Nos actus
 

Texas Chainsaw 3D

 
TexasChainSaw3D
TexasChainSaw3D
TexasChainSaw3D

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: John Luessenhop
 
Acteur: Alexandra Daddario, Dan Yeager, Trey Songz
 
Nationalité: Américaine
 
Genre:
 
Mise en scène
6.0


 
Scénario
2.0


 
Musique
3.0


 
Emotion
2.0


 
Notre note
3.3
3.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Une 3D tout juste amusante.

C'est un peu faible...


Encore plus incohérent que gore.


0
Posté le 3 août 2013 par

 
Chronique
 
 

Heather découvre qu’elle est la descendante de la famille Sawyer. En héritant de la maison de sa grand-mère, elle va se trouver une famille très attachée aux liens du sang… Saga oblige après un reboot très convaincant, voici le grand retour de Leatherface. Mais ce film de série bien conventionnel se montre radin en sales surprises et en terreur. Pire, il gâche le potentiel de son mythique méchant. Un triste tartare.

P

ar un beau 19 aout ensoleillé, une Sally terrorisée échappe par miracle à l’humour carnassier de la famille Sawyer. Prévenu du carnage, le shérif se rend sur les lieux pour corriger le petit Jedediah, grand gamin très joueur et très attaché à sa tronçonneuse. Mais c’est bientôt toute la ville de Newt qui veut régler le problème. Sous la conduite du maire, la petite maison des Sawyer et ses occupants sont transformés en méchoui par les habitants ravis. Seule survivra du massacre un petit bébé, récupéré par un couple du coin… Heather a bien grandi et ignore tout de son passé. C’est une lettre qui vient changer son destin: elle hérite de la maison d’une grand-mère dont elle ne sait rien. A peine apprend-elle qu’elle a été adoptée que la belle s’en va pour le Texas découvrir ses origines. A l’écart de Newt, c’est un vrai manoir que Heather et ses compagnons de voyage découvrent. Mais ils ignorent encore que le clou du spectacle se cache dans le sous-sol…

L’atmosphère atrocement crade de Tobe Hooper n’est plus qu’un vieux souvenir

Après un « Massacre à la tronçonneuse: le commencement » des plus réussi, tout était à nouveau possible pour l’une des plus terrifiantes abominations du septième art: Leatherface, le tueur à la tronçonneuse. Septième film de la saga, ce Texas Chainsaw s’enorgueillit d’une 3D sympa, et plante le décor en faisant directement référence au mythique premier opus de 1974. Et dire que c’est par crainte d’être « trop ambitieux » que les producteurs ont préféré faire une suite à l’original plutôt qu’à sa préquelle de 2007… C’est tout le contraire messieurs! Reprendre l’histoire a l’opus originel, le plus malsain, le plus dérangeant, c’est mettre la barre encore plus haute. Un luxe que les scénaristes ne peuvent décidément pas s’offrir. L’atmosphère atrocement crade de Tobe Hooper n’est plus qu’un vieux souvenir, et c’est avec une image proprette que ce septième avatar avance les éléments pré-requis au genre: une camionnette remplie de jeunes gens prêt à découper, un village accueillant dont le vernis cache mal la nature horripilante du redneck sanguinaire, et le retour d’un méchant qui ne peut mourir, le box-office ayant toujours raison du bon sens. Pour justifier ce retour, on nous sert dans la foulée une mystérieuse grand-mère Sawyer, qui a eu tout le loisir de bâtir un domaine joliment cossu sur les décombres même de l’horreur. Très cohérent. Tout aussi commode ce bébé sauvé des flammes qui se découvre une famille une fois devenu une pulpeuse demoiselle. La très belle Alexandra Daddario constituant l’un des rares agréments du film, en dépit de sa passion pour les tableaux à base d’os d’animaux morts. C’est ensuite que ça se gâte définitivement…

Sitôt arrivés dans la superbe masure de mamie Sawyer, pas la moindre surprise ne nous attend. Chacun prend son tour pour se faire bousiller, ce qui ne nous atteint guère puisque nous n’avons ni l’occasion ni le temps de nous attacher vraiment aux personnages. Honorablement réalisé, le stage de boucherie est convaincant mais absolument pas à même de garantir le quotta de frisson espéré. Seuls les amateurs de gore les plus bienveillants y trouveront leur compte de gros rouge. Il apparaît vite que les artisans de cette exploitation commerciale ont oublié que le film auquel ils entendent offrir une suite a terrifié la terre entière sans besoin de recourir à cette vaine charcuterie… Mais Texas Chainsaw 3D fait pire. Victime d’un phénomène social ravageur qui a vu le méchant prendre peu à peu la place du gentil dans nos séries, nos films, notre musique et nos programmes télé, l’intrigue cède à la tentation de prêter le bon rôle à cet être abominable. Leatherface un ange gardien maudit? L’idée est audacieuse mais envisageable: cinglé parmi les cinglés, Leatherface affronte une société d’individus que l’on rêve de voir découpés en fines tranches. Mais encore faut-il donner de la densité à pareille métamorphose, un peu de profondeur à cette révolution! Neni. Passant sur le massacre de ses proches, la belle se souvient que la bête fait partie de la famille, et adopte son cousin sans plus de cérémonie. Le flasque happy end du film nous abandonne comme ce tatou desséché que l’on aperçoit sur le bord de la route, le regard vide et les pattes en l’air, vaincu par la cruauté d’un monde qui ne sait même plus respecter ses monstres. Ou va-t-on, je vous le demande… En tout cas, pas au cinéma pour cette fois.

Informations supplémentaires et l’avis tranchant du Margouillat

Texas-Chainsaw-3DL’avis du Margouillat : Après une préquelle revigorante, on pouvait espérer une vraie renaissance pour la saga du Leatherface. Mais Hollywood reprend ses vilaines habitudes et cette suite ne retrouve ni l’atmosphère éprouvante ni le sentiment d’horreur. Un film horrifique de série, plus riche en incohérence qu’en gore. Déception.

Site : http://www.texaschainsaw3d.com/


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)