Nos actus
 

Les Flingueuses

 
lesflingueuses
lesflingueuses
lesflingueuses

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Paul Feig
 
Acteur: Sandra Bullock, Melissa McCarthy, Demian Bichir
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
5.5


 
Scénario
3.0


 
Musique
5.0


 
Emotion
5.0


 
Notre note
4.6
4.6/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Le duo Bullock/McCarthy tient à peu près le film.

C'est un peu faible...


Même un buddy-movie a le droit à un scénario.


Posté le 23 août 2013 par

 
Chronique
 
 

Buddy movie à la féminité de camionneur, cette comédie d’action est surtout l’occasion pour un solide duo d’actrices de bien s’amuser. L’idée est rigolote, mais si la scénariste avait pu avoir juste une idée originale, le film y aurait beaucoup gagné…

A

gent spécial du FBI, Sarah Ashburn est une enquêtrice redoutable, et un désastre en relations humaines. Incapable d’être aussi cool qu’elle le voudrait, son arrogance la rend insupportable à tous. Et lorsqu’un poste répond à son ambition, il lui file sous le nez. Mieux vaut pour l’heure qu’elle emploie ses capacités à Boston où un énigmatique baron de la drogue a pris l’habitude de découper la concurrence en petits morceaux. La guindée Sarah va cependant devoir affronter un obstacle plus périlleux encore : Shannon Mullins, une détective hargneuse à l’hygiène relative et à la vulgarité prodigieuse. Par leurs personnalités opposées, ces deux pros du terrain ont su faire le vide autour d’elles. Et lorsque, traquant le même vilain, elles se retrouvent sur la même piste, elles doivent bien accepter l’inconcevable : faire équipe…

Rappelons que Paul Feig a été révélé par un vrai beau film, I am David, désespérément inédit chez nous, avant d’officier avec énergie pour certaines des meilleures séries du petit écran : WeedsNurse JackieThe Office… C’est dire si le talent ne manquait pas

L’idée d’adapter la recette du buddy-movie à des têtes d’affiches féminines est si évident que… presque personne ne s’y est consacré. Une idée sympa servie par un duo tout à fait prometteur. Enfin de retour sur les écrans, Sandra Bullock joue de son charme et de son humour face à Melissa McCarthy, la star des rondes qui s’est imposée comme une incontournable de la comédie en quelques années. Et le duo fonctionne parfaitement. Assument le cliché avec une certaine gourmandise, chacune enfonce le clou de son personnage caricatural pour que le clash soit aussi marrant et gras que possible. Entre les gags que l’on voit venir et les moments nettement plus délirants, en général nourris des improvisations des deux complices, le sourire est de mise. L’ensemble ne respire pas la plus grande légèreté, mais les deux personnalités font le spectacle, justifiant l’expérience de ce Buddy Movie revisité. On en sort malgré tout avec un sentiment de gros gâchis, tant cette entreprise aurait mérité un peu plus d’envergure. La faute en revient à un scénario anodin frisant le superflu. Pour son premier long-métrage, Katie Dippold, scénariste de télé, signe une compilation de scènes déjà proposées dans d’autres films. Pas une situation qui ne sorte du lot, pas un coup de théâtre à même de provoquer la moindre surprise. Et quel dommage de ne pas avoir fouillé un peu plus ces deux personnalités épouvantables ! Le talent des deux actrices aurait trouvé là de quoi donner du relief à ce joyeux jeu de massacre de l’image idéalisée de la femme.

Mise à part une fixation injuste, donc rigolote, sur les albinos, l’intrigue souffre forcément d’un autre déficit : une absence de vilain. Face à ces deux furieuses déchaînes, il fallait du lourd, du méchant ! Bernique. On doit se contenter d’un caïd-prétexte, tout juste sadique, aussi vite oublié que démasqué. Il y avait pourtant derrière la caméra l’artisan d’un récent succès du film « de fille », Mes meilleures amies. Rappelons que Paul Feig a été révélé par un vrai beau film, I am David, désespérément inédit chez nous, avant d’officier avec énergie pour certaines des meilleures séries du petit écran : Weeds, Nurse Jackie, The Office… C’est dire si le talent ne manquait pas. Hélas, au final, Les Flingueuses ne flinguent guère que la morale convenue des américains, et disparaissent sous un formatage frustrant. Formatage dont la manifestation la plus imbécile et ridicule est sûrement… la correction par photoshop de la silhouette de Melissa McCarthy sur l’affiche. Ce qui en dit long sur la triste dictature des faux-semblants commerciaux… La suite étant déjà sur les rails, espérons au moins qu’en retrouvant ce duo sympathique, la séquelle ose enfin s’approprier le genre avec une vraie impertinence !

Informations supplémentaires et l’avis balourd du Margouillat

lesflingueusesL’avis du Margouillat : Copié-collé de tous les buddy-movie existant, cette adaptation féminine n’est pas déplaisante. Mais la platitude navrante de son scénario ultra prévisible nous prive d’une vraie relecture, abandonnant totalement à ses actrices le soin de faire le show. C’est la chance du film : le duo Bullock-McCarthy fonctionne bien

Site : http://www.lesflingueuses-lefilm.com/


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...