Nos actus
 

Les conquérants

 
lesconquerants
lesconquerants
lesconquerants

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Xabi Molia
 
Acteur: Mathieu Demy, Denis Podalydès, Christian Crahay
 
Nationalité: Française
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
8.5


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.6
7.6/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Un cinéma tendre, en liberté, qui nous embarque pour un voyage revigorant.

C'est un peu faible...


Cette bande de pieds nickelés nous attire la plus grande sympathie, même si le film n'est pas exempt de défaut... mais chut...


Posté le 29 septembre 2013 par

 
Chronique
 
 

Malicieux et tendre, ce drôle de road movie offre des rôles formidables à un beau duo d’acteurs.

G

alaad est un acteur à bout de vocation. Non content de filer le bourdon à ses rôles, il collectionne les déconvenues. Noé est entraîneur d’une équipe de foot à l’avenir vacillant, et entretient sa solitude avec un acharnement désarmant. Ces deux loosers pathétiques, bataillant contre les sales coups, sont aussi demi-frères. Presque des étrangers, que l’enterrement de leur père va rapprocher. L’opportunité pour Galaad de trouver, peut-être, l’allié qu’il recherche. Car avant de mourir, son père lui a fait parvenir un message enregistré qui pourrait tout expliquer. Grand explorateur, celui-ci a trouvé le Graal et a prétendu l’avoir rendu à sa cachette. Mais il a menti, et vendu la mythique coupe à un ami collectionneur. Aussi insensée que cela paraisse, Galaad est convaincu que ses malheurs sont hérités de cette malédiction. Pour contrer le mauvais sort, il suffirait de ramener le Graal là où il est censé se trouver. Mais pour cela, Galaad a besoin de Noé, qui a une petite expérience dans l’art du cambriolage…

Un road movie pédestre plus qu’automobile, célébrant la résistance d’un touchant duo de loosers et les beaux paysages du pays basque cher au réalisateur.

La genèse de cette aventure entre demi-frères est à elle seule un roman. Tout à commencé avec une malédiction, une vraie. En voyage en Chine, le réalisateur commet un sacrilège en volant une photo dans un temple bouddhiste. Et se trouve dans la seconde maudit sur plusieurs générations par un moine vraiment très en colère ! Dès lors, l’ombre du lama furax vient expliquer chaque coup du sort, chaque mauvaise rencontre du réalisateur… Et si tout était voué à l’échec, comment faire face ? Vers quoi se retourner pour retrouver l’espoir ? C’est sur cette interrogation que Xabi Molia construit sa quête mystique. Quête au terme de laquelle nos deux anti-héros aux prénoms prédestinés, empruntant à rebours le chemin tracé par Indiana Jones et le Roi Arthur, sont supposés non pas trouver le Graal, mais le ramener ! Un road movie pédestre plus qu’automobile, célébrant la résistance d’un touchant duo de loosers et les beaux paysages du pays basque cher au réalisateur. Révélé par son premier long-métrage, le très attachant 8 fois debout, le réalisateur et écrivain invite ses personnages à choisir l’hypothèse la plus absurde pour venir à bout de leurs tristes destins. Hypothèse qui s’avère, bien évidemment et contre toute logique, la plus cohérente. Pour reprendre la consigne donnée par Xabi Molia à son équipe Les conquérants est un film joyeux sur des gens qui vont mal. On ne peut pas mieux le dire.

Mais que l’on ne s’y trompe pas. La fantaisie est un luxe que peu de raconteurs peuvent s’offrir sans besoin d’artifices. Cultivant l’absurde avec un grand sérieux, Xabi Molia invite les genres dans son récit avec l’affection et l’attention qu’il accorde à ses personnages. Au point de pouvoir pimenter son récit de pointes de fantastique et de poésie sans que le décalage ne nous sorte de l’intrigue. Retrouvant son acteur fétiche, Denis Podalydès, il lui trouve un demi-frère surprenant. Face au clown triste et touchant, Mathieu Demy apporte la rage d’un personnage qui se débat contre tout, y compris lui-même. Un mélange incompatible que la magie de la route va provoquer et réconcilier. Avec l’aide d’un soupçon de magie et l’omniprésence d’une gente féminine incarnant lucidité et solidité avec autant d’aisance que nos deux loosers accumulent les échecs. C’est léger, drôle, savoureux, inventif et rafraîchissant. Un cinéma tendre et imprévisible qui fait du bien au moral.

Informations supplémentaires et l’avis pieds nickelés du Margouillat

lesconquerantsL’avis du Margouillat : La quête du Graal version Xabi Molia est toute d’humanité, de fantaisie et de drôlerie, une aventure mystique pour rire portée par deux frères touchants, qui vont vaincre la fatalité en choisissant de croire à l’impossible.

Site : Les conquérants


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...