Nos actus
 

Möbius

 
mobius
mobius
mobius

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Eric Rochant
 
Acteur: Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth
 
Nationalité: Française
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
5.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
6.0
6/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 


0
Posté le 1 mars 2013 par

 
Chronique
 
 

L’intrigue de Möbius n’est pas sans intérêt mais pêche par son rythme. Et si Tim Roth est sous-employé, le couple Dujardin-Cécile de France fait des étincelles.

A

lice est une experte en matière de finance et de marché. Un vrai talent qui l’a conduit à avoir de gros problèmes, sanctionnés par une interdiction de séjour aux États-Unis. C’est désormais à Monaco qu’elle travaille, où ses capacités sous-exploitées ne passent pas inaperçu aux yeux d’un gros poisson : Rostovsky, un très puissant homme d’affaire russe. Un contact stratégique qui intéresse tout particulièrement les services secrets américains, qui font miroiter à Alice un retour aux États-Unis en récompense de sa complicité à venir. Ils ne sont pas les seuls intéressés par la belle Alice. À la tête de l’antenne des services secrets russes sur le rocher, Moïse, alias Grégory Lioubov, a pour mission de ne pas lâcher Rostovsky, dans le collimateur du Kremlin. Moïse prend contact avec Alice pour l’utiliser, mais c’est un vrai coup de foudre que les deux inconnus ressentent l’un pour l’autre…

Möbius déçoit parfois par son rythme, hésitant entre les deux dimensions narratives, mais séduit parce qu’il est ambitieux sans être prétentieux

Le scénario de Möbius est audacieux, pour ne pas dire périlleux. Et si l’amour, le vrai, frappait deux rouages essentiels au cœur de la machiavélique mécanique de la politique internationale et des coups bas ? Il faudrait pour cela jouer en même temps avec les codes du film d’amour et le rythme du polar, deux cadences bien particulières qui ne vont pas forcément ensemble. Surtout si l’on veut éviter les clichés faciles, à même de plomber très vite l’idée. Fin scénariste, Eric Rochant est à la hauteur de ce défi qu’il a longtemps médité, inspiré par Les Enchaînés. Jouant de la musique des langues, il parvient assez vite à donner corps aux enjeux, aux personnages. Après avoir planté un décor convaincant, entre combines secrètes et démesure des marchés financiers, il introduit l’élément amoureux. Dès lors, le dosage entre suspens et romance devient de plus en plus délicat. L’histoire d’amour, plutôt réussie en dépit de torrides ébats un poil trop enflammés, vient plusieurs fois casser le rythme plus mesuré du suspens de l’histoire d’espionnage. Mais l’interaction retrouve tout son intérêt lorsque les deux dimensions s’imbriquent totalement, mettant en danger le couple en se faisant thriller. C’est l’élément du thriller qui fait le plus défaut pour apporter de la cohérence aux deux genres. Un rythme parfois heurté qui nous sort régulièrement de l’histoire, et rend la tache plus difficile aux acteurs.

Des acteurs qui savent nous séduire. On regrettera que le rôle de Rostovsky, trop en retrait, ne permette pas à Tim Roth d’exploiter son incroyable présence. En revanche, Jean Dujardin et Cecile de France tiennent vraiment le haut de l’affiche. Crédible en agent secret russe, même appelé Moïse, Jean Dujardin est celui qui donne le ton, l’action étant rare. Belle et touchante en femme brillante jouant plus ou moins consciemment avec le feu, Cecile de France est particulièrement convaincante. Son charme et sa fraîcheur font énormément, apportant une belle émotion à certaines scènes. Celle où les deux personnages se retrouvent face à leurs mensonges dans le restaurant est particulièrement réussie. La conclusion pourra laisser les accros de l’espionnage perplexe, mais ravira assurément les adeptes du romantisme. Möbius déçoit parfois par son rythme, hésitant entre les deux dimensions narratives, mais séduit parce qu’il est ambitieux sans être prétentieux. Le talent du casting fait le reste.

Informations supplémentaires et l’avis Top Secret du Margouillat

mobius afficheL’avis du Margouillat : Est-ce que les fans de romance vont alors voir un film d’espionnage ? Est-ce que les férus d’espionage vont s’emmerder dans une love story ? Ou est-ce que l’on peut voir les films pour ce qu’ils sont, des histoires, sans forcément ni code, ni genre ?

Site : https://twitter.com/erochant Une fois n’est pas coutume, nous vous conseillons le twitter du metteur en scène, très actif sur la toile !

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)