Nos actus
 

Thor : le monde des ténèbres

 
Thor 2
Thor 2
Thor 2

 
Fiche Technique
 

Millésime: 2013
 
Réalisateur: Alan Taylor
 
Acteur: Chris Hemsworth, Natalie Portman,Tom Hiddleston, Stellan Skarsgård, Anthony Hopkins
 
Nationalité: Américaine
 
Genre: ,
 
Mise en scène
00


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
8.0


 
Notre note
7.8
7.8/10


Note des lecteurs
1 lecteur a voté

 

C'est du lourd...


Efficace, spectaculaire et très satisfaisant. Ça promet pour la suite !

C'est un peu faible...


Ca reste de l'excellent et très grand spectacle sur une mythologie pas toujours passionnante.


Posté le 3 novembre 2013 par

 
Chronique
 
 

Plus fort, plus fluide, plus fun, Thor séduit jusqu’à la dernière minute !

A

u coté d’un vaillant équipage, Thor passe par les neuf royaumes pour ramener la paix et l’autorité de Asgard. Son destin d’héritier du trône lui est plus que jamais promis, tandis que son frère Loki est condamné aux geôles du roi Odin après le désastre terrien de New York. Mais sous cette apparente harmonie, une menace renaît. Une menace très ancienne qu’Asgard tout entier pensait anéantie. Avant les dieux il y avait les elfes noirs, qui luttaient pour leur obscurité comme le père d’Odin pour la lumière. Sous le commandement du terrible Malekith, les elfes noirs ont bien failli s’emparer de l’univers. Leur défaite laissa leur monde, Svartalfheim, ravagé, et leur race prétendument éteinte. La disposition des 9 royaumes va bientôt leur permettre de revenir, plus acharnés, plus habiles que jamais. Et les premiers signes de cet alignement apparaissent loin de là, sur Terre, au plus grand étonnement de Jane Foster…

Recadrant le genre, excellant dans l’action et le spectacle, évitant de se prendre trop au sérieux, le film sait aussi soigner ses atouts. 

Il n’y a pas 5 ans, Thor était, à égalité avec Captain America et Namor, l’un des personnages les plus invendables auprès d’un public non-initié aux comics. En deux films et une participation spectaculaire à Avengers, il est devenu indispensable. Belle performance. Grâce à une traduction shakespearienne du Dieu nordique signée Kenneth Brannagh, le personnage a réussi à exister en dépit du poids de son héritage, une renaissance consacrée par Avengers. Ce second film conforte sa côte de sympathie, et s’emploie avec une belle habileté à renforcer son statut de super-héros sous la bienveillante surveillance de maître Joss Whedon. Pour cela, Marvel/Disney a fait appel à un artisan sérieux qui s’est fait une réputation sur petit écran, capable de s’adapter à tous les genres, passant de Boardwalk Empire à Game of Thrones après les plateaux de Mad Men ou des Sopranos. Excusez du peu. Pour ce second Thor, Alan Taylor concocte une alchimie particulièrement efficace. Avec le retour des vilains elfes noirs, il resitue la mythologie des neufs royaumes liée au personnage. Certains reprochent la référence de l’introduction au Seigneur des anneaux, mais c’est inévitable et pas si honteux. Cela permet surtout au film d’entamer un grand écart replaçant Thor dans le genre fantastique. Car si nous retrouvons notre volant vengeur, l’action bénéficie ensuite d’une solide dose de « space opera » avec des escadrilles de vaisseaux spatiaux que n’aurait pas renié Bobba Fett. Thor s’éloigne de la magie mythologique pour s’installer dans la pure SF où l’attendent tous ses petits camarades Avengers. C’est cohérent.

Dans la foulée, pour retrouver la formule gagnante de Iron Man, celui qui a rendu toute l’entreprise possible, l’action solide de Thor est tempérée par un humour décuplé qui fâche les intégristes du comics aussi vite qu’il emballe le plus large public. Stellan Skarsgard fait un numéro magnifique, et Chris Hemsworth n’est pas le dernier à profiter de cette liberté de ton. Pour notre plus grand plaisir, il se montre d’une aisance déconcertante dans la baston comme dans le métro… Recadrant le genre, excellant dans l’action et le spectacle, évitant de se prendre trop au sérieux, le film sait aussi soigner ses atouts. L’atout féminin d’abord, qui manque si cruellement jusqu’alors. Après la formidable Pepper Potts de Iron Man, c’est au tour de Nathalie « Foster » Portman de prendre ses marques, soutenue par la belle présence de René Russo et quelques baffes savoureuses. Choyé avec beaucoup d’attention, l’atout le plus précieux de Thor est indubitablement Loki. Seul capable de couvrir d’un sourire tout le spectre des créatures de Stan Lee, cet électron libre de l’équation Thor focalise les passions. Une personnalité incroyablement séduisante incarnée avec une classe terrible par Tom Hiddelston. Parce qu’il est impossible de deviner ses motivations et ses enjeux, Loki apporte une note imprévisible qui change tout. Thor ira aussi loin que pourra l’emmener ce personnage ! De fait, les seuls acteurs à faire la promotion du film sont Natalie Portman et Tom Hiddelston. Étonnant non ? Thor s’offre même le luxe d’une ultime audace. Tout amateur de film Marvel sait désormais qu’il est idiot de déguerpir au début du générique de fin. Les autres louperont deux bonus à même de satisfaire les plus accros. L’un d’entre eux introduit un personnage inattendu, The Collector. Bien moins connu du grand public, il invite l’univers Marvel à investir d’autres territoires, ce qui fait hurler de joie plus d’un cinglé de comics, et en même temps incite les néophytes à se renseigner un peu. Ce qui est vraiment très malin. Stratégiquement et par son efficacité, Thor : le monde des ténèbres est une réussite de plus pour Marvel et Disney.

Informations supplémentaires et l’avis Cherche pas t’as tort du Margouillat

Thor 2 afficheInformations supplémentaires : Il y a tout ce qu’on espérait et plus. Beaucoup d’action, beaucoup d’humour, des personnages bien servi par le scénario, et la satisfaction de voir une pièce de plus s’ajouter au puzzle Marvel.

Site

 

 

 

 


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...