Nos actus
 

Sous les jupes des filles

 
Sous les jupes des filles
Sous les jupes des filles
Sous les jupes des filles

 
Fiche Technique
 

Millésime: 04 Juin 2014
 
Réalisateur: Audrey Dana
 
Acteur: Audrey Dana, Vanessa Paradis, Isabelle Adjani, Laetita Casta, Audrey Fleurot, Julie Ferrier, Géraldine Nakache, Alice Taglioni, Sylvie Testud, Marina Hands
 
Nationalité: Française
 
Genre:
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
5.0


 
Musique
5.0


 
Emotion
6.0


 
Notre note
5.5
5.5/10


Note des lecteurs
3 lecteurs ont voté

 

C'est du lourd...


Difficile de ne pas être attiré par un casting pareil !

C'est un peu faible...


Le défilé de personnages amuse, mais la comédie manque vraiment d’envergure.


0
Posté le 4 juin 2014 par

 
Chronique
 
 

Lorsque l’on réunit un casting royal, il doit être au service d’un récit à sa mesure, et non l’inverse. Par manque d’envergure, la comédie amuse souvent sans vraiment convaincre. Si certains personnages séduisent plus que d’autres, l’ensemble manque de mordant.

G

rande patronne ou mère de famille, épouse naïve ou amante fougueuse, chacune des 11 femmes de l’histoire compose un portrait de la femme d’aujourd’hui. Et avec toutes leurs différences, leurs destins vont se croiser… Pour son premier film en tant que réalisatrice et coscénariste, Audrey Dana entend dresser le portrait de la femme du XXIe siècle. Rien moins. Et de fait, le film part d’une excellente intention. C’est à la sortie du polémique et ultra-macho Infidèles que Audrey Dana s’est entretenue avec Gilles Lelouche de la place qu’occupe la femme au côté de l’homme au cinéma. Faire-valoir de charme, utilité de circonstance, la femme méritait bien de se voir consacrer par l’une d’entre elles une comédie un plus ambitieuse à même de répondre à ces poncifs. Une réponse féminine sans être féministe à Infidèles ? Voilà qui avait de quoi séduire.  Et pour parvenir à ses fins, l’apprentie réalisatrice a su convaincre un casting de choc.  Par sa vocation et ses têtes d’affiche, Sous les jupes des filles à tout pour séduire les femmes et intriguer les hommes. Mais additionner des vignettes de personnages ne suffit pas, et si les destins finissent par se croiser pour conclure sur un flashmob final très cliché, ce joyeux catalogue souffre de ne revendiquer aucun angle particulièrement original, abandonnant à ses actrices le soin de renouveler l’intérêt du portrait de groupe.

Forcément inégal, Sous les jupes des filles présente parfois des personnages dessinés avec un trait trop épais, mais a plus de réussite lorsqu’il laisse libre court à l’énergie de son héroïne. Si Isabelle Adjani s’amuse de son rôle de femme de caractère, un manque d’épaisseur la pénalise. De la même façon, Vanessa Paradis surprend en patronne détestable, un personnage riche de sens et de symboles qui aurait mérité d’en dévoiler plus, tout comme le personnage intrigant incarné par l’épatante Audrey Fleurot. A l’inverse, profitant d’un opportun choc à la tête, Julie Ferrier s’éclate dans un numéro dont elle à le secret, et lorsqu’elle règle ses comptes avec son mari pas si parfait, Marina Hands est épatante. En fait, ce sont les plus sages qui tirent le mieux leur épingle de cette grosse pelote de talents. Alice Belaïdi est attachante en discrète secrétaire, Laetitia Casta touchante en miss catastrophe. Mais c’est avec son rôle de mère de famille prise de cours par tout ce qui lui arrive que Geraldine Nakache s’impose comme la contribution la plus sympathique, celle qui apporte le plus de cohésion à l’ensemble. Sous les jupes des filles a le charme de ses interprètes, et les rires ne manquent pas, mais tout cela manque tout de même de verve et de venin.

Informations supplémentaires et l’avis Où sont les femmes du Margouillat

Sous les jupes des filles L’avis du Margouillat : Inégale et pas toujours subtile, la comédie à ses bons moments lorsque les actrices s’emparent franchement de leurs personnages. Mais ça n’est pas toujours le cas, et malgré l’envie de voir ce beau casting s’épanouir, on reste un peu sur sa faim.

Site


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)