Nos actus
 

Nos pires voisins

 
nos_pires_voisins
nos_pires_voisins
nos_pires_voisins

 
Fiche Technique
 

Millésime: 06 aout 2014
 
Réalisateur: Nicholas Stoller
 
Acteur: Seth Rogen, Zac Efron, Rose Byrne, Dave Franco…
 
Genre:
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
5.0


 
Notre note
6.0
6/10


Note des lecteurs
3 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Le casting assure et la situation est amusante.

C'est un peu faible...


Très américaine, cette vénération pour les fraternités d’étudiants nous manque surement.


0
Posté le 18 août 2014 par

 
Chronique
 
 

Grand gagnant du box-office aux USA, cette petite comédie sans trop d’ambition réunit deux ingrédients adorés des Américains : le film d’étudiant et la « bande à Seth Rogen ». Il pourra séduire le public français par son portrait d’un couple de jeunes parents, bataillant pour oublier leur jeunesse et assumer leur rôle d’adulte. Un scénario gentiment amusant qui doit beaucoup à l’efficacité de son casting.

M

ac et Kelly sont officiellement des adultes, de jeunes parents enfin propriétaires d’une petite maison dans un quartier tranquille. Mais voilà que la maison voisine est envahie par une remuante confrérie d’étudiants… Tourné pour un budget des plus raisonnables, les acteurs acceptant même des baisses de leur salaire, Nos pires voisins a remboursé sa mise en une seule journée d’exploitation, culminant au quatrième rang des comédies « R-Rated » les plus rentables. Et donnant au passage une leçon de box-office à quelques grosses productions concurrentes. Ce véritable phénomène saura-t-il franchir l’Atlantique ? En partie seulement. Car pour profiter autant que le public américain de cette comédie d’honnête facture, à l’humour finalement moins gras qu’on pouvait le craindre, il nous manque une dévotion toute particulière, un culte sans cesse renouvelé par les Américains depuis le 19e siècle : les années d’université. Fantasmées ou bien réelles, ces années d’indépendance et d’insouciance précèdent l’entrée dans une vie active, forcément respectueuse de la morale et des convenances. Pour cette raison, elles bénéficient de toutes les bienveillances en dépit des dégâts engendrés. Riche de libations excessives et de fornications industrielles, cette courte période de liberté incarne la quintessence d’un bonheur éphémère, auquel le public français ne sera pas forcément aussi sensible. Même les monstres de Pixar sont passés par là, mais les codes et l’influence de la belle époque des confréries nous restent pour l’essentiel étrangers…

Heureusement, Nos pires voisins ne repose pas sur ce seul ressort. Avec son conflit de générations explosif, il fait autant le portrait des étudiants que celui de leurs voisins, de jeunes adultes bataillant pour rester matures, mais qui retombent dans leur travers de fêtards à la moindre provocation. Une vision de la maturité, de la notion d’adulte, qui ne manque pas de piquant. Le cercle des étudiants apporte aussi son petit plus en évoquant le pathétique de tous ces excès bien artificiels, et le piège que cet intermède constitue pour ceux qui n’en auraient pas conscience. C’est abordé un peu vite, mais c’est déjà bien. Gentiment amoral, le scénario reste basique, et plutôt répétitif entre vengeances et représailles. L’atout majeur reste bien sur que ce soit la « bande à Seth » qui s’empare du thème. Rose Byrne et Seth Rogen fonctionnent bien en jeune couple en guerre, parvenant aisément à devenir attachants. Face à eux, le duo des étudiants meneurs est convaincant, et bien dans la caricature. Jouant de son physique, Zac Efron donne à son personnage une épaisseur plaisante, hélas pas assez exploitée. Un casting en liberté qui s’est visiblement beaucoup amusé, improvisant à loisir, ce qui ne peut qu’ajouter à notre plaisir.

Informations supplémentaires et l’avis Alpha du Margouillat

nos pires voisins-afficheL’avis du Margouillat : Empêtrés dans leur sens de la morale, les Américains chérissent les années d’insouciance de leurs études, où tous les excès étaient permis avant de devoir assumer la maturité de l’âge adulte. En confrontant les étudiants à leur « avenir », en la personne de jeunes parents décidés à sauver le sommeil de leur chérubin, Nos pires voisins échappe un peu au cadre limité du film d’étudiant, et sait nous amuser.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)