Nos actus
 

Metallica Through The Never

 
metallica
metallica
metallica

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Nimrod Antal
 
Acteur: Dane DeHaan, James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett, Robert Trujillo
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: ,
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
3.0


 
Musique
10


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.3
6.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Chouette, un concert de Metallica au cinéma !

C'est un peu faible...


Mince, une tentative de scénariser le concert...


Posté le 8 octobre 2013 par

 
Chronique
 
 

Après visionnage de ce produit hybride Through The Never qui n’est ni vraiment un film ni vraiment un concert, on se prend à imaginer comment est venue l’idée dans l’esprit de Lars Ulrich et James Hetfield, les deux patrons du groupe. Après un Some Kind Of Monster qui leur a permis de se rabibocher, cela a probablement dû ressembler au dialogue suivant :

Lars Ulrich: « Dis, mon James. Et si on faisait un autre film ?
James Hetfield : « Tu plaisantes ? Tu veux qu’on se remette sur la gueule et qu’on fasse revenir l’abruti de coach avec son pull affreux ?
L.U. : Mais non, on fait un peu la même chose que Led Zeppelin avec « The Song Remains The Same ». Une vidéo de Metallica en concert, comme pour les quarante qu’on a fourguées depuis qu’on a arrêté de dire qu’on ne tournerait jamais de vidéo, mais cette fois on intègre ici ou là des séquences zarbi. Si on ne fait qu’un nouveau truc live sans rien les fans vont crier à l’arnaque. On a vraiment abusé jusqu’à présent…
J.H. : Et chaque membre du groupe va faire son truc médiéval, satanique ou familial comme les mecs de Led Zeppelin ?
L.U. : Non, on va plutôt donner à un réalisateur le soin de faire une fiction plus ou moins inspirée par tes textes. De toute façon, je n’ai rien compris à ce que tu racontais, ça ne pourra pas être pire sur grand écran.
J.H. : Ok, mais alors on le fait en 3-D, j’adore voir les tronches de crétins qu’ont les spectateurs dans la salle avec leurs lunettes ridicules… Pour le réalisateur on prend qui ? Spielberg, Lucas, Cameron, Fincher…
L.U. : Non, j’avais pensé à Nimród Antal…
J.H. : Qui ?????
L.U. : C’est le réalisateur de « Predators »…
J.H. : Ah, génial, un des meilleurs films de Schwarzie !
L.U. : Non, pas « Predator », abruti, « Predators » avec un « s »… Et c’est Adrien Brody qui se prenait pour Schwarzie dans le film…
J.H. : Quoi ? Mais ça a fait un bide… Je suis parti avant la fin.
L.U. : Comme tout le monde. Mais il a fait « Armored », où on aurait presque dit du Tarantino… Bon, je ne te parlerai pas des deux trucs un peu gore qu’il a fait avant, « Vacancy » et « Kontroll ». Il est Hongrois d’origine. Il nous coûtera moins cher que les autres. Fais-moi confiance un peu.
J.H. : Ça veut dire qu’il va falloir écrire un scénario, trouver des acteurs…
L.U. : Non, pour le scénario, tiens, j’ai écrit ça au petit déjeuner.
J.H. : Mais il n’y a que dix lignes !!!!!
L.U. : Et alors, comme la plupart des derniers blockbusters qui sortent de Hollywood ces dernières années.
J.H. : J’imagine que tu as aussi déjà fait le casting « m*#/:#**.r » ! Donc pas de De Niro, de Johnny Depp ou de Brad Pitt…
L.U. : J’ai déjà engagé Dane DeHaan.
J.H. : Et il vient d’où celui-là ?
L.U. : Arrête c’est le héros de « Chronicle », merde !
J.H. : Ah oui, là je dis respect c’est une bonne idée et il débute alors il ne nous ruinera pas non plus. On lui filera des T-Shirts et des albums dédicacés…
L.U. : Euh, non, il n’avait pas le droit d’écouter du Metallica chez lui, ses parents étaient très croyants et pour eux nous étions des incarnations du mal.
J.H. : Pas faux, remarque…
L.U. : Bon, tu es d’accord ?
J.H. : Euh, je veux bien, mais à une condition, on fait vraiment le concert de notre vie avec tous les décors et les effets depuis le début du groupe.
L.U. : Ah, ben voilà, tu vois que tu peux aussi avoir des idées parfois…

En résumé, si vous veniez pour voir un formidable concert de Metallica et en relief, là vous ne serez pas déçus, les images sont de toute beauté, le montage dynamique sans être prise de tête, le son est d’une pureté étonnante et les quatre musiciens crèvent littéralement l’écran. On pourra même espérer que la future sortie en rondelle plastique proposera une version du film sans les étranges déboires du jeune coursier chargé d’aller chercher un paquet des plus douteux, dans une ville où l’on ne sait trop si c’est l’apocalypse ou une banale petite émeute du samedi soir avec quelques lynchages de rigueur. Metallica s’était juré de ne jamais tomber dans les clichés qui parsemaient les clips vidéos des années 80, avec les effets spéciaux de verre brisé, de rues enflammées et autres bande de jeunes énervés, voilà qu’il les ramène tous ici, dans ce qui n’est finalement qu’une longue vidéo commerciale. Sans être déplaisant, « Through The Never » aurait pu être tellement plus que ça. Il semble que le plus grand groupe de metal de tous les temps n’a plus les moyens de ses ambitions.

Informations supplémentaires et l’avis Puppetmastaz du Margouillat

metallicathroughtheneverL’avis du margouillat : Bien sûr il y aura les fans du genre qui headbangeront aux premières notes de Master of Puppets, mais nous avons jugé ce film sur ce qu’il prétendait être : un film… Résultat, ça sonne creux, seule la prestation des musiciens est à tomber à la renverse. De ce côté là, aucun doute, Metallica est le seul groupe de heavy à pouvoir dépasser les frontières de la musique bruyante, le seul que les gens d’autres horizons écoutent en se disant « j’adore, mais c’est pas vraiment du hard, puisque c’est pas mon style de musique ». Et si, c’en est, mais transcendé par des mélodies que le temps n’altère pas.

Le site

 

 


Jean Pierre Sabouret

 
Jean Pierre Sabouret
Journaliste, photographe, animateur TV, j'ai dirigé Best, Hard Rock Magazine, écrit pour Guitarist, Rock You, Hard & Heavy, présenté Boulv'hard sur M6 et Dr Heavy and Mister Hard sur MCM et reste un "hard'ent défenseur du rock progressif.