Nos actus
 

States of Grace

 
states-of-grace
states-of-grace
states-of-grace

 
Fiche Technique
 

Millésime: 24 Avril 2014
 
Réalisateur: Destin Cretton
 
Acteur: Brie Larson, John Gallagher Jr, Kaitlyn Dever, Rami Malek
 
Nationalité: Américaine
 
Genre:
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.0
8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


De l’émotion juste, des personnages bouleversants, des acteurs irréprochables. Un bijou.


Posté le 24 avril 2014 par

 
Chronique
 
 

Là où l’on ne voit qu’un assemblage de drames et de destins brisés, Destin Cretton détaille avec sensibilité une bulle d’humanité, riche d’émotions et d’espoirs. Un premier film entier, sincère, inspiré avec un infini respect par sa propre expérience d’éducateur. Un bonheur.

G

race gère avec son compagnon Mason un foyer pour ado. L’arrivée d’une nouvelle pensionnaire ramène la jeune femme à sa propre expérience, au moment où elle se sent le plus fragile… Il y a les films qui vous semblent longs, très longs. Ceux qui vous laissent sur votre faim, frustré. Et puis, beaucoup plus rarement, il y a ceux qui vous rassasient totalement, vous habitent avec tant de force que leur émotion, la beauté de leurs personnages ne vous quitte plus. States of Grace incarne ce que le cinéma indépendant américain peut nous dévoiler de plus beau, simplement. Pour son premier long métrage, Destin Cretton est revenu sur son expérience d’éducateur dans un centre d’adolescents en difficulté. Un tour du destin qui est devenu pour lui une inspiration, une expérience humaine à laquelle il rend ici le plus bel hommage. Glissant sa caméra au plus près de ses personnages, discret et tendre, il nous invite pour quelques minutes dans l’intimité d’ados abîmés, mais riches d’une énergie revigorante, de jeunes adultes bataillant pour construire, et souvent se reconstruire. Fuyant toute manipulation, il nous installe dans la routine tragi-comique des lieux, ne cherchant jamais l’apitoiement ou le misérabilisme convenu. Au côté de Grace, nous découvrons cette bulle où l’on est seulement censé se croiser. Et au moment où l’on s’y attend le moins, une gifle d’émotion nous surprend, imparable.

Cette finesse, cette retenue, Destin Cretton la doit peut-être à son éducation. Il a grandi sur l’île de Maui, sans télévision ni cinéma. Avec ses camarades, ils recréaient la vie autour d’eux, et c’est par jeu qu’il commença à filmer ces histoires, comme un conteur. Ça n’est qu’au Lycée qu’il découvrit le cinéma, et sa vocation. Cette première approche singulière, épargnée par la surmédiatisation des continentaux, a peut-être été la chance de ce jeune réalisateur. Remarqué pour ses documentaires et son court métrage, il signe là une suite de tableaux, de portraits, qui composent un tout véritablement homogène. Sans voyeurisme, nous épargnant les clichés, il est toujours juste. C’est une expérience en écho à la sienne qu’il construit autour de son alter ego, Grace, formidablement interprétée par Brie Larson. Plaçant en toile de fond la notion de famille dans son sens le plus large, il ose même au deux tiers du film franchir la limite du vécu pour assumer la fiction. À cette seconde, le film aurait pu perdre son âme, sa vérité. Au contraire, Cretton renforce au-delà de cette limite invisible sa sincérité, sa pertinence. Destin Cretton est un nouveau venu à suivre de très près, et son premier long métrage, justement précédé d’une magnifique réputation, un bonheur dont il serait terrible de se priver.

Informations supplémentaires et l’avis Admiratif du Margouillat

stateofgraceL’avis du Margouillat : Si une larme vous vient en regardant States of Grace, elle ne sera le fruit d’aucun artifice. Évoquant sans raconter, saisissant des personnages parfaitement vrais, ce jeune réalisateur réussi haut la main son premier long, distillant l’émotion avec autant de sens que de justesse. On est emballé.

Site

 

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...