Nos actus
 

Patéma et le monde inversé

 
Patema-et-le-monde-inverse
Patema-et-le-monde-inverse
Patema-et-le-monde-inverse

 
Fiche Technique
 

Millésime: 12 mars 2014
 
Réalisateur: Yasuhiro Yoshiura
 
Nationalité: Japonaise
 
Genre:
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Un premier long métrage qui confirme l’un des talents les plus prometteurs de la japanim.

C'est un peu faible...


Tout le potentiel graphique n’est pas encore exploité


Posté le 13 mars 2014 par

 
Chronique
 
 

Dans un monde à la gravitation bouleversée, deux ados s’entraident, au risque de tomber dans le ciel de l’autre… Après nous avoir séduit par ses courts métrages, Yasuhiro Yoshiura nous conquiert avec cette aventure qui doit autant au romanesque qu’à la SF pure et dure. Excellent.

Suite à un désastre écologique, Patéma vit avec son peuple réfugiée sous terre. Lorsque l’intrépide adolescente franchit les limites de son monde, elle se retrouve précipitée dans une chute libre, droit vers le ciel du monde de la surface. Heureusement, le jeune Age l’attrape in extremis… Si Patéma est un premier long-métrage, son créateur n’est pas un inconnu des amateurs d’animation. Très influencé par la SF de Asimov ou Philip K. Dick, Yasuhiro Yoshiura a signé une série de courts métrages ayant pour sujet la relation entre l’homme et les robots. Une production indépendante d’une telle qualité que son travail, après s’être imposé sur la toile, a été reconnu jusque dans les salles, accueilli très chaleureusement par le public japonais en 2010 en dépit d’une distribution symbolique. Son film Time of Eve a été le plus téléchargé sur ITunes en 2011 après… Toy Story 3 et Inception. Avec Patéma et le monde inversé, il réalise son rêve sans rien perdre de son indépendance : Yoshiura a géré en direct toute la production, de l’écriture au doublage en passant par le montage et la conception.  Un aboutissement très attendu : annoncé en avant-première mondiale en 2013 au festival d’Annecy, toutes les places avaient été vendues en moins d‘une semaine. Et le résultat s’avéra à la hauteur des attentes.

Le concept de deux mondes à la gravitation inversée rappelle forcément le Upside Down de Juan Solanas, bluette fantastico-romantique qui séduisait visuellement, mais peinait à convaincre par son développement trop prévisible. Yoshiura n’a pas commis cette erreur. Inspiré par l’impression de vertige qu’il avait enfant en regardant le ciel, il développe une intrigue qui n’a rien de contemplative. Et jouant avec la notion de gravitation, il multiplie les coups de théâtre et les trouvailles. Reposant sur une animation particulièrement convaincante et des personnages vites attachants, il donne à son univers chaotique une tension, une urgence. L’image d’une terre déchirée où les personnages doivent s’étreindre de toute leur force pour ne pas tomber dans le ciel de l’autre. Sur fond de désastre écologique et de dictature, son récit habilement symbolique invite autant à se méfier des certitudes que des évidences. Une belle réussite qui place définitivement Yasuhiro Yoshiura parmi les nouvelles références à suivre de l’animation asiatique.

Informations supplémentaires et l’avis UpSideDown du Margouillat

patemaL’avis du Margouillat : Ne vous fiez pas au pitch. L’histoire est ingénieuse, riche et efficacement menée. Et l’animation, séduisante, s’offre quelques scènes joliment spectaculaires. Un ton et un style qui imposent d’ores et déjà un nouvel artiste à suivre : Yasuhiro Yoshiura

Site

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...