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
4.0


 
Musique
6.0


 
Emotion
3.0


 
Notre note
4.8
4.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Des personnages revisités, une dimension politique qui promet... mais les promesses, vous savez...

C'est un peu faible...


Le potentiel avancé en début de film est laminé par un enchainement précipité au cours duquel les héros perdent toute envergure.


0
Posté le 13 août 2015 par

 
Chronique
 
 

4fantasticAfficheAvec son copain Ben, Reed conçoit un télétransporteur dans son garage. Mais seul le professeur Storm prend conscience de son incroyable génie… Plus qu’un autre, ce quatuor de Stan Lee avait grand besoin de repartir sur de nouvelles bases. Bien amorcé, le Reboot épuise l’essentiel de ses atouts au fil d’un montage assassin. La malédiction des 4 Fantastiques au cinéma continue…

R

eed est un écolier incompris. Seul son camarade Ben entrevoit le génie de ce gamin qui construit un télétransporteur dans son garage. Inséparables, c’est ensemble qu’ils présentent une version plus aboutie de la machine, qui en dépit d’effets spectaculaires n’intéresse personne. Sauf un certain professeur Storm, accompagné de sa fille adoptive Sue. Le scientifique invite immédiatement Reed à rejoindre son équipe à New York… On ne peut pas dire que Reed Richards et ses potes aient eu beaucoup de chance au cinéma. À défaut d‘espérer un miracle après les deux avatars piteux signés Tim Story, la reprise en main de ce classique du comics par l’inventif Josh Trank était prometteuse. Auréolé du succès de son excellent Chronicle, il avançait une vision intéressante : présenter les super pouvoirs non comme des dons du ciel, mais des malédictions abandonnant nos héros à la merci des appétits politiques et militaires du gouvernement. Bien qu’un peu longue, sa présentation des personnages se tient et le casting est plaisant. Le choix d’une famille métissée pour Strorm et ses rejetons est justifié, mais sans plus de pertinence qu’un opportunisme marketing. La pilule passe cependant grâce à la présence de Reg E. Cathey, et sa formidable voix de conteur… Humour très limité, aucun lien affiché avec les autres Marvel – c’est une production Marvel-Fox- le traitement se veut sombre. Et pour le coup, en effet, il sombre…

Jusqu’à ce que l’équipe se constitue avec Victor, l’affaire à encore bonne tournure, et la découverte du monde parallèle en est presque appétissante. Mais lorsque Ben rejoint d’une façon étrangement précipitée le quatuor pour leur expédition, les trous du scénario ne cessent de s’agrandir. Privé d’envergure, d’une réelle audace d’adaptation, ou de Tim Blake Nelson en Homme Taupe, ce reboot oublie totalement de nous faire rêver d’une suite, accumulant incohérences, raccourcis et tristes clichés. Aucun doute que Josh Trank n’a pas grand-chose à voir avec le final cut, et il serait intéressant de savoir ce qui reste du scénario original, probablement remanié à la façon de ce montage à la grenade… Il nous manque 30 bonnes minutes de péripéties pour aboutir à un final décent. Et la qualité des effets spéciaux ne permet pas de remédier aux failles originelles des personnages. Il est toujours aussi difficile de concevoir qu’un gaillard aux bras élastiques puisse avec ses gros poings venir à bout d’un monstre commandant aux éléments. Il faudrait pour cela employer une candeur et une dérision que cette approche dramatique ne permet en aucune façon. Un mot enfin sur les choix de design dont le contestable culmine avec, non pas La Chose, mais Fatalis. Que ce méchant mythique ne soit plus capitaine d’industrie et souverain de Latverie passe encore, mais qu’il finisse en monolithe plastifié dopé à la kryptonite est un triste spectacle. À peine sanglantes, ses exactions n’apportent pas grand-chose. On mesure alors la distance parcourue pour amener au grand public une adaptation aussi audacieuse que Les Gardiens de la galaxie. Et l’écart ainsi creusé est alarmant. Comme si cette production n’avait rien retenu des nouveaux rois du box-office, retombant dans les travers qui ont valu aux 4 fantastiques précédents leur piètre réputation. Parce qu’il avait un vrai potentiel, de bonnes intentions et les moyens de réinventer les personnages, ce « fant4stiques » n’est pas un échec, mais un gâchis. C’est pire.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)