Nos actus
 

The Rose

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 29 juillet 2015
 
Réalisateur: Mark Rydell
 
Acteur: Bette Midler, Alan Bates, Frederic Forrest, Harry Dean Stanton
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
8.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
8.0


 
Emotion
9.0


 
Notre note
8.3
8.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Une réalisation exemplaire, des scènes de concerts électrisant, et Bette Midler dans son rôle le plus magistral

C'est un peu faible...


2h14. Et c'est pourtant trop court...


0
Posté le 13 août 2015 par

 
Chronique
 
 

LOST_THE_ROSE_AFF_A4 copieRose est une rock star adulée qui enflamme la scène. La pression du succès, les exigences de son manager, la solitude et les excès vont précipiter sa chute… Inspirée par le destin de Janis Joplin, The Rose est un film impressionnant. La mise en scène de Mark Rydell et la fièvre des concerts sont littéralement transcendées par la performance incroyable de Bette Midler. Fiction et hommage, The Rose est un classique à chérir.

T

he Rose remonte sur scène. Hantée par ses démons de l’alcool et de la drogue, toujours en quête de reconnaissance en dépit de son aura de star, elle entend rentrer chez elle au terme de cette ultime tournée. Mais elle est épuisée par sa vie d’excès, la pression de son entourage, sa quête d’amour… Comme chaque été, juillet et août sont très généreux en ressorties de classiques, dont la majorité sont hautement recommandable. Mais parmi ces perles trop oubliées, il en est une qu’il ne faudrait pas rater. Parce qu’en dépit des années, et des très nombreux films et documentaires qui ont depuis exploré la magie sulfureuse du rock et de la scène, The Rose reste intact. Le temps n’a pas altéré sa puissance et sa douleur. Un retour dans le temps s’impose, avec l’évocation d’un nom un peu trop oublié, lui aussi. Mark Rydell est de ces réalisateurs rares qui ont su explorer les genres, surprenant le public. Homme de télé et acteur – l’assassin de Face au crime, c’est lui ! -, il fait de Steve McQueen un personnage de Faulkner (Reivers), signe un western décalé où l’icône John Wayne meurt au milieu de l’intrigue (Les Cow-Boys), fait de Mel Gibson un fermier tenace (La rivière), et décroche l’Oscar en signant une poignante réunion de famille avec Katharine Hepburn, Henry Fonda et sa fille Jane (La maison du Lac).

Passionné de musique, Rydell ambitionne dès le début des années 70 de réaliser un film sur la vie de Janis Joplin, qui vient juste de disparaître. À défaut de trouver un terrain d’entente avec la famille de l’icône du rock, il s’éloignera de plus en plus du biopic pour inventer un personnage et son histoire. Il devra attendre 1979 pour sortir The Rose, non sans avoir bataillé pour imposer l’interprète de son premier rôle : Bette Midler. Chanteuse à la personnalité aussi marquante que ses performances vocales, Bette Midler est bien connue des charts de la décennie, mais une novice devant la caméra. Son premier rôle de cinéma sera une révélation qui fait encore aujourd’hui frémir. De la lumière de la scène au tréfonds de la dépression, à la merci de son entourage et de ses propres tendances destructrices, elle compose une diva de la scène d’une vérité totale. Interprétant elle-même une BO devenue un énorme succès de l’industrie du disque des années 80, Bette Midler s’empare de The Rose avec une intensité qui file le frisson. Elle incarne à merveille la carrière éblouissante et la tragédie intime qui ont été celles de Janis Joplin, et de nombreuses autres après elles. Difficile de ne pas penser à Amy Winehouse. Dans une version restaurée, The Rose nous revient, poignant et magnifique, et pourtant économe de ces clichés appuyés qui sont devenus après lui une sale manie des scénaristes. On découvre avec ravissement que la bande originale a très bien vieilli. Et on se rappelle soudain que Bette Midler n’a pas toujours été cette actrice déchaînée indissociable de ses trop nombreuses comédies. The Rose est une référence à savourer jusqu’au dernier rappel, le cœur serré.


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)