Nos actus
 

Lincoln

 
Lincoln
Lincoln
Lincoln

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2012
 
Réalisateur: Steven Spielberg
 
Acteur: Daniel Day-Lewis, Sally Fields, Tommy Lee Jones, David Strathairn…
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
10


 
Scénario
9.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
9.0
9/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Spielberg au meilleur de lui même côté réalisation

C'est un peu faible...


Le film a Oscars avec ce que ça peut induire de grandiloquence


0
Posté le 30 janvier 2013 par

 
Chronique
 
 

Ce Lincoln est le monument cinématographique et patriotique de l’ère Obama. Une leçon d’histoire puissante et soignée, signée par un Spielberg au meilleur de son savoir-faire.

1

865. La Guerre de Sécession continue ses ravages entre américains des deux camps. Réélu pour un second mandat, Lincoln tient fermement les rênes d’un pays qui menace d’être définitivement scindé en deux. Le nerf de cette guerre fratricide est la question de l’esclavage, et le 16ème président des Etats-Unis sait que la réponse doit être politique. Comment pourrait-il annoncer à tous ces soldats noirs qui se battent sous ses ordres que ses promesses d’émancipation étaient une illusion ? Comment forcer les rebelles esclavagistes du Sud à accepter cet état de fait ? Il n’y a qu’un moyen : faire adopter par la chambre des représentants un treizième amendement à la constitution des Etats-Unis, signifiant définitivement l’interdiction de l’esclavagisme. Le temps est compté et pour faire passer cet amendement primordial, Lincoln doit gagner à sa cause plusieurs élus bien décidés à voter contre…

Lincoln est l’une des icônes de l’identité Américaine. Sa carrière impressionnante, son charisme unique, sa force de travail exceptionnelle, les décisions fondamentales qui ont marqué sa carrière et modelé son pays ont donné matière à une quantité incroyable de films, de livres et de documentaires. Il aura fallu dix ans pour que Steven Spielberg et son scénariste de Munich, Tony Kushner, Prix Pullitzer pour Angels in America, finalisent leur vision de ce portrait. Un film se concentrant sur l’intimité de l’homme, et privilégiant la période la plus dramatiquement marquante et représentative de son action et de sa politique : les quatre derniers mois de sa vie avant son assassinat. Un ouvrage fut déterminant dans ce choix : Team of rivals : The political genius of Abraham Lincoln de Doris Keans Goodwin (Lincoln aux éditions Michel Laffon), qui se consacre au combat de Lincoln contre ses rivaux politiques pour obtenir l’approbation du 13éme amendement, une période incroyablement courte au regard de l’ampleur des changements qu’ils ont entraîné. Un choix plutôt audacieux, mais de toute évidence judicieux. Ainsi condensé, le portrait gagne en vigueur et en intensité, présentant ce personnage dans toute sa complexité, et le replaçant sans cesse dans la complexité politique qu’il traverse. C’est probablement la première fois qu’un non-américain peut identifier tous les acteurs de ce débat primordial ainsi que leurs motivations, des acteurs pourtant très nombreux ! Le morceau d’Histoire devient passionnant. Clin d’œil de l’Histoire, c’est en grande partie à Richmond, capitale des confédérés, que Washington a été reconstitué…

A la hauteur de sa superbe affiche, ce Lincoln est esthétiquement irréprochable. La reconstitution est exemplaire, le travail sur la lumière et les couleurs de Janusz Kaminski magnifique, et la réalisation de Spielberg exemplaire de fluidité, de rigueur. Il faut remonter à La liste de Schindler pour retrouver un Spielberg aussi concentré. De son propre aveu, il a cette fois vraiment laissé le verbe guider l’image et non l’inverse comme à son habitude. Une démarche qui profite aux scènes les plus disputées, et passionnantes : lorsque toutes les personnalités s’affrontent dans le contre la montre de la Chambre des Représentants. Une réussite qui repose sur un casting royal. Pas un second rôle qui ne soit exactement à sa place. Dans ce tableau exemplaire, certaines compositions sortent toutefois du lot. James Spader en « collecteur de voie » savoureux, Sally Field qui incarne avec une grande sensibilité cette madame Lincoln si différemment présentée suivant les biographes, Peter McRobbie dans le rôle si difficile de Penleton l’ennemi juré, ou encore Jackie Earle Haley, fascinant dans le rôle pourtant court de Stephens, le représentant des rebelles sudistes. Personnage clef de ces évènements, le charismatique Thaddeus Stevens était pensé pour Tommy Lee Jones. L’interprétation qu’il en donne est un pur bonheur. Et puis il y a Lincoln, ou Daniel Day Lewis, difficile à dire tant l’acteur disparaît totalement, absorbé physiquement dans la silhouette de l’icône. Sa performance est sidérante, exprimant toute la complexité du personnage, dans le feu de l’action comme la plus stricte intimité. Exempt de tout excès patriotique superflu, le livre d’image est d’une sobriété magnifique, méticuleux et passionnant. Spielberg a réussi sa leçon d’Histoire, mettant en valeur l’écho sur notre époque des acquis de ce passé mythifié. Du grand cinéma !

Informations supplémentaire et l’avis fast thinking du Margouillat

LincolnL’avis du Margouillat : Spielberg est parmi les plus grands metteurs en scène de l’histoire du cinéma mais aussi un génie du navet emphatique. L’homme qui peut rafler autant d’Oscar que de Razzies sur deux films d’affilés. Pour ce Lincoln, rien a reprocher. Il ne s’est pas laissé dépasser par ce sujet si lourd et périlleux à porter et montre le meilleur de son talent.

Site : http://www.thelincolnmovie.com/ 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)