Nos actus
 

Rosalie Blum

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 23 mars 2016
 
Réalisateur: Julien Rappeneau
 
Acteur: Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz, Anémone...
 
Nationalité: Français
 
Genre:
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Médecine douce contre la grisaille, Rosalie Blum a une saveur aussi nostalgique que rafraichissante.


0
Posté le 22 mars 2016 par

 
Chronique
 
 

rosalieAffiche

F

ilmer un crash de navette spatiale, un tremblement de terre biblique, c’est du boulot. Mais on sait à quoi s’attendre. Filmer les petits riens, s’attacher aux détails insignifiants, c’est une autre affaire. Surtout pour que le spectateur se trouve intrigué, emporté à la suite de personnages incarnant avec indolence la routine ronronnante d’antihéros de province. Comme ce brave jeune homme, aussi attachant que transparent, coincé entre son salon de coiffure et une maman envahissante. Jusqu’à ce qu’il croise une caissière, qu’il est convaincu de connaître. Une énigme qui devient son Graal dans l’ennui, au point qu’il se prend pour un détective et la suit, entraînant des conséquences encore moins prévisibles. Joliment inspiré par la BD de Camille Jourdy, Julien Rappeneau signe un premier film prometteur. Il prend son temps pour poser ses personnages, souligner les mystères, s’en amuser et dévoiler les secrets. Et cela marche parce que les trois boulets de médiocrité au cœur de l’intrigue nous sont immédiatement familiers. Jouant d’un parfait naturel, Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi et Alice Isaaz composent ce trio tendre, épaulé par des personnages au caractère plus délirant, comme Anémone, Philippe Rebot ou l’épatante Sara Giraudeau. Un à un, les petits riens font tourner la délicate mécanique du hasard, qui finit par faire fonctionner comme jamais celle du cœur, forcément. Ode toute en douceur aux anonymes qui entendent le rester, Rosalie Blum est une médecine contre l’ennui, qui nous rappelle que tout cela n’est qu’un jeu, le plus passionnant de tous. Qu’il faut si peu pour qu’une vie dérape vers le morne et le vide. Et guère plus qu’un petit rien pour que cette existence à bout de souffle se réinvente et devienne lumineuse. Lorsque la boucle est bouclée, qu’au final toutes les pièces du puzzle trouvent naturellement leur place, on appartient depuis longtemps à ce cercle intime. Malin, simple et touchant, Rosalie Blum est un film qui fait du bien.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)