Nos actus
 

Les hommes… de quoi parlent-ils ?

 
les hommes
les hommes
les hommes

 
Fiche Technique
 

Millésime: Juillet 2014
 
Réalisateur: Cesc Gay
 
Acteur: Ricardo Darin, Javier Camara, Luis Tosar, Eduardo Noriega…
 
Nationalité: Espagnole
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Un casting parfait, et un sujet inhabituel servi avec beaucoup d’humour et de tendresse.

C'est un peu faible...


Le principe du film à sketches est toujours un peu frustrant, même s’il est cette fois agréablement utilisé.


0
Posté le 17 juillet 2014 par

 
Chronique
 
 

Les temps changent vite, et certains ont bien du mal à suivre. Leur virilité remise en cause, ballotée par une société qui bafoue les certitudes, les fiers quadragénaires ont bien du mal à conserver leur calme dans la tourmente. Un film d’autant plus piquant que ce sont les hommes qui orchestrent cet instantané assassin. Avec talent.

L

e macho supérieur a vécu ! Et le fier quadragénaire, pilier de la société, ne sait plus trop où il en est. En 8 tableaux pathétiques, acides, moqueurs, ce film dresse un portrait de génération acide et plutôt savoureux… On a plus d’une fois reproché le machisme des Espagnoles. Voilà qui devrait nuancer quelques clichés, et inviter le public féminin à reconsidérer les choses… Car cette fois, c’est bien la fragilité des hommes de notre temps qui est au cœur du portrait. Bousculés dans leurs attentes, privés de leur assurance, leur statut est piétiné par les nouvelles exigences de la société, et le respect qui est dû à leur statut de mari et père s’en trouve ravagé par une parité implacable qui ne joue guère en leur faveur. Il faut dire que le réalisateur catalan Cesc Gay n’y va pas avec le dos de la cuillère. Retournant contre leurs propriétaires traditionnels le catalogue des clichés machos, il déboulonne avec un évident plaisir l’icône du mec, du mâle dominant, fort de son statut social et de son autorité. Piteux, déboussolés, pétrifiés, abattus ou juste à la traîne, nos séducteurs d’antan semblent avoir systématiquement un train de retard sur la femme de leur vie. Qu’elle soit encore à leur côté ou qu’elle est déjà reprise son indépendance…

Le petit jeu est cruel et soigné, Cesk Gay s’attachant à ciseler chaque petit sketch à la mesure du talent de son interprète. Et son casting est vraiment impeccable. De génial Javier Camara à l’excellent Ricardo Darin, les performances sont de premier ordre. Pour se consacrer à chacun d’entre eux, le réalisateur a d’ailleurs étalé les 18 jours de tournage sur 8 mois ! Un confort payant. Le film conserve bien sur le rythme du film à sketches, ce qui nous frustre forcément de ne pas suivre les intrigues au-delà de la scène proposée. Et bien que sympathique, la conclusion chorale reste frustrante. Mais la pertinence des situations, la tendresse avec laquelle les personnages sont traités et la justesse des dialogues entretiennent avec efficacité le fil moqueur de ce chemin de croix du quadra contemporain. La virilité en berne, au propre comme au figuré, ils sont touchants ces hommes dans la force d’un âge qui les dépasse. Un film malin, agréablement vache, très bien interprété, à même de faire partager un même rire aux femmes comme aux hommes. Une chronique d’époque, révélatrice d’une évolution des mœurs et qui n’oublie jamais les besoins de la comédie.

Informations supplémentaires et l’avis Coup de mou du Margouillat

Les hommesL’avis du Margouillat : Les portraits ne sont pas des plus élogieux, mais le soin de la réalisation et le talent des acteurs confèrent à ce panaché de quadragénaire dépassé un vrai charme qui évite la caricature. Passablement pathétique, mais plutôt pertinent. Les femmes s’amusent, les hommes aussi, mais peut-être pas pour les mêmes raisons…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)