Nos actus
 

Terre des ours

 
terre-des-ours-3d
terre-des-ours-3d
terre-des-ours-3d

 
Fiche Technique
 

Millésime: 26 février 2014
 
Réalisateur: Guillaume Vincent
 
Nationalité: Française
 
Genre:
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
7.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


C'est à se demander comment ces images superbes ont pu être réalisées !

C'est un peu faible...


Les allergiques au contemplatif risquent de décrocher.


Posté le 3 mars 2014 par

 
Chronique
 
 

Entre froid polaire et volcans, le Kamtchatka est une terre sauvage où les ours bruns sont rois. Loin des hommes, ce film en 3D nous invite dans l’intimité de leur apprentissage et de leurs relations. Des images saisissantes et rares.

P

our filmer les ours du Kamtchatka en 3D, il faut être au plus prêt d’eux sans que leur nature imprévisible n’en souffre ! Un exploit technique et artistique qui nous permet de les suivre, de la fin de l’hibernation au début de l’hiver suivant… Guillaume Vincent est un nom familier du documentaire. Coscénariste de Bonobos et de La citadelle assiégée, il a réalisé Ceux qui marchent dans les pas du tigre et Les oursons orphelins de la Taïga, qui l’avaient déjà amené dans la lointaine Sibérie. À ses côtés, on trouve au scénario Yves Paccalet, équipier du commandant Cousteau et connaisseur de la région, ainsi que Michel Fessler le scénariste de La marche de l’empereur pour coécrire le commentaire, joliment confié à Marion Cotillard. Inspiré par le Dersu Uzala d’Akira Kurosawa, la photo extrêmement soignée est signée Lionel Jan Kerquistel, qui s’est adjoint le concours de trois photographes professionnels chevronnés. Mais l’aventure n’aurait pu être menée à bien sans un partenaire de poids: séduit par la démarche du réalisateur français, James Cameron s’est joint à l’aventure avec le matériel novateur de son Cameron Pace Group, un stéréographe confié à un expert en 3D, Manning Tillman, qui a fait tant de merveilles pour L’Odyssée de Pi de Ang Lee. Même la musique est réussie, confiée à Fabien Cali (Belle et Sébastien) pour les compositions lyriques et Cécile Corbel et Simon Caby (Arietty) pour les mélodies et les belles chansons.

Totalement dépendant d’ours d’une puissance et d’une vélocité impressionnante au fil de 27semaine de tournage, hypothétiquement protégé par une cage, l’équipe de Guillaume Vincent a accompli de véritables prouesses. Avec une équipe pour filmer sous l’eau, une autre pour capter des airs grâce à un ballon à hélium, une troisième pour se fondre dans le décor et suivre les ours dans le moindre de leur déplacement, les images récoltées sont stupéfiantes. On suit les déplacements, on saisit les attitudes, et les images sont souvent aussi révélatrices que le commentaire. Un film qui montre les ours comme jamais, les débarrassant de quelques idées préconçues, et nous les dévoilant sous un jour que l’on n’imaginait pas. Voir un ours immense s’abandonner au bonheur d’une nature sortant de l’hiver au point d’embrasser les arbres, de se prélasser dans le ruisseau, est un spectacle incroyable. On se sent privilégié. Une démarche de réalisateur parfaitement aboutie qui fait de l’argument de la 3D une logique, nous offrant des visions uniques, comme cette maman ourse et son petit jouant comme des ombres chinoises dans un brouillard de conte. La grande classe.

Informations supplémentaires et l’avis Booba du Margouillat

terredesoursL’avis du Margouillat : Moins scolaire et plus artistique dans sa démarche, Terre des Ours n’en est pas moins instructif. Il prend le temps de déguster, en même temps que nous, des moments exceptionnels, chipé à l’intimité d’ours fascinants. Un très beau voyage.

 

 

 

 


watchingmachine

 
watchingmachine
Petit animal fouineur et curieux : ce margouillat nous scrute et donne un avis toujours aussi péremptoire que subjectif. Bref, un journaliste... un vrai.