Nos actus
 

Truth : le prix de la vérité

 

 
Fiche Technique
 

Millésime: 6 avril 2016
 
Réalisateur: James Vanderbilt
 
Acteur: Cate Blanchett, Robert Redford, Dennis Quaid, Topher Grace
 
Nationalité: Américain
 
Genre: ,
 
Mise en scène
7.0


 
Scénario
8.0


 
Musique
7.0


 
Emotion
7.0


 
Notre note
7.3
7.3/10


Note des lecteurs
Pas encore noté

 

C'est du lourd...


Une reconstitution passionnée, qui entend plus évoquer qu'encenser. Moins scolaire qu'il y parait.

C'est un peu faible...


Le but de Spotlight était clair, imparable. Nimbé de doute, Truth est nettement moins confortable...


0
Posté le 12 avril 2016 par

 
Chronique
 
 

truthaffiche

A

près le remarquable Spotlight, Truth retrace une autre heure, lourde de conséquences, du journalisme contemporain américain. Si le thème au cœur de Spotlight, son suspens passionnant, nous le rendait extrêmement accessible, Truth évoque des faits et des valeurs plus complexes, et nettement plus difficiles à appréhender. D’abord parce qu’il nous manque certains éléments typiquement américains pour en saisir l’envergure. Truth évoque une enquête explosive de 60 Minutes, une émission d’enquête mythique du petit écran américain, incarnée par son présentateur vedette, Dan Rather. Nous n’avons pas de Dan Rather. Il faudrait pour cela ajouter à la longévité de PPDA une probité exemplaire. Donc sans des fantaisies lamentables comme la fausse interview cubaine de notre icône nationale… Rather et 60 Minutes ont incarné pendant des décennies le journalisme d’investigation à l’américaine, révélant notamment les tortures de la prison militaire d’Abou Ghraib. Une institution de la liberté d’information qui a été sapée par une enquête remise en cause, avec des effets dévastateurs jusqu’au sommet de sa chaîne, CBS. L’Amérique est encore secouée par une élection présidentielle qui restera dans les annales comme la plus suspecte et inquiétante, celle George Bush Jr, lorsqu’à l’heure de sa réélection potentielle, l’équipe de 60 Minutes décortique son passé militaire. Un sujet sulfureux, riche de très nombreuses zones d’ombre, et qui pourrait faire tomber le président en exercice. Se concentrant sur la productrice de l’émission, Truth s’attache à remonter le fil de l’enquête menée par Mary Mapes et son équipe, puis celui de la mise en doute de tout leur travail. Un procès à charge où les journalistes deviennent les accusés, les questions soulevées par leur enquête disparaissant au second plan. Le film ne prétend pas démontrer noir sur blanc la vérité, qui restera peut-être à jamais condamnée au trouble et au doute, la question du passé militaire de l’héritier Bush étant désormais soigneusement verrouillé par la suspicion. Manquant certainement de clarté dans son développement, hésitant à pleinement assumé un parti-pris politique, Truth reste cependant précis et plus subtil qu’il n’en a l’air. En se consacrant au portrait de cette productrice, il fait celui de l’engagement et de la fidélité qui l’anime, et donc celui d’une certaine idée de l’investigation. Le film nous invite à réfléchir par nous-mêmes sur la façon dont les évènements se sont enchaînés, et à tirer nos propres conclusions. Cette invitation à méditer est peut-être le plus grand bénéfice du film, qui refuse sciemment de mettre les points sur les « i ». Deux scènes notamment sont lourdes de sens. Broyée par une procédure interne visant à la balayer du paysage audiovisuel américain, la productrice pose une question essentielle à la commission d’enquête: si l’équipe de 60 minutes est tombée dans le piège d’indices fabriqués, qui avait autant de pouvoir, autant de connaissance, et de contact pour concevoir un tel mensonge ? Très probablement personne. L’autre scène est moins démonstrative encore : celle où Dan Rather, poussé vers la porte après la réélection de Bush Jr, rappelle ce qu’était le fondement de 60 Minutes. Dépeignant de façon virulente et acides les pressions politiques et l’hypocrisie des chaînes, portée par un casting parfait, Truth est une œuvre grave, intelligente, qui invite à prendre conscience de la portée d’un tel évènement : la fin d’un certain journalisme, réduit à une bande passante en bas de l’écran, l’enterrement en règle de l’indépendance des médias, condamnés à une autre forme d’information-spectacle, abandonnant l’exercice de l’investigation à des « fuites » sur la toile…


Frédéric Lelièvre

 
Frédéric Lelièvre
Journaliste spécialisé dans le cinéma, j'ai traîné mes guêtres dans Mad Movies, Pur Ciné, DVD passion avant d'avoir droit à un magazine gratuit à mon nom de plume Le Petit Cinévore ! Désespérément optimiste, je me concentre sur les films qui éveillent en moi un certain intérêt et évite toute destruction massive...


0 Comments



Soyez le premier à commenter


Soyez inspiré et constructif


(Requis)