Nos actus
 

Les voies du destin

 
les-voies-du-destin
les-voies-du-destin
les-voies-du-destin

 
Fiche Technique
 

Millésime: 11 juin 2014
 
Réalisateur: Jonathan Teplitzky
 
Acteur: Colin Firth, Nicole Kidman, Jeremy Irvine, Stellan Skarsgard
 
Nationalité: Australienne, Britannique
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Le film est beau, habilement construit et porté par des comédiens irréprochables...

C'est un peu faible...


...reste que ceux qui ont déjà lu le livre pourront être moins convaincus, à raison.


0
Posté le 16 juin 2014 par

 
Chronique
 
 

L’autobiographie d’Eric Lomax a ressuscité l’Histoire derrière le mythe du Pont de la rivière Kwai et évoqué avec une intensité rare le calvaire du traumatisme. Sans égaler l’envergure du livre, cette adaptation est riche d’émotion et d’humanité.

V

étéran obsédé de train, Erix Lomax rencontre Patti au hasard d’une correspondance. Celle qui deviendra sa femme découvre que son mari est hanté par un passé atroce, et va l’aider à vaincre ses démons… Passons vite sur le titre français, « Les voies du destin », d’une symbolique scolaire et d’un vide astral. Évoquons plutôt The Railway Man, titre original nettement plus évocateur, et directement repris de l’autobiographie de Eric Lomax dont ce film s’inspire. Paru chez Hugo Doc sous son titre français, c’est un livre rare et impressionnant,  un témoignage essentiel par l’envergure de son arc dramatique. En racontant sa guerre, Lomax revit les épouvantables épreuves subies aux mains des forces japonaises, le calvaire du traumatisme à son retour en Écosse, mais aussi l’incroyable chemin du pardon qui lui a permis de récupérer sa vie, et d’enfin retrouver le bonheur. Un devoir de mémoire qui frappe l’inconscient collectif pour être directement associé au Pont de la rivière Kwai, qui n’est pour la majorité qu’un magistral drame de guerre hollywoodien. Contraint de travailler sur ce chantier pendant toute sa détention, Lomax en livre une vision nettement plus pertinente, et terrifiante. Chaque rail posé sur cette ligne entre la Birmanie et le Siam, actuelle Thaïlande, l’a été au prix d’une souffrance inimaginable. La quête du pardon et de l’oubli que l’ex-militaire incarne ensuite n’en pas moins éblouissante. Le film adaptant ce récit s’attaquait donc à très forte partie.

Pour préparer son film, le réalisateur Jonathan Teplitzky a préféré les conversations avec Eric Lomax et sa femme à la lecture du livre. Un choix qui semble plein de bon sens et a certainement permis de dessiner deux personnages particulièrement touchants. De fait, Nicole Kidman incarne une Patti émouvante, Colin Firth livrant dans le rôle d’Eric une prestation remarquable. Dans le rôle de Lomax pendant sa détention, Jeremy Irvine est aussi très convaincant. Il faut dire que la reconstitution est très soignée, et l’évocation du choc post-traumatique particulièrement réussie. On apprécie d’ailleurs que le film entremêle habilement présent et passé, pour rendre indissociables les épreuves vécues et leurs effets à très long terme. Si le récit évoque parfaitement le cauchemar que constituait pareil chantier, on pourra diversement réagir au récit des épreuves subies. Les scènes de torture sont éprouvantes, et bouleversent sans mal. Pour autant l’intensité émotionnelle n’atteint pas celle du livre. Fort, parfaitement construit et incarné, ce film est d’une réelle qualité, mais nous épargne aussi, arrangeant parfois certains points racontés par Lomax dans ses souvenirs. Et si la conclusion sur la difficile voie du pardon est d’une réelle force, on ressent un comparable décalage. Pour profiter pleinement des qualités de ce film élégant et puissant, nous vous conseillons donc d’éviter de lire le livre avant ! En revanche, sitôt sortis de la salle, nous vous invitons vivement à filer dans une librairie pour dévorer cette autobiographie formidable. Et évaluer vous-même la nuance d’un passage sur écran…

Informations supplémentaires et l’avis du Margouillat

lesvoiesdudestinL’avis du Margouillat : Le film est beau, habilement construit et porté par des comédiens irréprochables. Colin Firth est particulièrement bon. L’évocation de ce passé méconnu frappe fort, autant dans sa représentation des épreuves que par l’évocation du chemin à parcourir pour échapper à ses souvenirs. Reste que ceux qui ont déjà lu le livre pourront être moins convaincus, à raison.

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)