Nos actus
 

Les Miller, une famille en herbe

 
les-miller
les-miller
les-miller

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Rawson Marshall Thurber
 
Acteur: Jennifer Aniston, Jason Sudeikis, Will Poulter, Emma Roberts, Ed Helms
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
7.5


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.5


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


On devine vite la conclusion de l'aventure, mais l'important reste que le chemin pour y parvenir soit aussi accidenté et drôle que possible.

C'est un peu faible...


Adepte d'humour fin, passez votre chemin !


Posté le 21 septembre 2013 par

 
Chronique
 
 

L’idée est rigolote et fonctionne parfaitement. Grâce à un casting très réussi et une intrigue efficace, la comédie est incorrecte et féroce à souhait. Alors forcément, on aime !

En bas de l’échelle du crime, David Burke est un petit dealer. Se contentant d’une paisible clientèle d’habitués, il fait tourner son petit commerce en toute quiétude. Jusqu’à ce que, pour une fois, il ne s’occupe pas de ses oignons. Un écart qui lui coûte cher : il y perd ses économies, son précieux stock et y gagne donc un gros soucis. Allure de comptable et sourire de psychopathe, son fournisseur lui propose un marché qu’il peut difficilement refuser : aller au Mexique récupérer une petite livraison de drogue. Un passage de frontière toujours délicat. Jusqu’à ce que l’idée s’impose à David : les douaniers ne s’occupent jamais de ces familles avec enfants qui se baladent en camping-car. Il lui suffit donc de trouver en vitesse une famille ! Hétéroclite et improbable, celle-ci se compose d’un ado benêt ravi de tromper sa terrible solitude, d’une voisine strip-teaseuse qui déteste David mais a trop besoin d’argent, et d’une ado en fugue qui déteste tout le monde. Voici venir une famille idéale, Les Miller

 N’attendez pas de ces affreux la soudaine illumination d’un droit chemin vers la rédemption et la morale scintillante

On voit venir l’argument transparent : la famille improvisée va se découvrir de vraies relations. Et ça ne loupe pas ! Sauf que pour une fois, le cliché est bienvenu tant il est utilisé de façon malhonnête, et tant chacun s’attache à faire vivre son personnage avec talent. Car n’attendez pas de ces affreux la soudaine illumination d’un droit chemin vers la rédemption et la morale scintillante. S’épaulant essentiellement pour sauver leur peau, ces quatre là vont se prendre au jeu du mensonge simplement pour arrêter d’être seuls face aux vacheries du destin. On y croit plus volontiers. Un cynisme qui donne toute liberté au film de massacrer l’image de la famille. On peut même dire que le film se moque doublement de ce symbole fondateur de l’idéal américain. Il y a les Miller, improbable assemblage de loosers réunis sous un même nom pour la raison la plus indéfendable : le trafic de drogue et l’appât du gain. Mais il y a aussi les Fitzgerald et leur fille, joyeux campeurs en villégiature que les Miller vont devoir se coltiner par fatalité. Épuisants d’attention et de gentillesse, on pourrait les baffer sans jamais se lasser s’ils ne révélaient une face obscure inattendue et attendrissante de maladresse. Sûr de son idée directrice et de son ton pas toujours léger mais toujours drôle, l’histoire peut donc se consacrer à ses personnages, soignés jusqu’aux plus courtes apparitions. Au point de nous épargner les épanchements corporels et autres glissades nauséabondes qui incarnent encore pour certains le summum de la provoc et de la poilade…

Il faut dire que l’équipe est séduisante. Du réalisateur Rawson Marshall Thurber, on a pu apprécier l’épatant Dodgeball avec Ben Stiller et Vince Vaughn. Il s’est ensuite essayé avec moins de réussite au genre dramatique avant de revenir dans une catégorie qui semble lui convenir. Il s’appuie pour cela sur un scénario malin, conçu par un quatuor intéressant : les scénaristes de Serial Noceur et ceux de Mr Popper et ses pingouins… Humour vache et situations gênantes s’enchaînent à bon rythme, soutenus par des acteurs qui s’amusent autant que nous. Pilier du Saturday Night Live, Jason Sudeikis trouve là un premier rôle à la mesure de son talent après un paquet d’apparitions épatantes (la série 30 Rock, Bon A Tirer, Moi député…). C’est lui qui donne le rythme, et insuffle régulièrement de petites notes d’émotion très justes. À ses côtés, Jennifer Aniston fait plaisir à avoir. Déchaînée et ravissante, elle campe une strip-teaseuse d’une belle sincérité. Les deux enfants ne sont pas en reste. Parfait en ado crétin, Will Poulter a fait son chemin depuis sa découverte avec Le fils de Rambow. Après avoir excellé dans la School of Comedy, géniale émission de la BBC jouée par des enfants qui n’a hélas jamais été diffusée en France, il s’est égaré dans l’ultime volet de Narnia avant d’impressionner dans l’excellent Wild Bill. Remarquée dans Aquamarine, The winning Season et Virginia, la prometteuse Emma Roberts fait une petite sœur insupportable à souhait. Parmi les apparitions d’acteurs complices qui jalonnent ce road movie bien délirant, celle de Zach Helms est particulièrement savoureuse. Grâce à lui, Scarface a le look d’un agent d’assurance qui collectionne les orques… Souhaitons longue vie aux Miller !

Informations supplémentaires et l’avis Friends du Margouillat

lesmillerL’avis du Margouillat : Réunis pour les pires raisons, ils sont faits pour se détester. Mais leur don pour la galère va les amener à se rapprocher. Les Miller ne nous déçoivent pas : même désabusés et sans morale, on les adopte vite !

Informations supplémentaires : http://werethemillers.warnerbros.com/#home


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...