Nos actus
 

Les brasiers de la colère

 
les-brasiers-de-la-colere
les-brasiers-de-la-colere
les-brasiers-de-la-colere

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2014
 
Réalisateur: Scott Cooper
 
Acteur: Christian Bale, Casey Affleck, Woody Harrelson, Willem Dafoe
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Le casting fait briller les yeux, et est à la hauteur !

C'est un peu faible...


Une trame au final classique, et un ton pas mal déprimant.


Posté le 15 janvier 2014 par

 
Chronique
 
 

Avec la descente aux enfers de cet homme valeureux qui perd tout ce qui lui est cher, c’est l’envers du rêve américain qui cherche un dernier sursaut de justice dans la vengeance. Du cinéma riche de sens, de colère, et d’acteurs remarquables.

L

‘idéal du citoyen qui se bat pour ses droits est une raison d’être pour l’américain moyen. Et de désillusion en crise économique, le combat est de plus en plus désespéré, absurde. Exit les flics tenaces, les uniformes à médailles. Les antihéros se battent désormais à mains nues contre un ennemi invisible qui détruit le rêve américain, bousille le beau tableau des promesses. Après le catcheur de The Wrestler, les boxeurs de Fighter et Warrior, c’est dans les combats illégaux que l’un des héros désespérés des Brasiers de la colère espère gagner la récompense de ses sacrifices en Irak. Un pathétique jeu de gladiateur, un cul-de-sac de plus pour une Amérique populaire qui n’y croit plus. Comme cette ville de Braddock, jadis fleuron de l’industrie et aujourd’hui à la dérive. Refusant tout compromis, le tableau dressé par Les brasiers de la colère est un des plus noirs dressé par le cinéma. À la mesure du destin de son valeureux antihéros, Russel Blaze, on y voit l’envers d’un rêve américain qui n’en finit plus de se déliter, de disparaître, abandonnant les ruines aux opportunistes les plus effrayants. Un jeu cruel et inégal où ce sont les meilleurs qui paient le prix le plus fort. Tout ici est crade et désespéré, et chacun s’est tellement habité à son sort qu’il n’imagine pas une seconde qu’il pourrait en être autrement. Et le destin leur donne toujours raison.

D’abord annoncés à la tête du projet, Ridley Scott et Leonardo di Caprio sont passés à la production, laissant la réalisation à Scott Cooper et le premier rôle à Christian Bale. Après le très beau Crazy Heart, Cooper se fait donc une spécialité des héros abîmés et d’une Amérique populaire en souffrance. Tourné avec une évidente conscience politique à Braddock même, sa réalisation est d’une grande justesse. Il faut dire qu’il dispose d’un casting redoutable. Digne et émouvant, Bale est magnifique. Dans le rôle de Rodney, Casey Affleck est particulièrement convaincant, et la douceur de Zoe Saldana s’intègre à merveille à ce tableau uniquement masculin. La présence de Sam Sheppard, Forest Withaker et Willem Dafoe complète à merveille cet ensemble où brille par sa malveillance l’immense Woody Harrelson. Plus fort de ses enjeux que de ses démonstrations, aussi violent par ce qu’il montre que ce qu’il évoque, Les brasiers de la colère est joué avec les tripes et fait mal, même si d’autres ont déjà exploré les lieux auparavant. Laissant le spectateur sur une image finale qui devrait le frustrer plus encore, il tourne le dos aux conclusions limpides et rassurantes dont Hollywood use et abuse. Un cinoche appliqué qui n’innove pas assez, mais brille par sa rage.

Informations supplémentaires et l’avis Raisin du Margouillat

Les brasiers de la colèreL’avis du margouillat : Les tripes se tordent et on devine que rien ne va s’arranger. Ce regard plein de rage et de noirceur sur une Amérique abandonnée permet à un casting en or de s’immerger dans des compositions impeccables.

 

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...