Nos actus
 

Shaun le Mouton – Le Film

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 1er avril 2015
 
Réalisateur: Richard Starzak et Mark Burton
 
Nationalité: britannique, français
 
Genre: , ,
 
Mise en scène
9.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
8.0
8/10


Note des lecteurs
2 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Ce devrait être puérile et enfantin, c'est génial et emballant. Un bijou de stop motion exécuté avec classe.

C'est un peu faible...


Trop court. Forcément. Toujours trop courts les Aardman!


0
Posté le 1 avril 2015 par

 
Chronique
 
 

En essayant de s’offrir des vacances, Shaun perd ni plus ni moins le fermier. Les moutons au grand complet vont devoir le chercher en ville… Sans dire un mot, sans souffrir de temps mort, pétillant d’inventivité et d’humour, Shaun arrive sur grand écran pour rappeler aux distraits que la stop motion à son génie, et qu’il s’appelle Aardman. Shaun le Mouton est une Rolls du spectacle pour tous.

D

ormir, manger, se faire tondre… Shaun en a ras le poil de la routine de la ferme. Une forte envie de prendre l’air lui donne l’inspiration nécessaire pour se débarrasser quelques temps du fermier. Mais son plan marche si bien, ou si mal c’est selon, qu’il paume carrément le fermier dans la grande ville. Une absence prolongée qui ne va pas sans problèmes, au point que Shaun doit partir pour retrouver le fermier. Heureusement, il ne sera pas tout seul… Avec l’antécédent d’une série à succès très appréciée des programmes jeunesses, Shaun le mouton aurait pu se trouver plus orienté, moins universel que l’univers de Wallace et Gromit dont il est issu. C’est mal connaître Aardman. Shaun le mouton est drôle, très drôle même. D’une inventivité incessante, son sens du rythme ajouté à la subtilité de son humour en font un pur plaisir. Surtout jalonné de références, du Silence des Agneaux à Shawshank Redemption ! Richard Starzak, qui a veillé à faire de Shaun le succès qu’il est devenu, et Mark Burton, scénariste d’un Lapin-Garou d’excellente mémoire, se sont donnés à fond dans cette apothéose. Car Aardman continue sa mission sacrée : ne pas se contenter d’entretenir un héritage, un art du conte en volume, mais repousser toujours plus loin ses limites… sans pour autant se sentir obligé de partager le public en petites boîtes d’âge ou d’intérêt. La salle entière rigole, emballée, tout âge confondu.

En précipitant avec une maitrise incroyable la troupe des moutons en centre ville, le film se paie le double luxe de faire la démonstration d’un savoir et d’un art purement manuel et artisanal, et en même temps de s’inscrire parfaitement dans son époque, pointant nos travers citadins et l’impact disproportionné des réseaux sociaux… Enfonçant le clou du talent, Shaun le Mouton Le film est l’occasion pour Aardman de revendiquer les classiques du genre jusque dans son écriture. Car, respectueux de la série, le film est sans parole… compréhensible. Dotant des personnages très simples d’une gamme d’expression sidérante, le film explore fièrement l’héritage du slapstick et du cinéma muet, avec à la clef gags visuels, pointes d’émotions, courses poursuites ébouriffantes et travestissement… de mouton ! Shaun le mouton au cinéma est un sans faute, ce dont on n’avait du reste jamais douté. On en sort l’humeur réjouie et l’humour gamin, quelque part exultant que tout ce que l’on a vu là ait été animé avec génie par des mains comme les nôtres. C’est si beau et si magique de fluidité que pour un peu, on s’en croirait soi-même capable…

Cette chronique appartient à un FocusBlog consacré à Shaun le mouton et à la Stop Motion, et comprend une interview exclusive des réalisateurs!

Informations supplémentaires et l’avis admiratif du margouillat

shaunmoutonaffiche

L’avis du margouillat : La fertilité de l’inventivité, la fluidité de l’animation, la finesse de l’humour, la précision de l’écriture, ce sens du rythme incroyable : Shaun le mouton débarque sur grand écran paré de tous les atouts qui ont fait le succès des films Aardman. Et sans même prononcer un mot ! Toute personne qui ne tomberait pas sous le charme doit consulter au plus vite…

Site officiel


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)