Nos actus
 

Poltergeist

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 24 juin 2015
 
Réalisateur: Gil Kenan
 
Acteur: Sam Rockwell, Rosemarie DeWitt, Jared Harris, Jane Adams
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
6.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
6.8
6.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Un remake honnête, soignant ses effets et respectant l'original. Quelques belles images et sursauts fort plaisant.

C'est un peu faible...


Plus d'audace aurait permis à la réécriture de vraiment s'approprier une matière toujours séduisante !


0
Posté le 23 juin 2015 par

 
Chronique
 
 

PoltergeistAfficheLa famille Bowen emménage dans une banlieue tranquille. Mais dès leur arrivée, d’étranges phénomènes ne cessent de les menacer… Critiqué ou adoré, le Poltergeist original reste un jalon dans l’histoire de l’horrifique et du surnaturel grand public. Plus qu’une quête de terreur, c’est bien cette formule à la Spielberg que ce remake recherche. Il n’a rien de révolutionnaire, mais y parvient pas trop mal.

L

es Bowen changent de maison. Bien obligé, avec leur père qui a perdu son boulot. Profitant des saisies qui ont touché le quartier, ils en obtiennent un bon prix. Une bonne affaire relative : de drôles de choses se produisent dans cette maison, et les deux plus jeunes enfants sont les premiers à s’en rendre compte. Ce qui est d’abord un jeu devient vite carrément menaçant… Dopé par l’affection décuplée du public pour les morts-vivants, l’horreur est une habituée des sorties hebdomadaires. On est donc à peine surpris de voir venir le remake d’un fleuron du genre, le Poltergeist de Tobe Hooper produit par Spielberg. Et le débat est encore vif pour savoir qui du réalisateur ou du producteur devrait assumer la paternité de ce drôle de film… Car Poltergeist n’est pas à proprement parler un pur film d’horreur, mais une expérience de plus du docteur Spielberg pour distiller la peur au public le plus large. N’oublions pas que celui qui a rendu les E.T. gentils est aussi un chantre de la trouille pour tous. D’abord avec son téléfilm La chose, puis cet autre téléfilm devenu phénomène de cinéma, l’immense Duel, qui précéda le monumental Les dents de la mer… Avec Poltergeist, c’est le monde des esprits qui est mis en vedette. Mais associé à ce souffle d’aventure nourri d’effets spéciaux qui tempère sévèrement la simple terreur. Réalisé par Gil Kenan (Le chouette Monster House, l’attachant La cité des ombres), ce remake évite la tentation du tout flippant très à la mode, pour essayer de retrouver l’équilibre plaisant du frisson à la Spielberg. Plus qu’une relecture, le scénario de ce remake apparaît de fait comme un réajustement tactique. Une traduction qui manque de venin, assurément, mais n’est pas forcément maladroite.

User d’un drone pour amplifier l’angoisse par l’image volée – dans les deux sens du terme…-, et enfin pénétrer du côté des esprits est amusant. Car évidemment, ce remake profite d’une technologie inimaginable dans les années 80, et matérialise ce qui n’était alors que suggéré. Certains le regretteront, pas forcément à tort, mais cet ajout de FX passe bien. De la même façon, la multiplication des clowns, ces saletés peinturlurées, est assez efficace, et l’attaque de l’arbre est nettement moins artisanale que dans l’original. Oui, c’est un classique qui ne saurait se voir privé de ses scènes cultes. Gros morceau du final, le réveil du cimetière est un peu court. À ce stade, on aurait apprécié un peu de démesure, de perversité. Et surtout que le film prenne son temps ! Car si les évènements s’enchaînent sans déplaisir, si les personnages relookés passent plutôt bien, un peu moins d’empressement aurait été profitable à la tension générale. Directement lié à ce rythme trop soutenu, l’élément le plus faible de ce remake est sûrement l’épaisseur de ses personnages. Trop transparents, pas assez développés, un peu d’audace en la matière nous aurait permis de nous identifier plus intensément au drame. De fait, en dépit de l’envergure d’un Sam Rockwell, ce sont le petit Kyle Catlett (le Prodigieux Spivet de Jeunet) et Jared Harris en exorciste de chaîne câblée qui s’avèrent être les personnages les plus constructifs ! Déçu ? Pas vraiment. Soyons honnête, on craignait nettement pire. Emballé ? Pas plus que cela. Disons que cette horreur « light », enrichie d’images sympathiques se regarde sans ennui. Ceux qui n’ont jamais vu l’original et ses séquelles contestables, pour peu qu’ils ne soient pas consommateurs de gore à haute dose, devraient y trouver leur plaisir, ainsi qu’une brochette de gentils frissons…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)